mercredi, octobre 27, 2021
AccueilActualitéssommet mondial Iran librePourquoi l'élection iranienne de 2021 sera rejetée par la population ?

Pourquoi l’élection iranienne de 2021 sera rejetée par la population ?

Bien que le simulacre d’élection présidentielle en Iran n’ait lieu que dans deux semaines, il est généralement admis que le prochain président des mollahs sera l’actuel chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raïssi. En mai, le Conseil des gardiens du régime a annoncé que Raïssi serait l’un des sept candidats autorisés à se présenter à l’élection, sur les quelque 600 qui s’étaient initialement inscrits. Les six autres sont des personnalités relativement mineures. Leur sélection avait pour but de créer l’illusion d’un choix dans un processus qui, en réalité, vise simplement à installer le choix du Guide Suprême pour occuper le poste de deuxième plus haut responsable du pays.

Le choix évident d’Ali Khamenei de voir Raïssi présider à la destinée de l’Iran fait partie de sa politique de consolidation du pouvoir au sein de son régime. En 2019, Raïssi est de chef du pouvoir judiciaire afin que Khamenei puisse mettre en œuvre ses mesures répressives contre la société rétive de l’Iran. Khamenei l’a personnellement nommé à ce poste et l’a ainsi rendu potentiellement responsable du remplacement de n’importe lequel des six juges qui siègent au Conseil des gardiens aux côtés de six mollahs nommés directement par Khamenei.

Indépendamment de la relation entre le chef du pouvoir judiciaire et le Conseil des gardiens, cette dernière institution est spécifiquement chargée d’examiner tous les candidats à de hautes fonctions sur la base de critères tels que leur loyauté envers le Guide Suprême et leur adhésion à l’islam fondamentaliste du régime. Dans ces conditions, il est pratiquement impensable que le Conseil des gardiens n’approuve pas un candidat qui, comme Raïssi, a reçu le soutien sans équivoque de Khamenei. Il est également extrêmement improbable qu’il laisse en place des obstacles sérieux à sa candidature, et c’est sans doute la raison pour laquelle des personnalités de premier plan comme l’ancien président du Majlis (Parlement des mollahs), Ali Larijani, n’ont pas pu se présenter cette année.

Le Conseil des gardiens avait tout à fait le pouvoir de dégager la voie de Raïssi vers la présidence lors de l’élection de 2017, et la préférence de Khamenei pour lui avait déjà été assez clairement établie à ce moment-là. Mais comme cette action aurait pu déclencher un soulèvement populaire semblable à celui qui a accompagné la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en 2009. En d’autres termes, Khamenei savait que tout désaccord au sommet du régime entraînerait un nouveau soulèvement.

Depuis que Rohani a été choisi comme président, la situation sociale de l’Iran s’est en partie aggravée, notamment les restrictions des droits des femmes et le taux d’exécutions du pays, qui, il faut le souligner, est le plus élevé au monde.

Quatre ans plus tard, peu de choses ont changé. Bien que Rohani ait été accueilli par certains cercles politiques occidentaux comme le présage potentiel d’une réforme sérieuse, comme la Résistance iranienne l’affirme depuis longtemps, il n’y a pas de telles réformes dans le régime parce que le système théocratique les interdit et Rohani, en tant que l’un des hauts responsables du régime impliqué dans 40 ans de répression, n’était pas un réformiste. En effet, le régime a barré la candidature de toute personne ayant sérieusement prôné la réforme.

Rohani, comme tous les autres candidats de la majorité qui ont brigué un poste depuis la révolution de 1979, était un initié du régime qui avait fait la preuve de sa loyauté envers le Guide Suprême. Pourtant, en raison des antécédents plus sombres de Raïssi, qui auraient pu susciter davantage de protestations, Khamenei a été contraint de choisir Rohani.

Dans le mois qui a précédé la première candidature de Raïssi à la présidence, l’opinion publique a pris conscience de son rôle dans le massacre des prisonniers politiques en 1988, et il est donc devenu évident que le soutien de Khamenei était une invitation pour les autorités du régime à mettre davantage l’accent sur la répression violente.

En 1988, le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, a émis une fatwa déclarant que les opposants au système théocratique – en particulier les membres et les partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) – étaient coupables d’ « inimitié envers Dieu » et donc passibles d’une exécution sommaire. En conséquence, les autorités de tout le pays ont réuni des organes connus sous le nom de « commissions de la mort » et les ont chargés d’interroger les prisonniers politiques sur leurs opinions et leurs affiliations politiques. En l’espace de quelques mois, 30 000 personnes ont été tuées de cette manière, et Raïssi, en tant que collaborateur de la principale commission de la mort à Téhéran, est responsable d’un grand nombre de ces massacres, sinon de la majorité.

Le peuple iranien s’est habitué à ne pas soutenir le moindre des deux maux pour que les responsables « réformistes » confirment que leur faction est mal nommée et qu’elle est impliquée dans des violations des droits humains et dans le terrorisme.

Ce sentiment a trouvé un large écho sous la forme d’un soulèvement national quelques mois seulement après l’élection de 2017. En janvier 2018, les habitants de plus d’une centaine de villes et villages ont scandé des slogans condamnant à la fois Khamenei et Rohani, interpellant leurs deux factions et déclarant que « le jeu » du partage du pouvoir politique « est terminé ». Confronté à des contestations directes pratiquement sans précédent de son pouvoir, le Guide Suprême a finalement été contraint de reconnaître que ces soulèvements étaient en grande partie organisés par l’OMPI et sa coalition mère, le CNRI.

Il y a eu un soulèvement beaucoup plus important en novembre 2019, qui a rencontré la répression violente du régime, dont certains aspects avaient été dirigés par Raïssi. Enfin, en février 2020, le rejet global du régime des mollahs a trouvé un nouvel exutoire lorsque les élections législatives ont enregistré le taux de participation le plus faible de l’histoire du régime.

Aujourd’hui, même les médias officiels avertissent que ce record pourrait être battu par un boycott de la parodie d’élection présidentielle du régime, que les militants de la Résistance encouragent avec enthousiasme. Le mois prochain, le CNRI mettra en lumière la raison d’être et l’impact de ce boycott pour un public international lors du rassemblement annuel des expatriés iraniens et des partisans d’un Iran libre, du 10 au 12 juillet. Si cet impact comprend une résurgence du soulèvement national, comme beaucoup s’y attendent, l’événement sera une excellente occasion de discuter de la voie à suivre – à la fois pour le peuple iranien et les puissances occidentales – au cas où les protestations conduiraient finalement au renversement du régime théocratique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe