vendredi, mai 27, 2022
AccueilActualitésActualités: SociétéL'ancien ambassadeur américain : les élections en Iran sont une imposture pour...

L’ancien ambassadeur américain : les élections en Iran sont une imposture pour l’ONU

L'ancien ambassadeur américain : les élections en Iran sont une imposture pour l'ONU

Kenneth Blackwell, l’ancien ambassadeur des États-Unis à la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies affirme que la théocratie terrible que les ayatollahs draconiens ont imposée aux Iraniens n’a aucune similitude avec un système démocratique.

L’ambassadeur Blackwell, qui est aussi un membre de la Fondation internationale bipartisane pour les systèmes électoraux a écrit dans un article publié mardi : « Le pire c’est qu’en réalité, les résultats des élections pour le Parlement et l’Assemblée des Experts ont déjà été déterminés bien avant que la campagne formelle soit lancée ». La soi-disant élection aura lieu le vendredi.

« Tout candidat à un poste élevé en Iran est soumis à un processus de vérification élaborée. Celui qui montre la moindre non-conformité est disqualifié. La loi électorale iranienne stipule spécifiquement que les candidats doivent “croire et adhérer à l’Islam et le système sacré de la République islamique dans la pratique” et “exprimer leur fidélité à la Constitution et au Guide suprême. »

« Pour les prochaines élections législatives, seulement 6300 personnes ont été approuvées en tant que candidats pour 290 sièges, sur les 12123 personnes qui étaient initialement enregistrées auprès du ministère de l’Intérieur. Sur 810 candidats pour l’Assemblée des Experts, seulement 165 ont été approuvés. Dans neuf circonscriptions, ce processus a laissé un seul candidat incontesté en lice. »

« Pas une seule femme n’a été approuvée, car la position officielle du régime est que les femmes ne sont pas compétentes pour participer à la supervision du Guide suprême ou la sélection de son remplaçant. »

Blackwell estime que la situation actuelle n’est pas différente de la précédente et que l’autorité absolue du Guide suprême reste la même.

En ce qui concerne les revendications de « modération » d’Hassan Rohani, il écrit que le président du régime « a supervisé une série de politiques nationales qui réaffirment l’idéologie de la ligne dure de la République islamique. »

« Dans le sillage de l’accord sur le nucléaire, le régime est devenu plus impitoyable, intensifiant les exécutions et le soutien actif des gardiens de la révolution islamique au président syrien Bachar el-Assad et son massacre du peuple syrien. »

L’ambassadeur Blackwell déclare que de nombreux Iraniens se lavent les mains « de ce simulacre électoral qui ne sert qu’à maintenir le statu quo et garantir de plus grandes effusions de sang en Iran comme à l’étranger. »

« Les progressistes iraniens pro démocratiques reconnaissent que leur responsabilité n’est pas de contribuer à l’illusion de la démocratie, mais de créer une démocratie là où il n’y en a pas actuellement. »

L’ancien ambassadeur américain fait savoir : « Qu’elles soient militantes indépendantes pour les droits de l’Homme ou membres de l’opposition organisée, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), l’organe politique de l’opposition, ces personnes ont besoin de notre aide. »

Il exhorte les dirigeants américains dans la région « à attirer l’attention du monde sur l’obstruction permanente de la démocratie sous le régime théocratique de l’Iran. »

 

Sourcehttp://www.investors.com/politics/viewpoint/u-s-and-europe-should-reject-ayatollahs-election-as-a-sham/

 

Lire aussi: 

Iran Élection ou sélection ?

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe