jeudi, janvier 27, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe régime de Téhéran mise sur ses relations avec la Corée du...

Le régime de Téhéran mise sur ses relations avec la Corée du Nord

Le régime de Téhéran mise sur ses relations avec la Corée du Nord

Par Shahriar Kia

Le ministre des Affaires étrangères des mollahs, Mohammad Javad Zarif, a annoncé dimanche qu’il se rendrait « bientôt » en Corée du Nord. 

Il n’a fourni aucun détail supplémentaire, mais le moment de l’annonce était crucial, étant donné la récente décision américaine de mettre fin aux dérogations aux sanctions pour le pétrole iranien, qui a longtemps été une bouée de sauvetage pour le régime.

La Corée du Nord, qui cherche à contourner ses propres sanctions, a un plafond sur la quantité de pétrole qu’elle peut importer d’autres pays et le régime de Téhéran cherche maintenant à stimuler ses exportations de pétrole en vendant aux pays ayant « une exposition extrêmement limitée aux sanctions américaines », selon Elizabeth Rosenberg, ancienne conseillère principale au Département du Trésor américain.

Elle a écrit, dans un éditorial pour Foreign Policy Magazine : « Les régulateurs des pays en colère contre la politique américaine peuvent fermer les yeux sur les activités de troc et de contrebande qui s’y déroulent. Alors qu’une partie du pétrole iranien continue d’arriver sur le marché, les observateurs pourraient conclure que les sanctions américaines ne sont pas si sévères après tout, ce qui pourrait surcharger l’incitation à repousser les limites ou à les enfreindre. »

Fondamentalement, comme la politique de « pression maximale » de Donald Trump n’a pas réussi à unifier la communauté internationale sur la Corée du Nord et l’Iran, les deux États voyous pourraient bien s’allier pour contrer les États-Unis.

Une leçon d’histoire

Bien sûr, les relations entre le régime nord-coréen et le régime de Téhéran ont toujours été établies par nécessité.

Dans les années 1980, juste après la création du régime des mollahs, la Corée du Nord et Téhéran ont commencé à travailler ensemble, ce qui a conduit la Corée du Nord à vendre des armes aux mollahs pendant les huit années de la guerre Iran-Irak.

Ces relations ne se sont développées qu’au cours des années 1990, lorsque la Corée du Nord a eu besoin d’un vaste approvisionnement en gaz subventionné, après l’effondrement de l’Union soviétique, et s’est tournée vers l’Iran, l’un des rares pays riches en pétrole avec lequel elle entretenait des relations diplomatiques, pour satisfaire ses besoins énergétiques.

Les dérogations aux sanctions

Les dérogations, accordées aux huit plus gros acheteurs du pétrole iranien en novembre dernier, ne devaient durer que six mois, de sorte que les États-Unis ne font que les laisser expirer. Cela signifie que la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Turquie, Taïwan, l’Inde, la Grèce et l’Italie ne sont plus autorisés à acheter du pétrole iranien sans subir les sanctions américaines.

Le partenariat entre le régime de Téhéran et la Corée du Nord fonctionnera-t-il ? Tous les signes indiquent que non. Bien qu’il soit évident que la proximité de ces deux régimes constitue une menace pour la sécurité mondiale, il est important de se rappeler que la Corée du Nord n’a pas les moyens d’acheter d’énormes quantités de pétrole aux mollahs. Cela signifie que les mollahs ne gagneront pas de grosses sommes d’argent pour financer ses actes terroristes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe