samedi, juin 25, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeRecherche de sanctions globales contre l'Iran

Recherche de sanctions globales contre l’Iran

Recherche de sanctions globales contre l’IranDe Katie Stuhldreher

The Washington Times – D’anciens hauts responsable américains et israéliens ont appelé hier les Etats-Unis à rallier la communauté internationale afin d’imposer des sanctions contre l’Iran et de pousser les alliés arabes à œuvrer contre le Hezbollah et le Hamas.

 

Dennis Ross, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Moyen-Orient qui a négocié un cessez-le-feu au Liban en 1993 et en 1996, a déclaré lors d’une conférence de presse du Washington Institute : « J’ai fait cela auparavant et je sais ce que cela implique. L’Amérique est un acteur clé pour mettre fin au conflit ».

M. Ross a rejeté la responsabilité des attaques récentes du Hamas et du Hezbollah sur l’Iran et a affirmé qu’encourager des sanctions politiques et économiques contre l’Iran et la Syrie « devaient être notre objectif à l’heure actuelle ».

Moshe Yaalon, chef d’état-major des Forces de défense israéliennes de 2002 à 2005, a déclaré : « Ces attaques ont été orchestrées par l’Iran et assistées par la Syrie ».

Il a fait remarquer que l’attaque initiale du Hezbollah contre les forces israéliennes coïncidait avec la date limite pour que l’Iran réponde à l’offre de la coalition menée par les USA concernant son programme nucléaire.

« L’Iran a garanti ainsi que l’attention mondiale soit dirigée ailleurs », a affirmé M. Ross, notant que la question nucléaire avait été balayée du devant de la scène lors du sommet du Groupe des Huit en Russie ce week-end.

Le général Yaalon a également déclaré que les hauts responsables iraniens avaient « influencé »le chef du Hamas, Khaled Mashaal, à Damas peu avant le kidnapping du Hamas qui a déclenché l’offensive israélienne à Gaza en juin.

Il a ajouté qu’Israël « suspectait fortement » des membres des Gardiens de la Révolution au Liban d’avoir lancé un missile iranien C-802 à guidage radar contre un navire israélien vendredi, tuant quatre marins.

M. Ross a affirmé : « Les Iraniens ont déjà livré des choses au Hezbollah dont nous ne savons rien. On ne peut absolument pas leur faire confiance. Et s’ils agissent avec autant d’assurance sans armes nucléaires, voulons-nous savoir ce qu’ils vont faire s’ils les obtiennent ? »

Les Etats-Unis soupçonnent l’Iran de tenter secrètement de développer des armes nucléaires.

Le général Yaalon a affirmé que l’Iran avait échappé aux conséquences qu’implique l’organisation d’attentats terroristes et que l’on ne pouvait pas lui permettre de sortir de ce conflit sans en payer le prix.

M. Ross a recommandé aux Etats-Unis de « travailler de manière intensive en coulisses » avec les ennemis de l’Iran dans le monde arabe et de négocier un accord de paix.

« J’observe les changements de comportement. Et le facteur qui rend cette situation différente par rapport aux situations passées est que certains Etats arabes agissent de manière inhabituelle en critiquant le Hezbollah sans aucune retenue, en particulier l’Arabie Saoudite », a-t-il expliqué.

M. Ross a suggéré que les Etats-Unis encouragent le développement d’un « plan arabe » qui engloberait l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Jordanie et d’autres nations désirant contrecarrer l’influence de l’Iran dans la région.

Il a affirmé que ce plan prévoirait un soutien politique, économique et militaire destiné au gouvernement et à l’armée libanaise, qui restent toujours relativement faibles et incapables de contenir le Hezbollah.

« Pour la première fois, les Etats arabes s’intéressent à la recherche d’alternatives au Hezbollah et au Hamas. Nous pouvons faire avancer ce projet avec un appui financier arabe afin d’aider l’Autorité palestinienne et le gouvernement libanais à fournir finalement un soutien social et économique à son peuple, soutien dont le Hezbollah et le Hamas bénéficient d’habitude », a déclaré M. Ross.

David Schenker, ancien contact militaire libanais auprès du Pentagone et membre du Washington Institute, a déclaré que le conflit exposait les véritables alliés du Hamas et du Hezbollah.

« Il est très clair maintenant pour les Palestiniens et les Libanais que le Hezbollah n’est pas un groupe libanais, mais qu’ils sert les intérêts d’autres personnes. Ils ne se soucient absolument pas des Palestiniens ou des Libanais », a-t-il dit.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe