Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Les films produits en Iran ne doivent pas traiter des sujets politiques

CNRI : Nasrollah Pejman, un membre de la commission culturelle du Parlement des mollahs a critiqué la présentation durant le festival Fajr des films franchissent les lignes rouges pour le régime. Le festival Fajr est organisé chaque année durant dix jours jours, à l’occasion de l’anniversaire de la révolution de 1979 en Iran.

La télévision nationale censure la cérémonie du cinéma iranien

Mercredi 12 février, c'est la télévision nationale, censée transmettre en direct la cérémonie la plus importante du cinéma iranien, qui est au centre des critiques. Car, en plusieurs reprises, elle a interrompu son émission directe et a montré à la place des images de son studio dès que les invités sur scène prononçaient des phrases critiquant la censure ou le pouvoir...."Le prix de la meilleur censure a été attribué à [Ezzatollah] Zarghami, chef de la radio et de la télévision nationales", peut-on lire sur la "une" du quotidien Ghanoon, daté de ce mercredi 12 février.

Un groupe de rock et son public arrêté en Iran

CNRI - Un groupe de rock iranien et environ 100 spectateurs ont été arrêtés cette fin de semaine à Ispahan dans la dernière vague de répression contre les concerts publics en Iran, selon des témoins. Les pasdaran et la milice du Bassidj ont transféré la bande et tout le public à la prison principale de la ville.

La loi des mollahs impose aux musiciens d'obtenir l'autorisation du gouvernement pour des prestations en public. En décembre, dans la ville de Sari, les forces de sécurité ont attaqué et arrêté un groupe de musique "underground" et les responsables d'un site de musique sur Internet, les forçant ensuite à faire des «aveux télévisés» et à se repentir.

Iran: la santé publique est en danger, selon le ministre de la Santé

CNRI- "Avec la situation du budget du ministère de la Santé, l'an prochain la santé publique sera confrontée à des problèmes", a estimé le 7 février Hassan Hachemi, à la tête de ce ministère dans le gouvernement Rohani. Il faisait référence à la réduction considérable de son budget, qui souffre d'un manque à gagner de plus de $2.7 milliards.

" La question qui se pose à nous est de savoir qu'avec ce niveau important de dette et de manque de crédits, comment pourra-t-on gérer un système, surtout quand ce système concerne la vie et la santé de la population", s'est-il interrogé. " À titre d'exemple cela fait 22 mois que les l'infirmières n'ont pas reçus de salaires pour les heures supplémentaires travaillées."

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés