samedi, novembre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLa visite de l'émissaire nucléaire de l'UE en Iran ne fait qu'enhardir...

La visite de l’émissaire nucléaire de l’UE en Iran ne fait qu’enhardir les mollahs dans leur course à la bombe atomique

La visite de l'émissaire nucléaire de l'UE en Iran ne fait qu'enhardir les mollahs dans leur course à la bombe atomique
La visite de l’émissaire nucléaire de l’UE en Iran ne fait qu’enhardir les mollahs dans leur course à la bombe atomique

Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’Union européenne, a adopté un ton optimiste à la suite de la visite à Téhéran d’Enrique Mora, le coordinateur des pourparlers visant à rétablir l’accord nucléaire iranien de 2015.

Mais, depuis son entrée en fonction en août, le nouveau président du régime, Ebrahim Raisi, a repoussé ces attentes en traînant du pied dans les négociations.

La visite de Mora à Téhéran semble avoir plutôt allongé le calendrier en introduisant la notion de pourparlers préliminaires entre le régime iranien et l’UE pour fixer les conditions d’une reprise des pourparlers à Vienne qui impliquent également les États membres de l’UE (la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne), plus la Russie, la Chine et les États-Unis en tant que participant indirect.

Mais même cela est resté très incertain à la suite de la visite de Mora. Borrell a déclaré à propos des négociateurs iraniens : « Je suis prêt à les recevoir, si nécessaire », tout en admettant qu’il n’avait aucune idée claire du moment où cela pourrait se produire.

Les déclarations de Borrell vendredi tenaient pour acquis que Téhéran voulait s’engager dans une diplomatie sérieuse, même s’il refusait obstinément de prendre des mesures concrètes à cette fin. Borrell insiste depuis longtemps pour complaire le régime des mollahs malgré les mesures provocatrices de Téhéran ces derniers mois.

Iran nuclear deal crisis: Who is to blame?

Il y a eu des signes clairs de ce principe directeur dans le passé, comme lorsque Borrell a sapé l’une des actions les plus fermes prises par les trois signataires européens de l’accord nucléaire au début de 2020.

Lorsque le régime a annoncé qu’il ne se conformerait plus à aucune des termes de l’accord, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont annoncé qu’ils déclencheraient un mécanisme de règlement des différends établi par le soi-disant Plan d’action global conjoint. Le processus aurait dû conduire à la « reprise rapide » de toutes les sanctions internationales contre le régime iranien en quelques mois, si ce n’était de l’annonce par le chef de la politique étrangère de l’UE de sa volonté de prolonger le processus indéfiniment.

La crise de l’accord nucléaire iranien
Téhéran exploite cet engagement à l’inaction afin de maintenir le JCPOA dans les limbes afin que le régime puisse continuer à accélérer sa progression vers la capacité d’armes nucléaires sans faire face à de nouvelles conséquences internationales.

Pourtant, certaines remarques récentes de dirigeants mondiaux, principalement du secrétaire d’État américain Anthony Blinken, indiquent que le régime n’a pas beaucoup de temps pour retarder les négociations et arrêter ses activités nucléaires.

« Nous sommes prêts à nous tourner vers d’autres options si l’Iran ne change pas de cap, et ces consultations avec nos alliés et partenaires en font partie », a déclaré récemment Blinken, après avoir noté que la Maison Blanche considère que le temps presse pour une résolution diplomatique sur la question nucléaire.

Blinken a largement évité les détails en discutant de ces options, qui pourraient inclure des sanctions élargies et multilatérales, un plus grand isolement diplomatique et d’autres pressions.

Contrairement à Borrell, les États-Unis ont reconnu que le refus de l’Iran de rejeter catégoriquement de nouvelles négociations n’est pas nécessairement un signe que des personnes comme Raïssi doivent être prises au sérieux lorsqu’elles se déclarent favorables à un accord avec leurs homologues occidentaux. « L’Iran nous donne sa réponse par ce qu’il fait et ne fait pas tous les jours, et nous devons en tenir compte », a déclaré l’envoyé américain pour l’Iran, Robert Malley.

Les négociations avec l’Iran
Le régime iranien n’a jamais abandonné son programme nucléaire. « Ils pensaient avoir gagné la négociation. Mais nous avions une contre-mesure, et pendant que nous procédions à l’affaire, ils n’ont pas réalisé ce qu’ils avaient fait. Nous ne nous sommes pas retrouvés piégés dans l’impasse de l’enrichissement », a déclaré Ali Akbar Salehi, ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime en 2020.

Ce fait a ensuite été confirmé par l’homme qui est maintenant en charge des pourparlers nucléaires de l’Iran.

« Pendant ces années, une bonne partie du temps nous avons cherché à perturber le bilan de nos adversaires. Pour y arriver, nous avions besoin de plus de temps. Nous devions montrer nos capacités en pratique pour qu’ils puissent les voir. L’enrichissement à 20 % n’a pas pu se faire du jour au lendemain.

Cela a demandé quelques travaux. Fordow et Arak [les sites nucléaires] avaient besoin de quelques travaux. Il a donc fallu un certain temps pour y parvenir. Par conséquent, nous avons acheté du temps. Mais lorsqu’ils étaient prêts à négocier un accord, le processus de négociation s’est accéléré », a déclaré Ali Bagheri Kani, l’actuel vice-ministre de la Défense et négociateur avec les puissances mondiales, dans une interview en 2019.

Le régime avait gardé son programme nucléaire secret jusqu’en 2002, lorsque le Conseil national de la Résistance iranienne a tenu une conférence de presse révélant une installation d’enrichissement d’uranium à Natanz et une usine d’eau lourde à Arak. Il convient de noter que Téhéran a besoin d’armes nucléaires pour prolonger sa vie face à une population qui le rejette.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe