dimanche, décembre 5, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe régime iranien poursuit sa tromperie nucléaire grâce à l'inaction internationale

Le régime iranien poursuit sa tromperie nucléaire grâce à l’inaction internationale

Dimanche, l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU a déclaré que Téhéran avait refusé d’honorer les termes d’un accord conclu il y a deux semaines permettant aux inspecteurs de contrôler les installations nucléaires iraniennes. Une fois de plus, le régime des mollahs a réussi à tromper la communauté internationale.

Dans un communiqué publié dimanche, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a souligné : « Le directeur général (de l’AIEA) (Rafael Grossi) souligne que la décision de l’Iran de ne pas autoriser l’agence à accéder à l’atelier de fabrication de composants de centrifugeuses TESA Karaj est contraire aux termes de la déclaration commune publiée le 12 septembre. »

Iranian opposition reveals new details about Tehran’s illicit nuclear program - March 2, 2021

Vidéo : L’opposition iranienne révèle de nouveaux détails sur le programme nucléaire illicite de Téhéran, le 2 mars 2021

À la veille d’une réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, Grossi a conclu un accord avec Téhéran permettant aux inspecteurs de l’AIEA d’entretenir les équipements de surveillance. Une déclaration commune a été publiée alors que de nombreuses puissances occidentales envisageaient d’adopter des mesures sérieuses contre les actions provocatrices de Téhéran.

En d’autres termes, le régime a esquivé les contre-mesures à son extorsion nucléaire et ses provocations d’escalade en trompant le chef de l’AIEA. Le régime iranien n’a jamais eu l’intention d’arrêter son programme nucléaire.

Alors que les puissances occidentales considèrent les négociations avec le régime comme la seule méthode pour contrôler son programme nucléaire, le régime utilise les négociations pour tuer le temps et faire avancer secrètement son programme nucléaire.

Dans une téléinterview en 2019, Ali Bagheri Kani, l’actuel vice-ministre de la Défense et négociateur potentiel avec les puissances mondiales, a expliqué comment le régime a utilisé les négociations pour gagner du temps pour les avancées nucléaires et les a ensuite utilisées comme leviers pour faire avancer son extorsion nucléaire.

Iran: Fake News or Regime’s New Tactic on its Nuclear Program

Vidéo : Iran : fake news et tactiques du régime sur son programme nucléaire

« Pendant ces années, une bonne partie du temps, nous avons voulu perturber les plans de nos adversaires. Pour y arriver, nous avions besoin de plus de temps.

Nous devions montrer nos capacités en pratique pour qu’ils puissent les voir. L’enrichissement à 20 % n’a pas pu se faire du jour au lendemain.

Cela a demandé quelques travaux. Fordow et Arak [les sites nucléaires] avaient besoin de quelques travaux. Il a donc fallu un certain temps pour y parvenir. Par conséquent, nous avons acheté du temps. Mais quand ils étaient prêts à négocier un accord, le processus de négociation s’est accéléré », a-t-il déclaré.

En 2015, les puissances mondiales ont conclu un accord – le Plan d’action global conjoint (JCPOA). En signant le JCPOA, elles ont accordé de nombreuses concessions au régime, arguant que l’accord avait réduit sa capacité à faire avancer son programme nucléaire ou à développer une bombe nucléaire et avait réduit « sa percée nucléaire ».

En 2018, Téhéran a rapidement commencé à violer ses engagements aux termes du JCPOA. En moins de deux ans, le régime a pu enrichir rapidement de l’uranium à plus de 20 %. En août 2021, il a annoncé qu’il commencerait à enrichir de l’uranium jusqu’à 60 % de pureté.

En août, l’AIEA a signalé les progrès du régime dans la production d’uranium métal, uniquement utilisé pour développer des armes nucléaires.

Ali Akbar Salehi, ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime jusqu’en 2020, a reconnu la tromperie du régime lors des négociations. « Ils pensaient avoir gagné la négociation.

Mais nous avions une contre-mesure, et pendant que nous avancions dans l’affaire, ils n’ont pas réalisé ce qu’ils avaient fait, et nous ne nous sommes pas retrouvés piégés dans une impasse pour l’enrichissement », a-t-il déclaré.

En tant que chef de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi avait souligné en 2020 : « La politique et les actions du régime des mollahs, cinq ans après l’accord nucléaire avec les pays du P5+1, ne laissent aucun doute sur le fait que ce régime n’a jamais abandonné le projet d’acquérir une bombe atomique et continue la tromperie et la dissimulation.

Le régime utilise toutes les installations et concessions que l’accord nucléaire a accordées pour poursuivre le terrorisme, la guerre étrangère et la répression intérieure. »

Ainsi, les puissances occidentales n’ont pas atteint leur objectif pour freiner le programme nucléaire de Téhéran. Il a réussi à tromper la communauté internationale à de nombreuses reprises, malgré les avertissements et les révélations répétés de la Résistance iranienne et les nombreux appels à l’action des principaux législateurs occidentaux.

Ne pas parvenir à une bombe nucléaire est une menace existentielle pour le régime des mollahs. Une bombe nucléaire serait grave pour la paix et la sécurité du monde. Si le régime atteint son objectif d’armes nucléaires, les puissances occidentales devraient être blâmées pour leur faiblesse et leur naïveté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe