Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Les escouades de choc iraniens alarment les responsables de la sécurité britannique

Les escouades de choc iraniens alarment les responsables de la sécurité britannique

Le régime iranien a envoyé des escadrons de tueurs à gages à travers l'Irak pour réduire au silence ceux qui critiquent l'ingérence des mollahs dans le système politique irakien, selon les responsables de la sécurité britannique.

Qassem Soleimani, le chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution (Pasdaran), serait la personne derrière les escouades de choc qui ont été déployées pour la première fois en mai, après l'échec des tentatives de Téhéran pour faire élire ses candidats au gouvernement irakien.

Le régime iranien avait soutenu l'ancien Premier ministre irakien Nuri al-Maliki, bien que ses liens étroits avec l'Iran aient conduit à sa destitution, et Hadi al-Ameri, commandant du 9e corps Badr inféodé à Téhéran. Les membres du corps Badr ont été utilisés comme mercenaires pour mener des complots terroristes contre des membres de l'Organisation iranienne des Moudjahidine du peuple de l'opposition (OMPI) et des opposants irakiens.

Les responsables britanniques de la sécurité, qui travaillent avec les forces armées irakiennes, ont qualifié d'« alarmantes les nombreuses escouades de frappe de la Force de Qods du régime. »

La victime la plus en vue des escouades du régime est Adel Shaker El-Tamimi, un proche allié de l'ancien Premier ministre irakien Haider al-Abadi, qui a été assassiné en septembre dernier.

Tamimi s'efforcçait de combler les fossés entre les communautés chiite et sunnite du pays, causés par le régime iranien, et tentait de rétablir les relations de l'Iraq avec les pays voisins.

Les assassins du régime ont également pris pour cible des dissidents de toutes les tendances politiques, notamment :

- Shawki al-Haddad, un proche allié du religieux chiite Muqtada Al-Sadr, assassiné en juillet après avoir accusé le régime iranien de fraude électorale.

- Rady al-Tai, un conseiller du grand ayatollah Ali Al-Sistani, grand religieux chiite irakien, qui a failli être assassiné en août après avoir appelé le régime iranien à cesser de s'ingérer dans le nouveau gouvernement irakien.

Un haut responsable de la sécurité britannique a déclaré : « L'Iran intensifie sa campagne d'intimidation contre le gouvernement irakien en utilisant des escouades d'assassinats pour faire taire les critiques de Téhéran. C'est une tentative flagrante de contrecarrer les efforts du nouveau gouvernement irakien pour mettre fin à l'ingérence de l'Iran en Irak. »

Le régime iranien veut étendre son influence sur les populations chiites à travers le monde arabe, écrivant l'objectif ultime de créer un croissant chiite à travers le monde arabe, s'étendant du
Golfe à la Méditerranée, et l'Irak est une cible majeure depuis des années.

Le général Mark Carleton-Smith, chef de l'armée britannique, a déclaré qu'il considérait l'« influence maligne » du régime iranien comme l'une des principales menaces existantes dans le monde.

 

Lire aussi: 

Le régime iranien utilise des escouades de tueurs à gages pour réduire au silence ses détracteurs en Irak

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés