vendredi, mai 14, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe plan d’enrichissement à 60% du régime iranien reflète un schéma beaucoup...

Le plan d’enrichissement à 60% du régime iranien reflète un schéma beaucoup plus large de provocations

Installation nucléaire iranienne

Le régime iranien a commencé à enrichir de l’uranium à 60% de pureté fissile, conformément à la campagne d’extorsion nucléaire des mollahs.

Le vice-ministre des Affaires étrangères des mollahs, Abbas Araqchi, avait précédemment annoncé que «1 000 centrifugeuses supplémentaires avec 50% de capacité en plus seront ajoutées aux machines existantes à Natanz, en plus de remplacer les machines endommagées».

La référence aux machines endommagées était une reconnaissance du fait que la sécurité avait été violée sur le site nucléaire fortifié de Natanz plus tôt cette semaine. Le sabotage sur ce site était un signe clair de la vulnérabilité du régime iranien, qui a sans aucun doute rendu Téhéran d’autant plus désespéré d’afficher une image de force.

La communauté internationale, en particulier l’Union européenne, doit faire attention à la manière dont elle réagit aux provocations du régime, à commencer par la menace d’un enrichissement progressif à Natanz et sur d’autres sites. De telles menaces doivent certainement être prises au sérieux, mais elles ne doivent pas être prises au sérieux pour qu’une entité occidentale se sente obligée de fournir à Téhéran de nouvelles concessions pour encourager le régime à reculer.

C’est, bien entendu, exactement le résultat que les dirigeants du régime recherchent. Et si les Européens leur donnent ce qu’ils veulent, les mollahs seront encouragé à des gestes de provocation similaires chaque fois qu’ils seront sous pression.

Le fait est que Téhéran est beaucoup plus susceptible de comprendre le langage de la force, que de s’engager dans des négociations de bonne foi avec la communauté internationale. L’enrichissement de 60 pour cent souligne le manque antérieur de cette bonne foi, et en partie parce qu’il semble confirmer les objectifs malveillants du régime qui avait longtemps nié travailler sur le nucléaire militaire.

Cette dernière escalade est loin d’être la première confirmation de ce type. Plus tôt cette année, le régime a annoncé qu’il avait commencé à travailler sur la production d’uranium métal. De nombreux experts de la technologie nucléaire ont affirmé que cette substance est un élément clé du cœur d’une arme nucléaire. Ce fait a renforcé les préoccupations qui avaient émergé lorsque le régime a commencé à exploiter des centrifugeuses plus avancées que celles autorisées par l’accord sur le nucléaire, augmentant ainsi à la fois le niveau et la vitesse de l’enrichissement de l’uranium.

Le régime iranien produit de l’uranium enrichi à 20% au moins depuis janvier. Afin de produire des bombes nucléaires, le régime doit continuer à enrichir l’uranium au-delà de 90% de pureté fissile, mais comme les experts nucléaires l’ont également noté, il ne s’agit que d’un court pas technique pour atteindre un enrichissement supérieur. Les installations du régime ont déjà commencé à passer à 60%, de sorte que l’étape requise est encore plus courte, et le temps de «percée» de Téhéran pour une arme nucléaire sera encore plus court que les deux mois environ cités dans les estimations les plus récentes.

De toute évidence, un enrichissement de 20% est plus que suffisant pour la production d’électricité et la recherche scientifique qui, selon Téhéran, sont les seuls objectifs de ses travaux nucléaires. Alors que tous les faits sur le terrain indiquent que le régime ment, certains décideurs occidentaux continuent de promouvoir et de défendre des accords faibles qui reposent sur une foi sans fondement dans la fiabilité de Téhéran en tant que partenaire de négociation.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe