lundi, janvier 17, 2022
AccueilActualitésActualités: SociétéPourquoi le lac le plus célèbre d'Iran et deuxième plus grand lac...

Pourquoi le lac le plus célèbre d’Iran et deuxième plus grand lac d’eau salée du monde meurt ?

Pourquoi le lac le plus célèbre d'Iran et deuxième plus grand lac d'eau salée du monde meurt ?

CNRI – Le Directeur de la planification et de l’intégration de la relance du lac Orumieh a critiqué le gouvernement d’Hassan Rohani pour avoir manqué à ses obligations et a déclaré : « Nos entrepreneurs ont abandonné le projet depuis septembre et octobre derniers et en cas de défaut de financement, nous perdrons la chance de relance. »

Selon l’agence de presse officielle Mehr, Masoud Tajrishi, qui a pris la parole à l’occasion de la seizième exposition internationale sur l’environnement le lundi 27 février, a ajouté : « Si nous ne sommes pas en mesure de garantir des fonds, nous perdrons la chance de la relance.

Il a souligné : « La moitié des projets, y compris les projets de contrôle de poussière et des patrouilles d’inspection, sont confrontés au problème de la continuité en raison du manque de fonds » et a ajouté : « Nos contractants ont abandonné les projets depuis septembre et octobre derniers en raison du manque de fonds. »

Le responsable a également souligné que les projets de réduction de huit pourcent de la consommation d’eau en agriculture ont également été abandonnés en raison du manque de fonds.

Ceci pendant que le gouvernement Rohani, au début du mois d’octobre, a annoncé l’allocation de 300 milliards de Tomans pour la mise en œuvre des projets annuels du groupe de travail pour sauver le lac Orumieh.

Issa Kalantari, Secrétaire du siège de la relance du lac Orumieh, a fait référence lundi aux projets actuels pour la relance de ce lac et a déclaré que pour la relance du lac Orumieh dans les dix prochaines années, 20.000 milliards de tomans seront nécessaires.

L’agence de presse Mehr a rapporté le 29 février que, dans le budget financier 1396 de l’exercice 2017, le gouvernement n’a pas alloué de budget à certains projets dans la relance du lac Orumieh.

Selon les experts, l’assèchement du lac mettra la vie de millions de personnes en danger.

Le lac Orumieh, en tant que plus grand lac d’eau salée au Moyen-Orient, a perdu, ces dernières années, 12% de sa superficie qui est égale à la région de Bodensee dans le sud de l’Allemagne ; la rive de ce lac d’une circonférence de 240 km, est partagée entre les trois pays de l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche ».

Le lac Orumieh était le plus grand lac intérieur d’Iran et le deuxième plus grand lac d’eau salée au monde.

Le lac Orumieh, avec plus d’une centaine d’îles rocheuses, est un lieu d’arrêt pour les oiseaux migrateurs, y compris les flamants roses, les pélicans, les cigognes et les canards… et a été enregistré par l’UNESCO comme zone protégée.

Le lac a commencé à s’assécher à partir de la mi-2000, et est aujourd’hui en danger de s’assécher complètement à un point que plus de 80 pourcent du lac est devenu un désert de sel.

Bien que le régime iranien ait toujours essayé de montrer que la sécheresse est la principale cause de cette crise, des études de chercheurs internationaux ont montré que la sécheresse causait seulement 5% de diminution des précipitations autour du lac. Et que des projets prédateurs de construction de barrages et de puits profonds par les factions du régime et la garnison Khatam al-Anbiya des pasdaran, ainsi que la construction d’une autoroute de 15 kilomètres sur le lac a conduit à la crise actuelle.

Le journal official Shahrvand, dans le cadre de l’assèchement du lac Orumieh, a souligné les dégâts causés par les projets de construction de barrages du régime et a écrit : « En 2012, plus de 200 barrages sur les rivières du bassin versant du lac étaient prêts, ou dans les dernières étapes du processus de construction. Selon les dernières études, le niveau d’eau du lac Orumieh en Octobre 2015 a été 1270,04 mètres, ce qui montre une diminution de 40 cm par rapport à la même période l’année dernière.

L’agence de presse officielle en ligne Khabar écrit sous le titre « Orumieh entouré de 88 000 puits » : « Les puits sont parmi les facteurs importants qui n’ont pas laissé l’eau souterraine intacte par les interventions humaines. La tendance croissante à creuser des puits à travers le pays sur les quatre dernières années indique l’augmentation significative du nombre de puits à plus de 760 000 dans tout le pays. Plus de 46 milliards de mètres cubes d’eau sont prélevés de ces puits. »

Les effets de l’assèchement du lac sur le milieu environnant :

Les experts internationaux croient que l’assèchement du lac Orumieh changera sa température clémente en une température chaude avec des vents de sel et, par conséquent, l’environnement de la zone changera, et le sel en plus de beaucoup d’autres matériaux toxiques créeront des problèmes respiratoires pour les gens de la région que menace un rayon du lac de plus de 500 kilomètres.

D’où vient le projet de relance du lac Orumieh ?

Hassan Rohani, qui avait promis la relance du lac Orumieh, au début de la campagne électorale et avait déclaré : « Je vous promets que si vous mettez la responsabilité exécutive du pays sur mes épaules, résoudre le problème du lac sera ma première priorité dans le programme. » Il n’a pris aucune mesure concrète pour sauver le lac.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe