jeudi, février 25, 2021
Accueil Actualités Actualités: Nucléaire La communauté internationale doit prendre des mesures fermes contre le régime iranien,...

La communauté internationale doit prendre des mesures fermes contre le régime iranien, alors que le CGRI dévoile de nouveaux missiles

Les Gardiens de la Révolution islamistes (CGRI) ont dévoilé vendredi leurs nouveaux missiles et drones lors d’une récente manœuvre militaire dans le centre de l’Iran. Le dévoilement de missiles balistiques et de drones suicides confirme la persistance du régime dans son terrorisme et la façon dont les mollahs gaspillent la richesse nationale de l’Iran pour atteindre leurs objectifs malveillants et militaristes.

Cette entreprise militaire réfute une fois de plus les prétentions du régime et de ses apologistes selon lesquelles la crise économique iranienne est due aux sanctions internationales.

Le CGRI s’est vanté de ses capacités militaires deux semaines après l’attaque meurtrière d’un drone sur l’aéroport d’Aden, où au moins 26 personnes sont mortes. Les autorités yéménites ont accusé les Houthis soutenus par l’Iran d’avoir mené cette attaque. Le Premier ministre yéménite Maeen Abdul Malik Saeed a déclaré que les experts du régime des mollahs avaient planifié cette attaque.

L’exportation du terrorisme et du chaos à l’étranger fait partie de la stratégie de survie du régime. Le régime mène directement des attaques terroristes ou propage indirectement le terrorisme en finançant et en armant des groupes terroristes mandataires tels que le Hezbollah libanais et les Houthis du Yémen. De plus, le régime soutient la dictature de Bachar-al Assad en Syrie depuis 2011. Alors que de nombreux responsables du régime, comme le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, ont tenté de justifier la présence de Téhéran en Syrie sous la bannière de la «lutte contre l’EI», les forces dirigées par Qassem Soleimani, le chef éliminé de la Force Qods du CGRI, ne se sont rendues en Syrie que pour maintenir Assad au pouvoir.

Iran FM Javad Zarif, and Chieftain terrorist Qassem Soleimani, two side of the same coin

Mahmoud Chaharbaghi, commandant de l’artillerie du CGRI en Syrie, a déclaré le 2 janvier: «Le guide suprême [Ali Khamenei] a dit au général Soleimani d’aller protéger Bachar al-Assad. La mission de Soleimani était d’empêcher le renversement du gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie. Il n’y avait pas d’ISIS à ce moment-là. Ce sont les opposants de Bachar al-Assad qui s’étaient révoltés. L’EIIS est apparu plus tard…. »

Le régime a gaspillé des milliards de dollars des richesses du peuple iranien pour soutenir le régime d’Assad. Dans une interview avec Etemad Online, un ancien député, Heshmatullah Falahatpisheh, a déclaré le 20 mai 2020: «Je suis allé en Syrie, certaines personnes ont dit que j’avais fait des dépenses. Mais je le répète, nous avons peut-être donné à la Syrie 20 à 30 milliards de dollars, mais nous allons les récupérer… »

Malgré la condamnation mondiale du terrorisme parrainé par l’État, les hautes autorités iraniennes continuent de défendre les ingérences du régime dans la région. Le 8 janvier, le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, a confirmé l’objectif d’établir une «nouvelle civilisation islamique» dans la région.

À l’occasion de l’anniversaire de l’élimination de Soleimani, Zarif a également reconnu ses liens étroits avec le cerveau terroriste du régime. « Par exemple, nous avons parlé de la façon dont nous devons persuader les Russes d’entrer [dans la guerre syrienne]. Haj Qassem et moi avons discuté de ce que je devrais dire dans les réunions politiques, suivre quelles politiques dans les négociations avec les Russes ou les pays de la région », a déclaré Zarif le 3 janvier, confirmant que la « diplomatie » du régime est le revers de son « terrorisme ».

Il est maintenant crucial de comprendre pourquoi le régime se vante de sa soi-disant puissance militaire et de sa «présence» dans la région. Téhéran a intensifié ses activités terroristes, parallèlement à la violence domestique, et a violé ses engagements au titre de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales pour extorquer la communauté internationale et exploiter la situation politique actuelle aux États-Unis.

Le régime a commencé à enrichir de l’uranium à 20% dans la centrale nucléaire souterraine de Fordow. Ces actions constituent des violations flagrantes de l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). Même les dirigeants européens, qui ont tenté de sauver l’accord en faisant des concessions au régime et en fermant les yeux sur ses violations, expriment désormais leur inquiétude.

Le 16 janvier, Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a confirmé que le régime avait tenté d’acquérir une capacité nucléaire. «L’Iran, je le dis clairement, est en train d’acquérir une capacité nucléaire», a-t-il déclaré dans une interview au Journal du Dimanche le 16 janvier.

Le moment est venu pour la communauté mondiale, principalement les dirigeants européens, de prendre des mesures concrètes pour mettre fin au terrorisme du régime.

Winston Churchill a dit un jour: « Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé.»

L’Union européenne a essayé la politique de complaisance pendant trop longtemps et le régime intégriste en a profité pour s’enhardir.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe