Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Iran : Le représentant de Khamenei appelle à la prise de l'ambassade américaine en Irak


Par Mohammad Sadat Khansari 

Le 30 octobre, le quotidien Keyhan, porte-parole du guide suprême iranien, a appelé à la prise de l’ambassade des États-Unis à Bagdad.

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef et représentant d’Ali Khamenei au journal Kayhan, a appelé dans un éditorial à la prise de l’ambassade américaine par ses milices inféodées en Irak, appelées «Hashd al Shaabi».

Shariatmadari, dont les paroles reflètent les opinions de Khamenei, a écrit: «dans la note précédente, en mentionnant la prise de contrôle de l'ambassade américaine en Iran (en 1980), que l'Imam a qualifiée de« seconde révolution », la question a été soulevée dans le contexte de la question de savoir pourquoi les jeunes révolutionnaires irakiens… ne mettent pas fin à la présence de l'ambassade américaine à Bagdad, épicentre du complot et d'espionnage contre le peuple d'Irak!? Et pourquoi n'éliminez-vous pas et ne rejetez-vous pas cette plaie infecte de votre terre sainte? La prise de contrôle du centre d'espionnage américain dans l'Iran islamique et l'élimination de cet épicentre de conspiration ont eu de nombreux avantages pour nous, et pourquoi alors les jeunes révolutionnaires d'Irak ont-ils privé leur terre sacrée de ces avantages? "

L’une des principales revendications des manifestants en Irak et au Liban est l’expulsion du régime iranien et de ses milices terroristes de leur pays. Pour détourner le débat, Khamenei a affirmé que les manifestations avaient été inspirées et initiées par Washington et les Saoudiens.

En conséquence, Shariatmadari conclu que la prise de contrôle de l'ambassade américaine à Bagdad est la première étape pour affronter le soulèvement. Il a appelé les milices en Irak soutenues par l'Iran à la saisie de l'ambassade.

Ce que Shariatmadari appelle «les avantages de la prise de contrôle de l'ambassade américaine» remonte à la situation du régime en 1979. À l'époque, les mollahs avaient besoin d'une crise majeure pour éliminer toutes les forces démocratiques en Iran et stabiliser leur position. En prenant l'ambassade des États-Unis et en prenant en otage les 52 membres de son personnel pendant 444 jours, les mollahs ont crée un climat propice pour supprimer toutes les forces démocratiques et établir un régime théorique régi par le règne absolu du guide suprême.

Les manifestations en Irak et au Liban menacent l’influence régionale du régime iranien à un moment où il se débat sous les sanctions paralysantes des États-Unis. L'une des principales revendications des manifestants en Irak est l'expulsion du régime iranien, de ses partis chiites affiliés et des milices terroristes par procuration de ce pays. Les mollahs sont terrorisés de perdre leur influence en Irak.

Dans le sud de l'Irak, des manifestants ont attaqué et incendié les locaux des partis politiques et des milices alliées de Téhéran.

"Toutes les parties et factions sont corrompues, et cela est lié à l'Iran parce qu'il les utilise pour exporter son système de gouvernement clérical en Irak", a déclaré Ali al-Araqi, un manifestant âgé de 35 ans et originaire de la ville méridionale de Nassiriya, qui a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité.


"Le peuple est contre cela, et c'est pourquoi vous assistez à un soulèvement contre l'Iran", a-t-il déclaré.

Mardi soir, des hommes masqués qui semblaient être liés aux forces de sécurité irakiennes ont ouvert le feu sur des manifestants à Karbala, une ville sainte associée au martyre de l'une des personnalités les plus vénérées de l'islam chiite. Au moins 18 manifestants ont été tués et des centaines d'autres blessés dans un bain de sang qui pourrait marquer un tournant inquiétant dans les manifestations. À Bagdad, des manifestants ont brûlé un drapeau iranien. Quelques jours auparavant, des manifestants s'étaient rassemblés devant le consulat iranien à Karbala, scandant "L'Iran, dehors, dehors!" a rapporté l’agence AP.

En soulevant la question de la prise de l’ambassade américaine à Bagdad, Khamenei menace les gouvernements occidentaux d’éviter de soutenir le soulèvement du peuple irakien et de fermer les yeux sur les crimes commis par les forces de sécurité et les milices afin que le régime iranien et son gouvernement affilié en Irak puissent réprimer librement le soulèvement.

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés