mercredi, juin 23, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran: les prétentions nucléaires des mollahs sont de moins en moins crédibles

Iran: les prétentions nucléaires des mollahs sont de moins en moins crédibles

Après avoir systématiquement violé les dispositions de l’accord sur le nucléaire iranien en 2019, puis complètement interrompu son respect au début de 2020, le régime iranien a poursuivi son activité nucléaire en escalade la semaine dernière en annonçant qu’il enrichirait de l’uranium à 60% de pureté fissile. C’est bien au-delà de l’enrichissement de 20 pour cent qui a déjà été établi, et de nombreux ordres de grandeur plus élevés que les 3,65 pour cent qui étaient autorisés dans le cadre du Plan d’action global conjoint. La dernière provocation n’a d’autre but pratique que de menacer la communauté internationale avec un temps de rupture nucléaire considérablement plus court. Elle exige une réponse ferme de la part des puissances occidentales.

Bien entendu, une réponse ferme était déjà justifiée par les violations antérieures, d’autant plus qu’elles ont contribué à révéler le manque de sérieux de Téhéran concernant la mise en œuvre et l’application du JCPOA. De nombreux détracteurs de cet accord ont averti qu’en l’absence d’inspections «à tout moment, n’importe où» par des observateurs nucléaires internationaux, les autorités du régime iranien pouvaient faire fi de l’accord et avancer subrepticement certains éléments du programme nucléaire tout en feignant de respecter les aspects les plus visibles de l’accord de 2015. Le retrait américain de cet accord trois ans plus tard a poussé le régime iranien à révéler à quel point le JCPOA avait été inefficace depuis le début.

Même certains fervents partisans de l’accord ont été surpris par la rapidité avec laquelle l’Iran a pu accroître ses stocks d’uranium et ramener son niveau d’enrichissement aux 20% qu’il avait atteint avant le début des négociations préliminaires en 2014.

En novembre 2019, deux mois avant que le régime n’annonce qu’il ne respecterait plus les termes de l’accord, Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, a accordé une interview aux médias d’État iraniens dans laquelle il se vantait d’éviter une «impasse de l’enrichissement» en trompant la communauté internationale en lui faisant croire qu’elle a adopté des restrictions qu’il serait difficile de renverser. Ses remarques se moquaient de la surprise qui s’était exprimée à la suite de l’extension dramatique des activités nucléaires de Téhéran et confirmaient en fait que le régime avait toujours prévu de violer les dispositions pertinentes.

«Il y avait un problème d’enrichissement d’uranium dans les négociations nucléaires avec les pays P5 + 1, et ils nous ont dit que l’enrichissement devait se faire de cette manière, et nous avons accepté», a déclaré Salehi. «Ils pensaient avoir gagné la négociation. Mais – je ne pouvais pas l’expliquer à ce moment-là – nous avions une contre-mesure, et pendant que nous poursuivions notre activité, ils n’ont pas réalisé ce qu’ils avaient fait.  »

Au moment où Salehi a prononcé ces propos, sa reconnaissance de tromperie n’aurait dû surprendre aucun responsable occidental, encore moins ceux directement chargés de gérer le dossier nucléaire. Plusieurs mois plus tôt, en janvier 2019, Salehi avait déjà fait un aveu similaire concernant une voie potentielle par le plutonium vers une arme nucléaire. Dans ce cas, il a félicité les autorités de l’usine d’eau lourde d’Arak pour avoir versé du ciment dans un système leurre de tubes, afin de donner l’impression que l’Iran s’était conformé à une disposition exigeant que le cœur de cette installation soit désactivé, le convertissant en une usine d’eau légère qui ne produirait pas le même sous-produit de plutonium.

Salehi a tenté de justifier l’action en disant qu’elle reposait sur l’hypothèse que «l’autre partie irait contre leur parole un jour». Il a fortement laissé entendre que les ordres visant à tromper la communauté internationale venaient directement du guide suprême du régime iranien Ali Khamenei. La parole de ce dirigeant clérical ne peut être remise en question dans le cadre du système théocratique iranien, et si son ambition secrète était de préserver ou d’étendre les acquis nucléaires préexistants des mollahs, aucune négociation avec les autorités inférieures n’aurait pu changer cela.

Bien sûr, cela reste le cas aujourd’hui, mais certains décideurs politiques occidentaux restent apparemment convaincus que Khamenei est opposé aux problèmes liés au développement des armes nucléaires. Ces défenseurs tacites de la position iranienne sont souvent enclins à citer une fatwa que le chef suprême a émise une fois, qui déclarait que les armes de destruction massive étaient contraires à l’islam et donc tabou pour le régime iranien.

La validité de cette fatwa a été remise en question à plusieurs reprises au fil des ans par des experts des affaires iraniennes et par le Conseil national de la résistance iranienne. Ils ont souligné que même si l’édit était censé être appliqué, il n’empêcherait pas l’Iran de prendre des mesures progressives vers la capacité de l’arme stratégique avant de se préparer à «sauter le pas » en un instant à une date ultérieure. Les experts soulignent également que le signal de cette évasion pourrait prendre la forme d’une révocation de la fatwa de Khamenei, qui pourrait être faite aussi facilement que l’a été son émission.

Les «étapes progressives» sont précisément ce que Téhéran a toujours été accusé de prendre, avec une intention malveillante à long terme. Avec l’annonce de l’enrichissement à 60% d’uranium, il est devenu plus clair que jamais que le régime reste attaché à la stratégie de «rupture». Ce niveau d’enrichissement n’est pas nécessaire pour les activités civiles dont Khamenei et ses subordonnés insistent publiquement comme étant les seuls objectifs du programme nucléaire. Son seul objectif réalisable est de menacer la communauté internationale avec la perspective d’un Iran nucléaire, et à moins que les puissances occidentales ne réagissent fermement, cette perspective pourrait très facilement devenir réalité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe