Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le commandant du CGRI confirme les informations de l'OMPI sur les «villes-missiles» cachées sous les montagnes iraniennes

Le commandant du CGRI confirme les informations de l'OMPI sur les «villes-missiles» cachées sous les montagnes iraniennes

Par Mahmoud Hakamian 

"Nous creusons des tunnels depuis 1984, année où nous avons commencé à fabriquer des missiles." C’est ce que dit le général des Gardiens de la révolution, Amir Ali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale du CGR. Il a été interviewé par la chaîne documentaire du régime iranien quelques heures après que le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) eut révélé l’existence de nombreux tunnels à travers l’Iran utilisés pour stocker des missiles à longue portée.

Hajizadeh avait joué un rôle essentiel dans l'attaque par drones et missiles de croisière du 14 septembre 2019 contre les installations de l'ARAMCO d'Arabie saoudite, situées à l'intérieur du territoire saoudien, selon des informations révélées le 30 septembre par le bureau du représentation du CNRI à Washington.

Bien que Hajizadeh ne soit pas membre du Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN) du régime, selon les informations du CNRI, fourni par le Moudjahidine du peuple (OMPI, Moudjahidine du Khalq ou MEK), il était présent à la session du CSSN du 31 juillet 2019, lorsque la décision de préparer une attaque sur les champs pétrolifères saoudiens a été prise.

Une fois la décision approuvée par le dirigeant suprême du régime, Ali Khamenei, Hajizadeh a été chargé de commencer la mise en œuvre du plan.
Plus de dix points de construction / stockage de missiles d’une portée maximale de 2 000 km ont été révélés pour la première fois par le bureau de représentation du CNRI aux États-Unis. Des photos satellite de tous les lieux ont été mises à la disposition du public.

«Nous devons protéger notre arsenal de manière adéquate. L'idée remonte à 1984, au moment même où nous avons commencé à penser aux missiles. Avant que le premier matériel de ce type ne soit importé dans le pays, nous avions déjà commencé à creuser des tunnels pour les cacher », a affirmé Hajizadeh dans son entretien, diffusé quelques heures après les révélations de la Résistance iranienne.

Amir Ali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale du CGR devant une rampe de lancement de missile

«De nos jours, on les appelle villes de missiles, au fond de montagnes, des tunnels très sophistiqués sont creusés dans le sol pour stocker des munitions, et cachent des bases de lancement de missiles et d'autres instruments, ainsi que le personnel en situation de guerre. Nos ennemis sont inquiets parce que ces endroits sont hors de leur portée », a-t-il expliqué.

S'agissant du projet nucléaire du régime, le commandant de la force aérospatiale du CGRI a déclaré: «Lors des négociations sur le nucléaire, vous vous rappelez à quel point nos homologues étaient sensibles sur les installations nucléaires souterraines de Fordo et moins sur les installations d'enrichissement d'uranium de Natanz. Pourquoi? Parce que Fordo était bien caché sous terre, mais vous ne pouvez pas comparer Fordo à nos villes de missiles ; l'ennemi ne peut jamais nuire à ces endroits et c'est ce qui fait notre force en dissuasion. "

Hajizadeh n'a toutefois pas indiqué les informations révélées sur ces «villes-missiles», ni sur le lien entre ces villes et l'attaque par missile contre des installations saoudiennes.

Des missiles de croisière construits sur le modèle nord-coréen ont été lancés lors de l'attaque du 14 septembre. Ces missiles sont fabriqués dans les installations de Parchin, selon le CNRI, qui a également révélé des photos satellites de l'emplacement.

Hajizadeh a déclaré publiquement que le chef suprême du régime, Ali Khamenei, lui avait demandé, il y a dix ans, d’augmenter la précision des modèles de missiles afin de les laisser toucher leurs cibles à des milliers de kilomètres à moins de dix mètres de la cible désignée.

"Je pensais que 30 mètres serait génial", a affirmé Hajizadeh.

"Mais il demandait moins d'erreur, alors nous nous en sommes occupés."

Pour plus de détails sur la conférence de presse révélant les détails de l'attaque du régime iranien contre des installations pétrolières saoudiennes, cliquez ici.

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés