dimanche, octobre 17, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe dernier rapport sur l'activité nucléaire de l'Iran souligne la nécessité d’une...

Le dernier rapport sur l’activité nucléaire de l’Iran souligne la nécessité d’une stratégie de fermeté

L’Agence internationale de l’énergie atomique a confirmé mardi que le régime iranien avait considérablement augmenté ses stocks d’uranium métal enrichi au cours des derniers mois. La production de cette substance est un élément clé du processus de développement d’armes nucléaires, comme l’ont affirmé les signataires européens de l’accord nucléaire iranien de 2015 en réponse à l’annonce initiale de l’Iran que les travaux pertinents avaient commencé.

Les déclarations de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne et de l’Union européenne ont rejeté l’affirmation du régime iranien selon laquelle l’uranium métal était destiné à des usages civils, dont il n’y en a effectivement pas. Mais le ton de ces déclarations était évidemment insuffisant pour amener Téhéran à remettre en question sa stratégie, et encore moins à arrêter la production d’uranium métal.

Un précédent rapport de l’AIEA indiquait que l’Iran n’avait enrichi que 3,6 grammes d’uranium métal jusqu’au niveau de 20 % en février. Maintenant, ce stock est apparemment passé à 200 grammes, tandis que les stocks d’uranium brut enrichi ont également continué à augmenter. En juin, la quantité d’uranium que l’Iran avait enrichi à un niveau quelconque était plus de 16 fois supérieure à la quantité autorisée aux termes du Plan d’action global commun. L’accord nucléaire à sept parties a également interdit au pays de dépasser 3,67 % de pureté fissile, mais l’Iran a violé cette restriction très peu de temps après que les États-Unis se sont retirés de l’accord en 2018, puis a commencé à augmenter systématiquement la limite supérieure de son enrichissement.

Le dernier rapport de l’AIEA note que l’installation nucléaire de Natanz exploite désormais deux cascades de centrifugeuses avancées afin d’enrichir l’uranium à 60 %. L’une de ces cascades fonctionne déjà depuis l’année dernière et aurait produit au moins 2,4 kg de matériau en juin. Le mois suivant, le président sortant Hassan Rouhani s’est vanté dans les médias d’État de la capacité supposée du régime à augmenter encore plus son plafond d’enrichissement, à 90 % d’enrichissement considéré comme suffisant pour la production d’une ogive nucléaire. Les experts disent que ce niveau n’est qu’à une courte distance technique des 60 % que Téhéran a déjà atteints.

Rohani a déclaré à propos de l’enrichissement à 90 pour cent : « Nous n’avons aucun problème et nous sommes capables ». Publiquement, le régime a longtemps insisté sur le fait que ses activités nucléaires ne sont destinées qu’à un usage civil, mais des fissures sont apparues dans ce récit bien avant que les dernières avancées n’attirent les critiques des experts pour ne pas avoir un tel usage.

En février, le ministre du Renseignement de l’époque, Mahmoud Alavi, a publié une déclaration dans laquelle il a confirmé la fausseté des récits communs utilisés pour défendre le régime iranien contre les accusations selon lesquelles il aspire à devenir un État doté de l’arme nucléaire. Alavi a cité une fatwa du guide suprême du régime, Ali Khamenei, qui interdit soi-disant à l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, mais a ensuite reconnu que le régime pourrait facilement révoquer ou violer cet édit s’il choisissait de le faire. Si le régime réussissait sa percée nucléaire, a-t-il conclu, « ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seraient à blâmer ».

Le ministre iranien du Renseignement Mahmoud Alavi : l’Iran n’a pas l’intention de se doter d’armes nucléaires

Le but de telles remarques est tout à fait évident. En blâmant les adversaires occidentaux pour le propre comportement de Téhéran, ils visent à faire chanter la communauté internationale pour qu’elle accorde au régime de vastes concessions dans l’espoir d’acheter son respect des restrictions nucléaires, plutôt que d’insister d’abord sur ces restrictions et de pénaliser le régime lorsqu’il ne respecte pas les règles.

Malheureusement, cette stratégie s’est avérée quelque peu efficace dans le passé, le JCPOA s’étant imposé comme un excellent exemple. Dans ce cas, Téhéran a obtenu un allégement de grande envergure des sanctions économiques en échange de la promesse de limitations de son programme nucléaire qui étaient en grande partie auto-appliquées. Bien qu’une grande partie de ce soulagement se soit avéré de courte durée lorsque l’administration Trump a retiré les États-Unis de l’accord, cela a néanmoins contribué à renforcer une attente d’impunité qui guide toujours le comportement de Téhéran à ce jour.

En même temps que les installations iraniennes augmentaient leur niveau d’enrichissement et de production d’uranium métal, le régime était de moins en moins conforme à un processus de négociation international qui vise à rétablir le JCPOA. Six séries de discussions sur ce sujet ont eu lieu à Vienne depuis février, avec peu de progrès. Maintenant, les plans pour un autre tour sont au point mort au milieu de la transition présidentielle en Iran.

les pouvoirs publics tracent une voie pour traiter avec l’administration Raisi à la suite des dernières violations nucléaires de Téhéran, ils devront examiner attentivement s’il y a une réelle valeur à essayer de renouer avec un gouvernement qui envisage très probablement d’étendre sa campagne de menaces et tentative de chantage.

S’ils décident de poursuivre les négociations et d’offrir des concessions malgré l’intransigeance du régime, ils finiront certainement par envoyer le message que son hypothèse d’impunité est correcte. Pire encore, ils donneront très probablement l’impression que Téhéran a réussi à terroriser la communauté internationale à l’idée d’une éruption nucléaire imminente.

C’est une sagesse commune dans les affaires internationales que les décideurs ne devraient pas négocier avec les terroristes. Lorsqu’un côté de la négociation a l’intention d’instiller la peur, l’autre côté abandonne une énorme quantité d’influence simplement en tendant la main sous la contrainte.

Lors de la négociation, une position de force exige que l’on affirme d’abord cette force de manière concluante avant d’entamer des pourparlers selon leurs propres conditions. Dans la situation actuelle, les signataires occidentaux du JCPOA peuvent le faire en imposant des sanctions sévères au régime iranien, en termes de sanctions économiques et d’isolement diplomatique pour chaque escalade successive de ses activités nucléaires.

Si les États-Unis, la Grande-Bretagne ou l’Union européenne adoptent ce genre de stratégie, ils ont d’abord beaucoup de retard à rattraper. Le régime iranien bafoue le JCPOA depuis deux ans et demi et loin de le pénaliser, les nations européennes sont restées ouvertement engagées à préserver l’allégement des sanctions, allant même jusqu’à mettre en place des mécanismes destinés à faciliter l’évasion des sanctions américaines. Les conséquences de cette stratégie sont évidentes et elles placent l’Iran beaucoup plus près d’une arme nucléaire qu’elle ne l’a jamais été auparavant.

Il n’y a peut-être pas de meilleure opportunité pour un changement dans cette stratégie que le changement d’administration à Téhéran. Depuis son investiture le 5 août, Raïssi a renforcé ses propres références intransigeantes en nommant des ministres du cabinet qui comprennent des officiers du Corps des gardiens de la révolution islamique et des personnes faisant l’objet de sanctions ou de mandats d’Interpol pour leur implication passée dans le terrorisme et les violations des droits humains. Ce serait la chose la plus naturelle au monde pour les puissances occidentales d’adopter une position plus affirmée face à un tel groupe de criminels. Pourtant, il n’y a eu aucun signe de changement jusqu’à présent. Les opposants au régime iranien doivent maintenant se demander, que faudra-t-il de plus pour que l’Occident affronte Téhéran avec la force appropriée ?

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président du Comité international en quête de justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe