vendredi, juin 18, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'enrichissement de l'uranium à 60 % par le régime iranien est la...

L’enrichissement de l’uranium à 60 % par le régime iranien est la preuve de sa tromperie permanente

Le régime iranien a récemment annoncé qu’il enrichissait désormais l’uranium à 60 % de pureté. Il s’agit d’une escalade spectaculaire par rapport au niveau qu’il avait établi avant les négociations qui ont abouti à l’accord nucléaire de 2015, ou plan d’action global conjoint (JCPOA). Lorsque le régime a rétabli l’enrichissement à 20 % l’année dernière, il a été largement rapporté que cela plaçait Téhéran à une courte distance technique de l’uranium de qualité militaire.

La leçon à tirer de ce dernier acte d’extorsion nucléaire, ainsi que de tous ceux qui l’ont précédé, devrait être que le JCPOA, tel qu’il a été conçu à l’origine, était plein de défauts et n’a pas réussi à empêcher le régime de faire progresser son programme nucléaire. Bien que le seuil d’enrichissement de 60 % ait été atteint plus d’un an après que le régime ait cessé de se conformer à toutes les dispositions de l’accord, les premières violations du régime ont jeté de nouveaux soupçons sur la portée de son engagement préalable. L’annonce rapide de l’atteinte du taux d’enrichissement de 60 % de l’uranium laisse également penser que le régime clérical n’a jamais respecté les restrictions du JCPOA.

Lorsque Téhéran a décidé pour la première fois de revenir aux niveaux d’enrichissement qu’il avait établis avant 2015, les autorités ont pu réinstaller des centrifugeuses de pointe et reprendre des opérations à grande échelle pratiquement du jour au lendemain.

Qu’est-ce que le JCPOA a réellement accompli en termes de restriction de l’enrichissement d’uranium en Iran s’il a laissé au régime la possibilité de revenir sur ses engagements pour un rien ? En d’autres termes, peut-on vraiment considérer que le délai d’ouverture du régime a été porté à plus d’un an s’il faut beaucoup moins de temps au régime pour retrouver le délai d’ouverture plus court auquel il était habitué ?

Ces questions doivent être soulevées à un niveau élevé parmi les signataires du JCPOA. Jusqu’à présent, les signataires européens semblent exercer une pression presque entièrement dans une seule direction : la levée des sanctions imposées au régime par les États-Unis.

Mais compte tenu de l’extorsion nucléaire du régime, l’UE et les États-Unis devraient intensifier la pression sur le régime. Si le rythme et la gravité des violations commises par le régime des mollahs n’ont pas suffi à motiver les puissances occidentales à atteindre ce résultat, l’enrichissement à 60 % aurait certainement dû être le point de bascule. Il n’y a tout simplement aucune raison pour le régime de posséder de l’uranium avec ce niveau de pureté fissile, si ce n’est comme un tremplin vers la capacité de fabriquer des armes nucléaires.

Dans cette optique, la dernière annonce fanfaronne du régime aurait dû attirer davantage l’attention sur d’autres aveux d’intentions malveillantes que les responsables du régime ont faits en privé. Les déclarations en question remontent à bien avant que Téhéran ne cesse de se conformer à toutes ses obligations dans le cadre du JCPOA, et elles révèlent que le régime avait toujours prévu de violer l’accord de manière significative, que ce soit secrètement ou ouvertement.

En novembre 2019, Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation de l’énergie atomique, a parlé aux médias officiel de la « question de l’enrichissement de l’uranium dans les discussions nucléaires avec le P5+1 », le nom collectif des six autres parties au JCPOA. Salehi s’est moqué des membres occidentaux de ce collectif – les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – qui seraient arrivés à la fausse conclusion qu’ils avaient « gagné la négociation ». Salehi a poursuivi en disant que si le régime a accepté des restrictions par écrit, il a également mis en place des « contre-mesures » qui permettraient aux installations d’enrichissement de poursuivre ou de reprendre rapidement leurs activités.

Les propos de Salehi expliquent en grande partie pourquoi le régime théocratique a pu reprendre l’enrichissement à 20 % beaucoup plus rapidement que prévu. Elles auraient également dû servir d’avertissement aux décideurs politiques quant à la rapidité avec laquelle le régime pourrait pousser son enrichissement encore plus loin, jusqu’à 60 % et, finalement, jusqu’à la fabrication d’armes. Mais une fois encore, si les signataires européens avaient honnêtement évalué la situation, ils auraient déjà été bien conscients de la perspective d’une escalade des violations. Après tout, plusieurs mois après avoir parlé de contre-mesures sur l’uranium, Salehi s’était déjà vanté d’avoir trompé l’Agence internationale de l’énergie atomique en lui faisant croire à tort que Téhéran avait désactivé le cœur de son usine d’eau lourde d’Arak, qui pourrait fournir une voie d’accès au plutonium pour une arme nucléaire.

Bien entendu, même sans les aveux de Salehi ou d’autres responsables du régime, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre le risque de graves violations du JCPOA avant même sa mise en œuvre. La présidente de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi, a déclaré en 2015 : « Contourner les six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et [adopter] un accord non signé, qui n’a pas les exigences d’un traité international officiel, ne bloquerait ni les voies de la tromperie des mollahs ni leur accès à une bombe nucléaire. »

Le mouvement d’opposition iranien dirigé par Mme Radjavi n’a cessé depuis lors d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la nécessité croissante d’exigences plus strictes et de sanctions plus sévères concernant le programme nucléaire de Téhéran, entre autres activités malignes. Au début du mois d’avril, le président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Mohammad Mohaddessin, a déclaré que l’expérience de six années a conduit inexorablement à la conclusion que « le JCPOA n’a pas dissuadé le régime d’obtenir une bombe nucléaire », et encore moins de ses autres objectifs.

« Les mollahs ont dépensé la manne financière résultant de la levée des sanctions pour armer, entraîner et financer leurs mandataires au Moyen-Orient, renouveler leurs complots terroristes sur le sol européen, faire progresser et étendre leur programme de missiles balistiques, poursuivre leur programme nucléaire et réprimer le peuple iranien », a expliqué M. Mohaddessin. « Si le passé est un prologue, aucune concession politique ou économique, sous quelque prétexte que ce soit, ne pourra modérer le comportement de ce régime. Le déni, la tromperie et la duplicité font partie de son ADN. »

Ces propos ont été formulées avant même que le régime des mollahs ne redouble de provocation avec la menace d’un enrichissement à 60 %. Il est tout simplement impossible de nier que le régime a poursuivi son programme nucléaire.

La communauté internationale doit immédiatement agir et intensifier la pression sur le régime. C’est la seule solution pour mettre un terme à la menace nucléaire du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe