lundi, août 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléairePourquoi le régime iranien continue-t-il à jouer son jeu nucléaire dangereux ?

Pourquoi le régime iranien continue-t-il à jouer son jeu nucléaire dangereux ?

Pourquoi le régime iranien continue-t-il à jouer son jeu nucléaire dangereux ?
Le haut représentant de l’Union européenne, Josep Borrell, s’est rendu en Iran le 24 juin dans un ultime effort pour convaincre Téhéran de revenir à la table des négociations afin de relancer l’accord nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de plan d’action global conjoint (JCPOA).

M. Borrell a par la suite qualifié sa visite de « constructive » et a exprimé l’espoir que le régime iranien revienne aux négociations après de nombreux efforts futiles pour relancer l’accord très lacunaire de 2015.

La visite a eu lieu près de deux semaines après que le conseil d’administration de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a publié une résolution condamnant le manque de « transparence » de Téhéran concernant ses sites nucléaires.

En réponse, le régime des mollahs a annoncé avoir débranché des dizaines de caméras de l’AIEA qui surveillent ses sites nucléaires. Les États-Unis ont condamné cette action, la qualifiant d' »extrêmement regrettable » et de « contre-productive« .

De nombreux observateurs ont suggéré qu’avec ce geste, le régime a incité les puissances occidentales à adopter une approche plus décisive contre son extorsion nucléaire.
Avec les tensions qui se profilent à l’horizon, M. Borrell, partisan de la politique de complaisance, a annoncé sa volonté de se rendre à Téhéran.

Contrairement à sa rhétorique anti-occidentale et à sa démonstration de force creuse, l’Iran a également accepté cette visite.

Quelques jours après la visite de Borrell, Téhéran a annoncé sa volonté d’entamer des négociations. Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a également souligné la volonté de son gouvernement de « faire lever les sanctions. » Il s’est également vanté que le régime continuerait à « neutraliser les sanctions » ou, en d’autres termes, à les contourner, en profitant de l’absence de politique ferme des puissances occidentales concernant les activités malveillantes du régime.

L’économie iranienne souffre d’une corruption, d’une mauvaise gestion et d’une ineptie systématiques. Les sanctions jouent un rôle secondaire, mais essentiel dans l’aggravation de la calamité financière du pays. La crise économique de l’Iran suscite les protestations de personnes de tous horizons, qui désignent dans leurs slogans le régime tout entier comme la véritable source de leurs problèmes.

Malgré les efforts fructueux de Téhéran pour contourner les sanctions en utilisant de nombreuses failles et l’incapacité de l’Occident à mettre un frein à ces activités illicites, le régime n’a pas assez d’argent pour financer ses groupes terroristes mandataires ou son appareil répressif. Les récentes sanctions américaines contre l’industrie pétrochimique du régime ont été un autre coup dur pour Téhéran. En outre, il semble qu’un front uni se forme dans la région contre le régime.

Face à une société de plus en plus volatile, le régime des mollahs cherche désespérément à éviter un nouvel isolement international. Téhéran a longtemps joué à cache-cache, mais il semble désormais que la communauté internationale n’en puisse plus.

Le régime a deux options : soit revenir au JCPOA et assouplir les sanctions, soit poursuivre son comportement de voyou, ce qui aggrave son isolement international. Faire un pas en arrière aura de graves répercussion pour le régime confronté à une crise d’illégitimité intérieure.

Tuer le temps et laisser l’accord en suspens pourrait faire gagner du temps à Téhéran, mais cela aggraverait les problèmes du régime à court terme.

« Si nous nous vengeons en enrichissant de l’uranium à plus de 60 % de pureté ou en utilisant des centrifugeuses plus avancées, la communauté mondiale pourrait réagir. C’est une situation compliquée, car nous sommes plongés dans la crise. Certains responsables, tels que les membres du Majlis (Parlement des mollahs), nous mettent en garde contre les problèmes économiques supplémentaires, tels que l’augmentation de l’inflation en été« , écrivait le 3 juin le journal officiel Arman-e Meli.

Craignant la réaction de la population, le journal met en garde les responsables du régime contre une « menace intérieure« .

« Dans la situation actuelle, nous devrions être plus préoccupés par une menace intérieure que par une menace internationale. »

En un mot, accroître la pression sur le régime et le tenir pour responsable de ses activités malveillantes va dans le sens de l’aspiration du peuple iranien à renverser ce régime.
Mais les puissances mondiales choisiraient-elles enfin la bonne voie après des décennies à essayer toutes les mauvaises voies ? Ou continueront-elles à fermer les yeux sur la menace d’une théocratie dotée de l’arme nucléaire ?

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe