mardi, octobre 26, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'Iran poursuit son extorsion nucléaire en raison de la faiblesse des politiques...

L’Iran poursuit son extorsion nucléaire en raison de la faiblesse des politiques de l’UE

Quelques jours après l’investiture du nouveau président du régime iranien, Ebrahim Raïssi, le gendarme atomique de l’ONU a souligné que « l’Iran a accéléré son enrichissement d’uranium à un niveau proche de celui des armes », selon Reuters.

« En mai, l’Agence internationale de l’énergie atomique a indiqué que l’Iran utilisait une cascade, ou un groupe, de centrifugeuses avancées pour enrichir jusqu’à 60 % dans son usine pilote d’enrichissement en surface à Natanz. L’AIEA a informé les États membres mardi que l’Iran utilisait désormais une deuxième cascade à cette fin également« , a ajouté Reuters.

Comme l’affirme Reuters, « cette initiative est la dernière en date des nombreuses violations par l’Iran des restrictions imposées par l’accord nucléaire de 2015, qui plafonne à 3,67 % la pureté à laquelle Téhéran peut raffiner l’uranium« .

En février 2021, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé que le régime avait produit 3,6 grammes d’uranium métal à la centrale nucléaire d’Ispahan. Alors que le régime a affirmé avoir des « objectifs civils » de production d’uranium métal, les signataires européens de l’accord nucléaire de 2015 ont exprimé leur « grave préoccupation » et ont décrit ces actions comme une « étape clé dans le développement d’une arme nucléaire ».

En outre, à la suite du rapport de l’AIEA sur l’augmentation de la production d’uranium métal, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a souligné que le régime « n’a aucun besoin crédible de produire de l’uranium métal, qui a un rapport direct avec le développement d’armes nucléaires ».

Fitting a Square Peg into a Round Hole with Iran Negotiations - April 2021

Le régime des mollahs n’a jamais respecté ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de plan d’action global conjoint ou JCPOA.

En janvier 2019, Ali Akbar Salehi, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, a reconnu que l’usine d’eau lourde d’Arak restait pleinement opérationnelle, même si le JCPOA déterminait que son cœur devait être désactivé et rempli de ciment.

En novembre, Salehi a reconnu comment le régime a trompé la communauté internationale pendant les négociations nucléaires. « Ils pensaient qu’ils avaient gagné la négociation. Mais – je ne pouvais pas l’expliquer à l’époque – nous avions une contre-mesure, et pendant que nous poursuivions l’affaire, ils n’ont pas obtenu ce qu’ils avaient prévu, et nous ne sommes pas restés coincés dans l’impasse de l’enrichissement« , a déclaré Salehi.

Le 8 février, Mahmoud Alavi, alors ministre du Renseignement du régime, a reconnu les ambitions nucléaires du régime. Il a déclaré : « S’ils poussent l’Iran dans ces directions, ce n’est pas la faute de l’Iran. C’est la faute de ceux qui ont poussé l’Iran dans cette direction ».

Alors que le régime poursuit son programme d’armement nucléaire, les signataires européens du JCPOA refusent de demander sérieusement des comptes au régime et de mettre un frein à ses activités malignes. Les puissances européennes ont poussé à tort à la négociation et à l’octroi de mesures incitatives au régime des mollahs.

Leurs efforts pour maintenir le JCPOA en dépit de ses nombreuses insuffisances se sont intensifiés, lorsqu’en 2018, les États-Unis se sont retirés de l’accord, citant les activités malignes du régime qui violaient « l’esprit » du JCPOA.

Iran: Fake News or Regime’s New Tactic on its Nuclear Program

Malheureusement, pour tenir le régime dans les négociations, les puissances de l’UE ont consenti à l’extorsion nucléaire des mollahs. Alors que le monde a condamné la récente nomination de Raïssi, connu pour ses violations des Droits de l’Homme, à la présidence du régime, l’Union européenne a envoyé l’un de ses principaux diplomates à l’investiture de Raïssi en août.

Josep Borrell, responsable des actions extérieures de l’UE, a justifié le voyage de M. Mora en Iran en déclarant qu' »il est crucial de s’engager diplomatiquement avec la nouvelle administration et de faire passer directement des messages importants« . En tant que coordinateur du JCPOA, Borrell a souligné que le rétablissement du JCPOA est une « priorité essentielle » de l’UE. Pourtant, il a refusé d’aborder les violations continues des Droits de l’Homme par l’Iran.

Ces faibles réactions à la nouvelle administration du régime, composée de voleurs et de terroristes chargés de prolonger sa vie, ne feront qu’encourager le régime à poursuivre son extorsion nucléaire. Le régime n’est pas loin d’obtenir une arme nucléaire et faire des concessions ne ferait que conduire à une catastrophe internationale.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a souligné en juillet que « pendant que le régime cachait son programme nucléaire en trompant le monde, la communauté internationale essayait d’arrêter ou de freiner ce projet en accordant des concessions ou en faisant preuve de complaisance », soulignant que « tout accord qui ne ferme pas complètement les installations de fabrication de bombes, d’enrichissement et les installations nucléaires de Téhéran est inacceptable. Et le peuple iranien ne l’acceptera pas. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe