dimanche, mai 9, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLes discussions sur le nucléaire doivent exiger du régime iranien le respect...

Les discussions sur le nucléaire doivent exiger du régime iranien le respect de ses obligations

Les représentants du régime iranien devraient rencontrer cette semaine les autres signataires de l’accord nucléaire de 2015 à l’exception des États-Unis. Le rassemblement à Vienne est décrit comme un lieu de négociations «indirectes» entre l’Iran et les États-Unis, en attendant des pourparlers directs qui clarifieraient les détails du retour des deux pays au respect du Plan d’action global conjoint.

Il reste à voir si la réunion donnera lieu à des progrès réels. Le département d’État américain a exprimé des attentes plutôt modérées quant à la perspective d’une percée. Cela semble approprié, étant donné que les responsables iraniens n’ont manifesté aucun changement de ton avant les pourparlers. Vendredi, lors d’une réunion virtuelle préliminaire, le négociateur nucléaire iranien et ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, a minimisé la valeur de toute négociation à venir, affirmant qu’elles étaient nécessaires pour déterminer la marche à suivre de chaque côté.

« Les États-Unis peuvent revenir à l’accord et cesser d’enfreindre la loi de la même manière qu’ils se sont retirés de l’accord et ont imposé des sanctions illégales à l’Iran », a déclaré Araqchi, réitérant apparemment la position intransigeante prise précédemment par d’autres responsables.

Les États-Unis ont fait la demande inverse, signalant qu’ils étaient prêts à suspendre les sanctions, mais seulement après que l’Iran aura repris le respect de l’accord qui a jeté les bases d’un allègement des sanctions.

Quand on regarde de près le comportement du régime iranien pendant cette période de tensions élevées, il est assez facile de conclure que l’administration américaine ferait mieux de s’en tenir à ses positions et d’insister sur le respect total et vérifiable par l’Iran du JCPOA comme condition préalable à tout allégement des sanctions économiques. L’ouverture au compromis de l’administration doit néanmoins rappeler à ses alliés européens quel doit être leur rôle dans les négociations à venir.

C’est-à-dire que la mission de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni ne devrait pas être de tracer une voie vers une solution qui soit en faveur du régime iranien. Au lieu de cela, il devrait exercer une pression diplomatique sur le régime iranien pour qu’il arrête son chantage nucléaire. L’intransigeance a été l’approche du régime iranien tout au long de ce processus et si cela est pris au sérieux comme position de départ, cela ne fera que récompenser Téhéran pour ce qui équivaut à un chantage nucléaire.

Alors qu’ils se préparent à de nouvelles négociations, les signataires européens du JCPOA ne doivent pas oublier ce que cette crise diplomatique a révélé sur les lacunes de l’accord existant.

Certains décideurs politiques européens ont tenu à blâmer les violations à cause du retrait de la précédente administration américaine de l’accord en 2018. Mais même si cette mesure a pu inciter le régime à commencer à violer ouvertement et de manière menaçante les dispositions fondamentales du JCPOA, elle a également contribué à révéler les façons dont le régime avait déjà violé secrètement à la fois la lettre et l’esprit de l’accord.

Même les fervents défenseurs du JCPOA ont été surpris de la rapidité avec laquelle Téhéran a pu revenir aux niveaux et types d’activité nucléaire qu’il avait mis en place avant le début des négociations. Au lieu de monter en puissance progressivement, les installations nucléaires ont apparemment été capables de basculer un interrupteur et de remettre les choses comme elles étaient, avec peu ou pas d’avis préalable ou d’avertissement de la part des inspecteurs internationaux.

Cela a été un choc pour certains observateurs, mais cela n’aurait pas été le cas s’ils avaient prêté une attention particulière aux actions et aux déclarations émanant de Téhéran alors que les principaux responsables travaillaient pour projeter une image de force et menacer leurs adversaires occidentaux pour fournir de nouvelles concessions et renverser la pression économique imposée par les États-Unis. Cela doit être rejeté avec force.

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président de l’International Committee In Search of Justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe