Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Les pasdaran iraniens ont probablement orchestré les attaques contre les pétroliers dans le Golf persique

Les pasdaran iraniens ont probablement orchestré les attaques contre les pétroliers dans le Golf persique

Amir Taghati

Les Gardiens pasdaran ont « très probablement » facilité les attaques de dimanche dernier contre quatre pétroliers, dont deux navires saoudiens au large de Fujairah dans les Emirats arabes unis, selon un rapport des assureurs norvégiens vu par Reuters.

Les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et la Norvège enquêtent sur ces attaques, qui ont également touché un navire battant pavillon des Émirats arabes unis et un navire battant pavillon norvégien.

Une étude confidentielle publiée cette semaine par la Norwegian Shipowners' Mutual War Risks Insurance Association (DNK) a conclu que l'attaque aurait probablement été menée par un navire de surface opérant à proximité de drones sous-marins transportant 30 à 50 kg (65 à 110 lb) d'explosifs très puissants pour exploser au moment de l’impact.

Les attaques ont eu lieu dans un contexte marqué par les tensions américano-iraniennes à la suite de la décision de Washington de réduire à zéro les exportations de pétrole de Téhéran et de renforcer sa présence militaire dans le Golfe en réponse à ce qu'il appelle les menaces iraniennes.

La DNK a fondé son estimation sur l’implication probable des pasdaran dans les attaques sur un certain nombre de facteurs, notamment :

- Il est fort probable que les pasdaran aient déjà fourni à ses alliés, la milice Houtite, qui combat un gouvernement soutenu par les Saoudiens au Yémen, des drones de surface chargés d'explosifs capables de se diriger vers des cibles grâce à des indications de navigation GPS précises.

- La similitude des éclats d'obus trouvés sur le pétrolier norvégien avec ceux des drones utilisés au large du Yémen par les rebelles Houtites, même si les engins précédemment utilisés par les Houtites étaient des bateaux de surface et non des drones sous-marins qui auraient probablement été déployés à Fujairah.

- Le fait que les pasdaran, avait récemment menacé de recourir à des « mesures asymétriques ». La DNK a souligné que l'attaque de Fujairah a causé « des dommages relativement limités » et a été menée à un moment où les navires de la marine américaine étaient encore en route vers le Golfe.

Le pétrolier saoudien Amjad et le pétrolier A.Michel, battant pavillon des Émirats arabes unis, ont subi des avaries dans la partie arrière de leur salle des machines, tandis que le pétrolier saoudien Al Marzoqah a été endommagé et que le pétrolier norvégien Andrea Victory a subi d'importants dommages à l'arrière, selon la DNK.

Le rapport de la DNK indique que les attaques ont été menées entre six et dix milles nautiques au large de Fujairah, qui se trouve près du détroit d'Ormuz.

Par le passé, le régime des mollahs a menacé de bloquer toutes les exportations à travers le détroit d'Ormuz, par lequel passe environ un cinquième du pétrole mondial.

Selon la DNK, il est fort probable que ces attaques visaient à envoyer un message aux États-Unis et à leurs alliés pour leur signifier que le régime des mollahs n'avait pas besoin de bloquer le détroit pour perturber la liberté de navigation dans la région.

La DNK a déclaré que le régime des mollahs était également susceptible de poursuivre des attaques similaires de faible envergure contre des navires marchands dans le futur.

Le directeur général de la DNK, Svein Ringbakken, s'est refusé à tout commentaire, mais il a déclaré qu’« il s'agit d'un rapport interne et confidentiel destiné à informer les armateurs membres de la DNK des incidents survenus à Fujairah et de l'explication la plus probable ».

Deux sources du gouvernement américain ont déclaré cette semaine que les responsables américains estiment que le régime des mollahs avait encouragé les milices Houtites ou les milices chiites basées en Irak à mener l'attaque, a rapporté Reuters.

Dans une lettre conjointe vue par Reuters et envoyée au Conseil de sécurité de l'ONU mercredi, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et la Norvège ont déclaré que les attaques avaient été délibérées et auraient pu faire des victimes, provoquer des déversements de pétrole ou de produits chimiques dangereux.

« Les attaques ont endommagé la coque d'au moins trois des navires, menacé la sécurité et la vie des personnes à bord, et auraient pu mener à une catastrophe environnementale », peut-on lire dans la lettre.

Le mois dernier, les États-Unis ont désigné l'ensemble du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) comme une organisation terroriste. Washington avait auparavant désigné des entités et des personnes liées aux pasdaran, qui contrôle de vastes pans de l'économie iranienne.

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés