Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Iran - le Bahreïn poursuit en justice 18 personnes en contact avec le pasdaran et le Hezbollah

Iran - le Bahreïn poursuit en justice 18 personnes en contact avec le pasdaran et le Hezbollah

CNRI - Mercredi, l’agence de presse officielle BNA a rapporté que le Bahreïn poursuit 18 personnes pour avoir été en contact avec les Gardiens de la Révolution (pasdaran) et le groupe terroriste libanais du Hezbollah dans l’intention de provoquer des troubles dans le royaume.

L’agence de presse officielle BNA a affirmé que le ministère public a établi après l’enquête que le groupe a formé une « cellule secrète » pour inciter les Bahreïnis contre le système gouvernant et pour propager des informations appelant à changer le gouvernement par la force.

Elle affirme que le groupe a contacté les chefs du pasdaran et du groupe libanais du Hezbollah pour « obtenir un soutien logistique et financier » en échange de rapports réguliers sur la situation politique, économique et sociale du royaume.

« Il a été établi que l’argent reçu a été utilisé pour soutenir ceux qui étaient détenus en prison pour des affaires liées au terrorisme et aux groupes terroristes afin de les encourager à perpétrer encore plus d’actes terroristes, » a affirmé le rapport.

L’agence a affirmé que 10 des suspects étaient en détention alors que les 8 autres iraient devant la justice ce mois avec un jugement par contumace.

Le 29 mai, il a été annoncé qu’une cour d’appels de Bahreïn a confirmé une peine d’emprisonnement à perpétuité contre cinq hommes reconnus coupables d’espionnage pour le régime iranien.

Une déclaration du ministère public fait état de ce que la cour a rejeté l’appel introduit par les cinq accusés.

Les hommes ont été reconnus coupable en novembre d’ « espionnage et de chercher, en collaboration avec l’Iran et ses agents, à perpétrer des actes hostiles contre le royaume.

Ils ont été reconnus coupables de collaborer avec le pasdaran dans le but de commettre des attaques contre « les institutions publiques et financières » à Bahreïn.

Deux d’entre eux ont reçu un entrainement en Iran en ce qui concerne « la fabrication et l’usage d’explosifs et d’armes à feu en préparation à l’accomplissement de ces actes hostiles, » selon les accusations.

En février, le Bahreïn a adopté des mesures pour parer à « l’interférence » du régime iranien dans le royaume.

« Nous avons pris une série de mesures afin de faire face aux dangers du terrorisme, » avait déclaré à l'époque le ministre de l'Intérieur du Bahreïn, Sheikh Rashid al- Khalifa.

Les mesures comprenaient la surveillance des transferts d'argent et des dons pour lutter contre le « financement du terrorisme » et l'imposition aux citoyens, de restrictions de voyages.

Sheikh Rashid a également affirmé que les autorités prendront aussi des mesures pour « protéger le discours religieux contre l'extrémisme religieux et politique, ainsi que contre l'incitation. »

Le Bahreïn a plusieurs fois accusé le régime iranien d’ingérence dans ses affaires internes.

Le Bahreïn a rappelé son ambassadeur près l’Iran en Octobre 2015 après qu’il ait été déclaré que les forces de sécurité ont découvert une usine de fabrication de bombes et arrêté un certain nombre de suspects reliés au pasdaran.

Le Bahreïn a rompu les relations diplomatiques avec le régime d’Iran en janvier, un jour après que l’Arabie Saoudite ait coupé les liens avec le régime iranien suite aux attaques des manifestants sur les missions diplomatiques saoudiennes à Téhéran et à Mashhad.

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés