dimanche, mai 9, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireLes sites nucléaires non-déclarés sont le signe d'une pression insuffisante sur les...

Les sites nucléaires non-déclarés sont le signe d’une pression insuffisante sur les activités nucléaires de l’Iran

Iran : Installations d’enrichissement de Fordow

Rafael Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a récemment déclaré que l’Iran devait faire toute la lumière sur ses activités nucléaires passées s’il voulait espérer sauver l’accord nucléaire de 2015. Le plan global d’action conjoint (JCPOA) devait à l’origine clore le dossier sur cette question, mais peu après sa mise en œuvre, il est apparu que le régime continuait à dissimuler activement ses travaux nucléaires passés sur au moins un site, même après la mise en œuvre de l’accord. Plus récemment, l’AIEA a identifié des particules d’uranium inexpliquées dans des échantillons de sol provenant d’au moins deux autres sites, élargissant ainsi les éventuelles dimensions militaires des activités du régime.

Quelques semaines avant que M. Grossi ne fasse sa dernière déclaration sur le manque de transparence de Téhéran, le Conseil national de la Résistance iranienne a organisé une conférence de presse pour donner des détails supplémentaires sur l’un des deux sites nucléaires récemment identifiés. Ces informations ont été recueillies par l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), qui est également l’entité responsable de la révélation des premiers détails clés du programme clandestin d’armement nucléaire du régime, notamment l’existence du site d’enrichissement d’uranium de Natanz et de l’usine d’eau lourde d’Arak.

La conférence de presse du CNRI a établi des comparaisons entre les nouvelles informations concernant un site à Abadeh et les informations désormais établies concernant la base militaire de Parchine, qui a été soupçonnée d’activité nucléaire en 2012 mais à laquelle l’AIEA n’a eu accès qu’en 2017, bien après l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire. Le CNRI a constaté que dans chaque cas, le site a été soumis à des méthodes d’assainissement similaires menées par le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran). Dans le cas d’Abadeh, tous les bâtiments du site auraient été détruits en 2019 après qu’il soit devenu évident que leur existence et leur objectif avaient été prouvés révélés. Par la suite, les pasdaran ont tenté d’enlever et de remplacer une épaisse couche de sol dans un effort finalement infructueux pour effacer les traces de matériel nucléaire.

Le même processus avait été observé à Parchin, des images satellite confirmant que toute la zone avait été rasée et remaniée. Malgré ces preuves évidentes de falsification, Téhéran a continué à entraver l’accès de l’AIEA au site pendant plusieurs mois. Malheureusement, les faibles dispositions du JCPOA concernant les sites non-divulgués, et notamment les sites militaires, ont rendu la tâche assez facile.

Depuis le retrait des États-Unis de l’accord, la priorité des dirigeants européens est de sauver cet accord par tous les moyens. Il va donc sans dire que les problèmes d’accès insuffisant de l’AIEA n’ont jamais été abordés. Bien au contraire, ils ont été exacerbés par les efforts déployés par l’Iran pour riposter à la réimposition des sanctions américaines – des efforts qui ont visé l’Europe au moins autant que les Etats-Unis, mais qui n’ont reçu que peu ou pas de réponse coordonnée de la part des puissances occidentales.

En février, conformément à une loi adoptée à la fin de l’année dernière, Téhéran a cessé de respecter le protocole additionnel du traité de non-prolifération nucléaire et a effectivement révoqué les droits d’accès déjà limités de l’AIEA dans le pays. Bien que le régime ne soit pas allé jusqu’à chasser les inspecteurs internationaux, il a explicitement menacé de le faire si ses adversaires ne cèdent pas à la pression, ne lèvent pas les sanctions et ne font pas de nouvelles concessions pour que l’Iran continue à reconnaître le JCPOA.

Ni l’Europe ni les États-Unis ne peuvent se permettre de fléchir face à un tel chantage. Les nations européennes doivent revoir en profondeur leur approche de la question à la suite des dernières découvertes de l’AIEA concernant les sites nucléaires non-déclarés. Si Téhéran n’est pas soumis à une pression supplémentaire, les mollahs en concluront sans doute que leur supercherie et leurs menaces ont porté leurs fruits et ils continueront à en faire usage.

C’est une proposition particulièrement dangereuse lorsque ces menaces sont devenues si flagrantes et que la supercherie est devenue une source de fierté reconnaissable pour les responsables iraniens. Le 9 février, le ministre iranien du Renseignement, Mahmoud Alavi, a souligné l’une des principales défenses de Téhéran concernant son programme nucléaire « pacifique », mais il l’a fait d’une manière qui l’a clairement discréditée. « La fatwa interdit la production d’armes nucléaires« , a-t-il déclaré, en référence à un édit religieux du Guide Suprême du régime, Khamenei, qui stipule que de telles armes sont contraires à l’islam, « mais s’ils poussent l’Iran dans cette direction, ce n’est pas la faute de l’Iran. Ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction seront à blâmer. »

Cette déclaration était sans doute la reconnaissance publique au plus haut niveau de la capacité potentielle du régime à se doter d’armes nucléaires, et elle aurait dû entraîner une réévaluation immédiate de la question par quiconque a jamais douté de la conclusion selon laquelle Téhéran a l’intention d’obtenir des armes nucléaires.

Si l’aveu tacite d’Alavi ne suffisait pas à motiver un décideur occidental donné, il lui suffirait d’analyser certains des propos qu’Ali Akbar Salehi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, depuis le début de 2019. Dans des entretiens avec les médias officiels, il s’est ouvertement vanté d’avoir trompé la communauté internationale sur une série de dispositions du JCPOA. Sur la base de ces propos, il apparaît que la voie du plutonium de l’Iran vers la capacité d’armement nucléaire est restée ouverte via l’usine d’eau lourde d’Arak, tandis que les réductions de l’enrichissement de l’uranium ont été mises en œuvre de manière à être rendues presque insignifiantes.

« Ils pensaient avoir gagné la négociation« , a déclaré Salehi à propos des participants occidentaux aux négociations du JCPOA. « …Mais nous avions une contre-mesure, et pendant que nous poursuivions l’affaire, ils n’ont pas obtenu ce qu’ils avaient prévu, et nous ne nous sommes pas retrouvés piégés dans l’impasse de l’enrichissement… Donc, quand vous entrez dans des négociations, vous pouvez accepter quelque chose, mais vous avez des contre-mesures. Mais vous ne pouvez pas révéler vos cartes, et par la suite, votre adversaire, qui pensait que vous étiez piégé, voit soudainement que vous continuez votre enrichissement. »

Bien que Téhéran soit certainement enclin à une rhétorique excessive, il a déjà été prouvé que cette déclaration n’était pas creuse au moment où elle a été faite. Fin 2019, Téhéran avait déjà augmenté la taille de ses stocks nucléaires et le niveau de son enrichissement d’uranium à un degré qui a choqué de nombreux partisans du JCPOA. Depuis lors, le régime a apparemment étendu ses activités nucléaires au point de dépasser ce qu’il avait accompli avant le début des négociations en 2015.

Si le JCPOA avait représenté une pression adéquate sur cette question, une reprise aussi rapide de l’activité nucléaire n’aurait jamais dû être possible. Mais bien évidemment, aucune pression ne saurait être adéquate si elle n’aboutit pas à ce que le régime adopte une transparence totale sur l’ampleur et le détail de ses activités nucléaires antérieures ou sur leurs dimensions militaires. Ainsi, que la communauté internationale fasse pression pour la remise en œuvre initiale de l’accord existant ou qu’elle choisisse plutôt de repartir de zéro à ce moment-là, il doit être clair que l’accord précédent n’a pas limité le régime, et que celui-ci a pu revenir rapidement dès qu’il a signé l’accord.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe