mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'agence des Nations Unies révèle à nouveau la faiblesse de l'accord sur...

L’agence des Nations Unies révèle à nouveau la faiblesse de l’accord sur le nucléaire iranien

La semaine dernière, l’Agence internationale de l’énergie atomique a publié son rapport trimestriel sur le programme nucléaire iranien. Il a montré que le stock d’uranium enrichi à 20 % du régime avait augmenté de plus d’un tiers depuis le précédent rapport trimestriel et que son stock d’uranium enrichi à 60 % était passé à 10 kg.

L’image globale présentée par le rapport est c’est un programme nucléaire plus avancés qu’il ne l’était en 2015, avant l’achèvement des négociations avec six puissances mondiales, qui ont abouti au Plan d’action global commun.

Cet accord visait à prolonger le « délai de fuite » du régime vers une arme nucléaire de quelques mois à plus d’un an. Pourtant, le JCPOA avait de nombreuses failles permettant au régime de reprendre rapidement son programme d’armes nucléaires.

Cela a été prouvé lorsque le régime iranien a commencé à violer systématiquement ses responsabilités dans le cadre de l’accord, même si les cinq autres parties – le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine – sont restées engagées en paroles et en actes.

Fitting a Square Peg into a Round Hole with Iran Negotiations - April 2021

Cet engagement s’est avéré malheureux dans la mesure où il a encouragé les mollahs à continuer à prendre des mesures toujours plus provocatrices tout en exigeant que les signataires européens obligent les États-Unis à rejoindre l’accord ou aident l’Iran à échapper aux sanctions américaines.

Téhéran a formellement interrompu le respect du JCPOA en février 2020, se mettant ainsi sur la voie de sa situation actuelle, montrant une fois de plus à quel point le JCPOA était imparfait et incomplet dans le contrôle du programme nucléaire du régime.

Les responsables iraniens ont reconnu les stratégies trompeuses du régime. En février 2021, le ministre du Renseignement Mahmoud Alavi a confirmé que le régime serait libre de poursuivre l’arme nucléaire malgré une fatwa du Guide Suprême du régime Ali Khamenei, qui commanderait le contraire. « La fatwa interdit la production d’armes nucléaires, mais s’ils poussent l’Iran dans ces directions, ce n’est pas la faute de l’Iran« , a-t-il déclaré. « Ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seront à blâmer. »

The intelligence minister Mahmoud Alavi talks about Iran nuclear deal & MOIS measures against MEK

La déclaration reflète une stratégie de longue date par laquelle Téhéran a publiquement nié avoir aspiré à une capacité d’armes nucléaires, mais a ouvertement menacé la communauté internationale de mesures qui n’ont que peu ou pas d’autre but que de rapprocher le régime vers ce résultat.

Cela a été particulièrement évident avec les autorités du régime se vantant de choses comme la production continue d’uranium métal, un élément clé du noyau d’une arme nucléaire.

Il est absolument clair que de telles provocations font partie d’un « chantage nucléaire« . La Résistance iranienne a produit un certain nombre de rapports sur les dimensions militaires du programme nucléaire iranien et les efforts du régime pour tromper la communauté internationale à ce sujet.

Ces rapports consistent en grande partie de la collecte de renseignements par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, qui a fait les premières révélations majeures sur les activités nucléaires non déclarées du régime dès 2002.

La publication du dernier rapport de la Résistance iranienne en mai a coïncidé étroitement avec la publication du précédent rapport trimestriel de l’AIEA. À cette époque, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, faisait des commentaires publics qui critiquaient exceptionnellement le régime iranien ainsi que les politiques occidentales à son égard.

Dans au moins une déclaration aux journalistes, Grossi a indiqué que les pourparlers en cours à Genève étaient trop à courte vue dans leur insistance sur la simple relance du JCPOA. Cela, a-t-il dit, ne résoudrait pas les problèmes en suspens car « l’Iran a accumulé des connaissances, a accumulé des centrifugeuses et a accumulé du matériel » bien au-delà des niveaux qui ont été discutés avant l’accord de 2015.

Le rapport de mai du CNRI soulignait que les puissances occidentales devraient récupérer les exigences qu’elles avaient abandonnées lors des négociations du JCPOA, à savoir que l’Iran arrête tout enrichissement d’uranium et autorise les inspecteurs de l’AIEA à accéder à tout moment à tout site suspecté d’activités liées aux armes nucléaires.

S’il serait intéressant de voir comment Grossi aurait pu répondre à ces recommandations spécifiques en mai, il semble maintenant qu’il se soit rabattu sur des déclarations et des stratégies plus conformes à l’engagement à sauver le JCPOA à tout prix.

Le chef de l’AIEA s’est même rendu à Téhéran ce week-end après qu’il a été signalé que les puissances occidentales envisageaient de faire pression pour une censure formelle du régime lors d’une réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, composé de 35 pays. Le voyage a donné lieu à un accord temporaire avec le régime.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe