jeudi, août 5, 2021
AccueilActualitéssommet mondial Iran libreLa parodie d’élection iranienne de 2021 qui approuve davantage de brutalité sera...

La parodie d’élection iranienne de 2021 qui approuve davantage de brutalité sera face à un boycott généralisé

L’élection présidentielle simulée du régime iranien n’est qu’une parodie et un one-man show, puisqu’Ebrahim Raïssi sera retiré des urnes

À moins de changements extrêmes et imprévus dans la situation politique de l’Iran, Ebrahim Raïssi sera choisi par le guide suprême pour être le prochain président du régime. Le simulacre d’élection présidentielle du régime qui doit avoir lieu le 18 juin n’est guère plus qu’une formalité. Selon Mohammad Mohaddessine, président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne, c’est une « parodie [et] un processus de sélection par un guide suprême qui n’est lui-même pas élu. Ainsi, on s’attend à ce que le faible taux de participation va battre le record établi l’année dernière par les élections législatives des mollahs.

Un mois à peine avant ces fausses élections, des militants iraniens dans plus d’une douzaine de provinces ont organisé des manifestations pour réitérer leur rejet des factions « dures » et « réformistes » du régime et pour indiquer clairement que leur choix politique préféré est le changement de régime. Les manifestations de janvier 2020 ont mis en avant des mots d’ordre identiques qui ont illustré deux soulèvements nationaux antérieurs, l’un en janvier 2018 et l’autre en novembre 2019. Collectivement, ces soulèvements ont préparé le terrain pour le boycott électoral de masse de l’année dernière, et malgré un ralentissement des troubles sociaux au cours de la pandémie de coronavirus, il y a des signes croissants d’un boycott similaire entourant la campagne présidentielle actuelle.

Manifestations en Iran : soulèvement national en Iran – novembre 2019

Ces signes ont même été reconnus par certains des responsables du régime et des médias d’État, dont les prévisions de participation civique atteignent aussi peu que 25 % des électeurs éligibles. Pendant ce temps, l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), s’efforce continuellement de populariser davantage le boycott à l’échelle nationale de cette fausse présidentielle.

Rien qu’en avril, les « unités de résistance » affiliées à l’OMPI ont organisé des manifestations publiques et affiché des messages pro-boycott dans au moins 250 villes à travers le pays. Ils ont pris des risques importants en agissant ainsi, d’autant plus que nombre de leurs messages étaient accompagnés d’images de la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, qualifiant l’effort de boycott d’occasion de manifester « le vote pour un changement de régime ».

Activités des unités de résistance de l’OMPI en avril 2021 axées sur l’élection présidentielle iranienne

Les actions des unités de résistance montrent également le sentiment général parmi les Iraniens ordinaires qui protestent contre diverses causes et qui ont déclaré qu’ils boycotteraient les fausses élections du régime. Les retraités et les investisseurs qui ont été systématiquement lésés par les politiques économiques et la négligence officielle ont organisé des dizaines de ces manifestations ces dernières semaines, et la majorité d’entre elles ont présenté l’approbation d’un boycott électoral. Parmi les slogans les plus connus dans les manifestations publiques d’aujourd’hui figurent des variantes du chant : « Nous n’avons vu aucune justice ; nous ne voterons plus ».

Il existe une continuité claire entre ces slogans et le sentiment antigouvernemental qui a envahi le pays lors des soulèvements de janvier 2018 et novembre 2019. La condamnation sous-jacente de l’ensemble du système a sans doute été renforcée par le processus de suppression des candidats à l’élection présidentielle fictive. La victoire d’Ebrahim Raïssi à cette élection est acquise d’avance car presque tous les soi-disant candidats ont été empêchés de se présenter sur le bulletin de vote malgré leur implication dans le terrorisme et l’oppression.

Il ne reste qu’une poignée de responsables sans importance pour donner une vague apparence de légitimité au processus électoral, mais le peuple iranien ne s’y trompe pas. Ils n’ignorent pas non plus les implications des efforts du guide suprême du régime Ali Khamenei pour promouvoir directement Raïssi de chef du pouvoir judiciaire à la présidence. L’ascension continue de Raïssi est une caractéristique de la pratique de longue date du régime consistant à récompenser les fonctionnaires corrompus et les auteurs de violations des droits humains pour leur loyauté envers le système théocratique et leur rôle dans la répression de la dissidence.

Tout au long de sa carrière, Raïssi a incarné un engagement envers la brutalité en préservant le régime des mollahs. En 1988, il a joué un rôle de premier plan dans le massacre de prisonniers politiques à l’instigation d’une fatwa du fondateur du régime Rouhollah Khomeiny. L’édit religieux a déclaré que les membres et les partisans de l’OMPI étaient des ennemis de Dieu, ce qui allait constituer l’écrasante majorité de plus de 30 000 victimes.

Ebrahim Raïssi, bourreau en chef du régime pour la présidence iranienne 12 mai 2021

Plus récemment, Raïssi a réaffirmé sa vile réputation en défendant l’héritage du massacre et en louant Khomeiny pour une stratégie qui n’a accordé à l’OMPI « aucune pitié« . Il a également ajouté à cet héritage en sa qualité de chef du pouvoir judiciaire, supervisant efficacement la torture systématique de milliers de personnes arrêtées en raison du soulèvement de novembre 2019. Par ailleurs, les autorités dirigées par le Corps des gardiens de la révolution islamique ont rapidement mis fin à ce soulèvement en ouvrant le feu sur des foules de manifestants et en tuant plus de 1 500 personnes.

Alors que le régime aurait pu espérer que la torture et l’effusion de sang rendraient la population réticente à exprimer publiquement sa dissidence par quelque moyen que ce soit, le résultat réel a été tout le contraire. La conduite du régime a manifestement provoqué davantage de troubles au début de 2020, suivi de près par le boycott électoral le plus réussi des quatre décennies d’histoire du régime.

M. Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI, a déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière, qu’il y a un « soulèvement national imminent qui attend dans les coulisses » et qu’« il sera beaucoup plus intense et généralisé que les années précédentes ».

M. Mohadessine a proposé quelques recommandations générales aux puissances occidentales lors de sa conférence de presse, y compris la recommandation qu’elles se joignent au peuple iranien pour condamner les élections du 18 juin et adoptent des politiques qui pourraient conduire à la responsabilité de Raïssi et d’autres auteurs de crimes contre l’humanité.

Ces recommandations seront certainement clarifiées et développées dans les semaines et les mois à venir, à mesure que de plus en plus d’informations émergeront sur l’impact d’un boycott électoral et la portée des manifestations ultérieures. Les partisans du peuple iranien et de la Résistance auront l’occasion de donner leurs propres impressions sur la situation en juillet lorsque la Résistance iranienne tiendra son rassemblement annuel de militants expatriés – un événement qui a attiré plus de 100 000 personnes dans les années précédant la pandémie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe