mardi, novembre 30, 2021
AccueilActualitésActualités: SociétéL’assèchement du lac Orumieh en Iran s’aggrave dangereusement

L’assèchement du lac Orumieh en Iran s’aggrave dangereusement

L’assèchement du lac Orumieh en Iran s’aggrave dangereusement

NCRI – « Le lac Orumieh, au nord-ouest de l’Iran, est sur le point de s’assécher complètement », a affirmé le directeur général du bureau de gestion des crises dans la province de l’Azerbaïdjan Occidental.

« Si le lac Orumieh n’est pas revitalisé, les vies de plus de 14 millions de personnes seront en danger, menacées par diverses maladies, a déclaré Amir Abbas Jafari dimanche.

L’assèchement du lac Orumieh est non seulement lié aux gouvernements, mais est également lié au changement des conditions environnementales, à l’augmentation du niveau de consommation d’eau, au facteur humain et à la diminution des pluies. Chaque année, nous devons diminuer en moyenne 8% d’utilisation de l’eau par le secteur agricole dans un plan quinquennal, et réduire la consommation d’eau de 40%. »

Le 5 Juillet, Hamid Hazratpour, un député du parlement des mollahs représentant la ville d’Orumieh, a déclaré à la presse : « Ce que vous voyez dans les chiffres au sujet du lac Orumieh est différent de la réalité des habitants de cette région. »

Le 14 Juillet, un groupe de personnes et de militants environnementaux ont formé une chaîne humaine pour demander la protection du lac. Au début, les forces de sécurité et la garde anti-émeute ont tenté d’empêché les militants de mener à bien leur initiative, en dispersant la foule. Les manifestant ont cependant résisté et a pu former une chaîne humaine et ont scandé : « Le lac Orumieh se meurt ; Le gouvernement en est responsable ! »

Les autochtones considèrent le régime des mollahs comme la principale cause derrière l’assèchement du lac

Le lac Orumieh, avec une superficie de plus 3% celle de l’Iran, était dans le passé rempli avec les eaux de 60 rivières saisonnières et permanentes. Ce lac a commencé à s’assécher depuis le début des années 2000 en raison des politiques des mollahs. Les images satellitaires montraient en 2015 que 88% de ce lac avait déjà été perdu.

Les études menées par les chercheurs internationaux révèlent que la sécheresse n’est la cause que de 5% de diminution des précipitations près de ce lac, tandis que la construction de barrage et de forage de puits profonds par la société Khatam al-Anbia, affiliée aux Gardiens de la révolution (pasdaran), parallèlement à la construction d’une route de 15 kilomètres sur le lac, ont signé sa sentence de mort.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe