vendredi, juin 18, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’enrichissement élargi d’uranium du régime iranien nécessite une réponse ferme

L’enrichissement élargi d’uranium du régime iranien nécessite une réponse ferme

Le régime iranien dit qu’il a la capacité d’augmenter l’enrichissement d’uranium au-delà de 60%

Les inquiétudes concernant la capacité potentielle d’armes nucléaires du régime iranien se sont intensifiées après l’annonce selon laquelle le régime avait porté l’enrichissement d’uranium à 60%. Pour certains décideurs des pays qui ont signé le Plan d’action global conjoint (JCPOA) en 2015, ces préoccupations augmentent l’urgence de restaurer pleinement l’accord nucléaire historique. Mais c’est exactement la mauvaise conclusion à tirer des provocations du régime. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Union européenne devraient plutôt réagir en augmentant la pression sur le régime des mollahs.

Téhéran a ouvertement admis que l’enrichissement de 60% était destiné à être une démonstration de force. La dernière avancée nucléaire du régime est censée donner l’impression que Téhéran a la capacité technique de surmonter les obstacles, mais si elle réussit à atteindre cet objectif, cela devrait clarifier aux décideurs politiques européens que plus d’obstacles sont nécessaires – pas moins – afin d’empêcher définitivement le régime de se précipiter vers la capacité d’armes nucléaires.

L’objectif déclaré du JCPOA a toujours été de prolonger la «période de rupture» de Téhéran, ou le temps qu’il faudrait au régime pour construire une arme nucléaire s’il décidait de mettre un terme soudain à toutes les restrictions internationales. Les restrictions de l’accord sur l’enrichissement de l’uranium, les stocks de matières nucléaires et d’autres activités de ce type ont prétendument prolongé cette période à plus d’un an, mais le rythme des violations du régime au cours de l’année écoulée montre à quel point l’évaluation était en premier lieu erronée.

Après que Téhéran a annoncé au début de 2020 qu’il ne se considérait plus lié par aucune des dispositions du JCPOA, les installations nucléaires ont commencé à réinstaller des centrifugeuses d’enrichissement avancées si rapidement qu’il semblait presque qu’elles n’avaient jamais été mises hors ligne. En effet, certains des détracteurs de l’accord avaient publiquement craint que ce ne soit le cas puisque Téhéran était autorisé à éteindre et à démonter certains appareils sans réellement les retirer du pays ni accepter d’autres obstacles sérieux à leur réinstallation. Cette situation peut aider à expliquer pourquoi le régime a pu reprendre un enrichissement de 20% plus rapidement que prévu, puis porter ce niveau à 60% pratiquement du jour au lendemain lorsqu’une démonstration de force était jugée nécessaire.

Mais une explication encore plus convainquant peut être trouvée dans les déclarations que les responsables du régime ont faites à travers les médias d’État du régime. En novembre 2019, Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, s’est vanté dans une interview d’avoir mis en place «une contre-mesure» pour éviter que des installations comme Natanz ne soient «piégées dans l’impasse de l’enrichissement». Bien qu’il ait refusé de préciser la nature de la tromperie, Salehi a décrit cet arrangement comme permettant au régime de poursuivre ses activités d’enrichissement tout en donnant aux puissances occidentales l’impression qu’elles «ont gagné la négociation».

Ces remarques auraient dû être familières à toute observateur de la stratégie de Téhéran en matière de relations internationales – à la fois dans le domaine nucléaire et dans d’autres domaines – sur le long terme. Le président du régime, Hassan Rohani, a déjà fait des remarques similaires dans un discours prononcé devant des responsables dans lequel il a évoqué son rôle antérieur en tant que négociateur en chef du régime dans le domaine nucléaire. «Pendant que nous parlions avec les Européens à Téhéran, nous installions des équipements dans certaines parties des installations d’Ispahan», a-t-il déclaré dans le discours en 2004. «En fait, en créant un environnement calme, nous avons pu terminer le travail à Ispahan. Aujourd’hui, nous pouvons convertir le yellowcake. »

Les efforts de Téhéran pour exploiter les négociations de cette manière ne se sont même pas limités à l’enrichissement de l’uranium. Plusieurs mois avant de faire les remarques susmentionnées, Salehi a avoué aux médias d’État que le régime avait également maintenu ouvert la voie potentielle du plutonium vers la capacité d’armes nucléaires. Selon les termes du JCPOA, l’installation d’eau lourde d’Arak devait être convertie en une installation d’eau légère, mais comme l’a expliqué Salehi, les autorités ont seulement feint de couler du béton dans son noyau, et les observateurs internationaux n’étaient que trop disposés à prendre la prétention de conformité du régime pour argent comptant.

Certains responsables politiques occidentaux semblent maintenir cette volonté maintenant, même face aux provocations croissantes de Téhéran et aux efforts avoués pour intimider ses adversaires étrangers. Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a récemment déclaré qu’il avait réaffirmé son engagement à sauver l’accord sur le nucléaire en déclarant: «Le retour des États-Unis au JCPOA et un retour à la pleine mise en œuvre de l’accord rendraient le monde beaucoup plus sûr.»

Alors que des décideurs comme Borrell tiennent à supposer que le régime a catapulté à des niveaux d’enrichissement d’uranium plus élevés que jamais, il est beaucoup plus raisonnable de conclure – en se basant en partie sur les propres déclarations des responsables du régime – que le temps pour l’évasion nucléaire de Téhéran n’a jamais été aussi longue que ses partenaires de négociation ont choisi de le croire.

Avec l’avènement de l’enrichissement à 60%, les décideurs politiques occidentaux ont une opportunité sans précédent et une responsabilité sans précédent de se libérer de leur optimisme sans fondement concernant la conformité du régime, et de commencer à exiger des preuves beaucoup plus complètes de cette conformité, sous la forme d’inspections inopinées, l’élimination complète des centrifugeuses d’enrichissement avancées, etc.

Par-dessus tout, les décideurs occidentaux doivent être plus disposés à rejeter explicitement le récit du régime d’un programme nucléaire civil pacifique et à reconnaître que le régime a toujours aspiré à la capacité d’armes nucléaires et travaille toujours à cet objectif. Cela devrait être impossible de le nier maintenant que le régime clérical a publiquement loué son enrichissement à 60% et s’est affairé à la production d’uranium métal. Les experts nucléaires ont indiqué à maintes reprises que de tels développements ne servent à rien d’autre que de servir de tremplin sur la voie de la construction d’une ogive nucléaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe