mercredi, octobre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: SociétéIran – Fuite des capitaux vers l’étranger se poursuit et s’accélère

Iran – Fuite des capitaux vers l’étranger se poursuit et s’accélère

images/stories/social/arz.jpg

« Durant les trois dernières années, la fuite des capitaux depuis l’Iran vers les pays étrangers s’est accélérée », a déclaré Ebrahim Nékou, membre de la Commission économique du parlement du régime iranien.

Le premier adjoint d’Hassan Rohani, le président du régime des mollahs, a déclaré : « A l’époque du précédent gouvernement, en l’espace de 18 mois, 22 milliards de dollars de devises ont été sorties du pays et ont été vendues sur des marchés de change à Istanbul et à Dubaï, sous prétexte que le gouvernement voulait ainsi réguler le taux de change de la monnaie nationale. »

Selon un rapport du parlement du régime iranien, la fuite des capitaux vers l’étranger (de façon officielle ou de façon clandestine) a augmenté de 125% entre 2005 et 2010. Selon les medias officiels en Iran, Mohammad Reza Rahimi, le premier vice-président à l’époque de Mahmoud Ahmadinéjad, a sorti d’importantes sommes du pays et a investi ces sommes dans 10 pays étrangers. Rahimi, actuellement âgé de 66 ans, a été reconnu coupable de corruption et de détournement de fonds publics. Lors d’un procès qui a eu lieu en janvier dernier, il a été condamné à 5 ans d’emprisonnement.

Le détournement des fonds publics se pratique à grand échelle par les apparatchiks du régime des mollahs. Les cas révélés dans la presse officielle n’est que la partie émergé de l’iceberg.

L’adjoint du ministre du travail et des affaires sociales du régime iranien a déclaré : « Notre ministère a élaboré un plan pour attirer 30 milliards de dollars de capitaux appartenant aux iraniens résidents à l’étranger et pour les inciter à investir ces sommes dans divers projets en Iran. »

En réalité, à cause de divers risques politiques et économiques et à cause de manque de sécurité pour les investisseurs, les Iraniens résident à l’étranger sont très réticent pour rapatrier leur capitaux vers l’Iran.

Alors que le régime iranien essaye d’inciter les détenteurs de capitaux basés à l’étranger d’investir leur argent dans l’économie du pays, la fuite des capitaux depuis l’Iran vers l’étranger se poursuit et s’accélère.

La plupart du temps, ces capitaux sont sorties du pays par des personnes qui disposent de pouvoir financier et politique à l’intérieur de l’Iran et qui sont plus ou moins liées au régime. Etant donné les nombreux obstacles administratifs mis en place par le régime des mollahs, une personne qui ne serait pas lié au régime ne pourra jamais sortir son argent du pays.

Les capitaux sortis d’Iran sont souvent investis dans des pays proches, notamment aux Emirats-Arabes-Unis, en raison de la proximité géographique, mais aussi parce ces pays n’exercent pas de contrôles strictes sur l’origine des fons qui arrivent chez eux.

Normalement, une personne qui détient des capitaux essaye d’investir son argent dans un pays sûr et stable sur le plan économique et politique. Le fait que les personnes proches du régime des mollahs sortent leurs capitaux du pays pour les investir à l’étranger montre en soi que ces personnes considèrent l’Iran comme un pays peu sûr et instable sur le plan économique et politique.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe