lundi, octobre 18, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe rapport de l'AIEA met en évidence l'échec dans la lutte contre...

Le rapport de l’AIEA met en évidence l’échec dans la lutte contre le nucléaire militaire du régime iranien

L’Agence internationale de l’énergie atomique a récemment présenté son rapport trimestriel sur les activités nucléaires du régime iranien, et il est maintenant plus clair que jamais que la communauté internationale doit adopter une nouvelle stratégie pour faire face aux provocations de Téhéran et arrêter sa progression vers une arme nucléaire.

Réagissant au rapport de l’AIEA, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a averti mercredi que le temps était compté pour que le régime iranien revienne à l’accord nucléaire, également connu sous le nom de Plan d’action global commun (JCPOA). « Je ne vais pas y mettre de date, mais nous nous rapprochons du point où un retour strict à la conformité avec le JCPOA ne reproduit pas les avantages que cet accord a obtenus« , a déclaré Blinken aux journalistes en Allemagne.

Pourtant, les États-Unis et les signataires européens de l’accord ont refusé de changer l’attitude faible envers le régime malgré les actions provocatrices de Téhéran. En l’absence d’un tel changement, les tendances actuelles en Iran se poursuivront et s’accéléreront très probablement sous la direction du nouveau président du régime, Ebrahim Raïssi.

Déjà, le régime a atteint des niveaux d’enrichissement nucléaire plus importants qu’avant la mise en œuvre de l’accord nucléaire iranien de 2015. À moins d’être forcé d’inverser ces tendances, le régime pourrait bientôt être sur le point de « passer » à la capacité d’armes nucléaires.

Iran: Fake News or Regime’s New Tactic on its Nuclear Program

Au moment de sa négociation, le Plan d’action global conjoint était censé être un moyen d’empêcher cette issue. Les apologistes du régime ont affirmé que le JCPOA pourrait au moins réussir à faire reculer le régime de plusieurs pas par rapport à son objectif ultime.

Pourtant, les mesures rapides du régime pour violer l’accord et enrichir l’uranium de qualité militaire ont prouvé que cet argument était faux et le JCPOA avait en effet de nombreuses failles permettant au régime de poursuivre secrètement son programme nucléaire. En d’autres termes, le retrait américain du JCPOA n’était pas la cause des violations systématiques du JCPOA par le régime.

Début 2020, Téhéran avait cessé de se conformer à toutes les dispositions de l’accord et avait commencé à enrichir de l’uranium à des niveaux plus élevés que jamais auparavant, ainsi qu’à produire de l’uranium métal, qui n’a d’autre but que d’être un élément clé du cœur d’une arme nucléaire.

Le dernier rapport de l’AIEA indique que le stock d’uranium enrichi à 20 % de l’Iran est passé de 62,8 kg à 84,3 kg au cours des trois derniers mois. Il note également que le régime dispose d’au moins 10 kg d’uranium enrichi à 60 %, un niveau bien au-delà de ce qui est nécessaire pour la production d’électricité et la recherche médicale, et à une courte étape technique de la qualité militaire.

Ce fait a été vanté par l’ancien président du régime Hassan Rouhani avant de quitter ses fonctions en août. « L’Organisation iranienne de l’énergie atomique peut enrichir l’uranium de 20 % et 60 % et si un jour nos réacteurs en ont besoin, elle peut enrichir l’uranium à 90 % de pureté », a-t-il déclaré lors d’une réunion du cabinet en juillet.

Les remarques de Rohani reflétaient une stratégie de longue date que Téhéran a utilisée pour menacer ouvertement la communauté internationale tout en maintenant un déni plausible à propos de ces menaces. Un exemple plus évident de cette stratégie a été fourni par le ministre du Renseignement de l’époque, Mahmoud Alavi, en février, lorsqu’il a répété l’affirmation selon laquelle le guide suprême du régime, Ali Khamenei, avait interdit la poursuite des armes nucléaires, puis a immédiatement sapé cette affirmation en reconnaissant que le régime pourrait les obtenir de toute façon.

« La fatwa [de Khamenei] interdit la production d’armes nucléaires, mais si [des puissances étrangères] poussent l’Iran dans cette direction, ce ne sera pas la faute de l’Iran », a-t-il déclaré. « Ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seront à blâmer. » Le vrai sens de telles déclarations n’est pas très caché. Ils soulignent clairement l’intention du régime de continuer à faire avancer son programme nucléaire militaire sous le couvert d’activités civiles, dans l’espoir que les États-Unis et l’Europe offriront des concessions.

Iran's cheating in nuclear deal & deceptive measures on cementing the Arak heavy water reactor

Il est important de se rappeler qu’une telle assurance n’est pas réalisable dans les circonstances actuelles ou même à la suite du rétablissement complet du JCPOA. Comme chaque rapport de l’AIEA a détaillé les provocations supplémentaires des mollahs, il est devenu de plus en plus clair que l’accord de 2015 n’a jamais prolongé le délai de sortie du nucléaire iranien dans la mesure promise.

Même avant le retrait des États-Unis, il était déjà clair que le régime ne se sentait plus obligé de coopérer avec la communauté internationale ou de fournir suffisamment d’informations pour un contrôle véritable et complet de ses progrès vers la capacité d’armes nucléaires.

Peu de temps après la mise en œuvre du JCPOA, l’AIEA a confirmé la présence de matières nucléaires sur trois sites que le régime n’avait pas divulgués auparavant.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe