dimanche, décembre 5, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireTromperie nucléaire : Le régime iranien ne comprend que le langage de...

Tromperie nucléaire : Le régime iranien ne comprend que le langage de la fermeté

Tromperie nucléaire : Le régime iranien ne comprend que le langage de la fermeté
Tromperie nucléaire : Le régime iranien ne comprend que le langage de la fermeté

Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du régime iranien, a déclaré que Téhéran reviendrait aux pourparlers nucléaires sans « aucune condition préalable ». Ses propos s’inscrivent dans la duplicité du régime, craignant d’éventuelles actions internationales unilatérales contre l’extorsion nucléaire de Téhéran.

Quelques jours avant les propos de Saeed Khatibzadeh, son patron, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré : « J’ai dit aux médiateurs que si les intentions de l’Amérique sont sérieuses, alors une indication sérieuse est nécessaire » et il devrait donner au régime au moins « 10 milliards de dollars d’argent bloqué ».

L’administration américaine a rapidement rejeté cette demande. Même l’Allemagne, qui a tenté de rétablir l’accord nucléaire, a rejeté les exigences du régime. « Si ici de nouvelles conditions sont fixées par l’Iran pour la reprise des pourparlers, alors nous rejetons cela », a déclaré un ministère allemand des Affaires étrangères le 4 octobre, selon Reuters.

Le 12 septembre, Rafael Grossi, chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a conclu un accord avec le régime autorisant les inspecteurs de l’AIEA à entretenir les équipements de surveillance. Cet accord est intervenu à la veille d’une réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, ce qui aurait pu aboutir à des mesures fermes contre les actes de provocation du régime.

Fitting a Square Peg into a Round Hole with Iran Negotiations - April 2021

Mais le 26 septembre, l’AIEA a rapporté que le régime n’avait pas autorisé « l’accès de l’agence à l’atelier de fabrication de composants de centrifugeuses TESA Karaj », ce qui était « contraire aux termes convenus de la déclaration conjointe publiée le 12 septembre».

En d’autres termes, lorsque Téhéran a estimé que ses démarches provocatrices pouvaient avoir de graves répercussions sur lui, il a eu recours à la duplicité. Malheureusement, le chien de garde nucléaire des Nations Unies et les puissances occidentales sont tombés dans le piège de cette tactique, permettant au régime d’esquiver les conséquences possibles de ses actions, tout en poursuivant sa course vers une bombe atomique. Le régime n’a jamais eu l’intention d’arrêter son programme nucléaire, même lorsqu’il avait signé le fameux accord nucléaire iranien avec les puissances mondiales en 2015.

Le nucléaire iranien : le JCPOA avait de nombreuses lacunes
En 2015, le P5+1 a signé un accord nucléaire avec le régime iranien, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). Le JCPOA n’avait pas les exigences d’un traité international et, comme l’avait averti la Résistance iranienne à l’époque, ne pouvait « ni bloquer les voies des mollahs vers la tromperie ni leur accès à une bombe nucléaire ».

Le JCPOA avait de nombreuses lacunes et n’a pas réussi à lutter contre les autres activités néfastes du régime iranien, y compris ses activités terroristes dans la région. En 2018, les États-Unis se sont retirés du JCPOA, invoquant les violations par le régime de « l’esprit » de l’accord. Le régime a rapidement lancé une campagne d’extorsion nucléaire.

Contrairement à ce que les partisans du JCPOA prétendaient que l’accord avait permis de freiner les activités nucléaires du régime, Téhéran a rapidement violé ses engagements aux termes du JCPOA. En moins de deux ans, le régime a enrichi l’uranium à plus de 20 %. En août 2021, Téhéran a annoncé avoir commencé à enrichir de l’uranium jusqu’à 60 % de pureté. Plus tard, l’AIEA a signalé les progrès de Téhéran dans la production d’uranium métal, utilisé uniquement pour développer des armes nucléaires.

Les démarches provocatrices du régime iranien soulignent qu’il n’a jamais arrêté ses projets d’acquisition d’une bombe nucléaire, et qu’il a utilisé les négociations pour tuer le temps, et les responsables du régime ont confirmé ce fait.

« Ils pensaient avoir gagné la négociation. Mais nous avions une contre-mesure, et pendant que nous procédions à l’affaire, ils n’ont pas réalisé ce qu’ils avaient accepté. Nous ne nous sommes pas retrouvés piégés dans l’impasse pour enrichir », a déclaré Ali Akbar Salehi, ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime en 2020.

« Pendant ces années, une bonne partie du temps, nous avons réussi à perturber l’action de nos adversaires. Pour y arriver, nous avions besoin de plus de temps. Nous devions montrer nos capacités en pratique pour qu’ils puissent les voir.

L’enrichissement à 20 % n’a pas pu se faire du jour au lendemain. Cela a demandé quelques travaux. Fordow et Arak [les sites nucléaires] avaient besoin de travaux. Il a donc fallu un certain temps pour y parvenir. Par conséquent, nous avons acheté du temps. Mais lorsqu’ils étaient prêts à négocier un accord, le processus de négociation s’est accéléré », a déclaré dans une interview en 2019 Ali Bagheri Kani, l’actuel vice-président du gouvernement et négociateur potentiel avec les puissances mondiales.

Ainsi, la récente déclaration de Khatibzadeh pourrait être décrite comme faisant partie du jeu du chat et de la souris du régime avec les puissances mondiales et conforme à son extorsion nucléaire. Le régime n’abandonnera jamais son programme d’armes nucléaires, car son acquisition pourrait prolonger son règne médiéval.

Après les étapes trompeuses répétées du régime, les puissances mondiales devraient revenir à la raison et adopter une politique ferme envers le régime. Les remarques de Khatibzadeh montrent également qu’une fois que les puissances mondiales pencheront vers la « fermeté » dans leurs relations avec le régime, Téhéran sera contraint d’arrêter sa campagne d’extorsion nucléaire. Le régime ne comprend que le langage de la fermeté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe