Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

La singulière autocensure de la BBC pour s’acheter l'affection de Téhéran

La singulière autocensure de la BBC pour s’acheter l'affection de Téhéran

Le 7 novembre 2019, le BBC World Service a diffusé un reportage sur le principal groupe d'opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), truffé d'allégations périmées et sans fondement.

Dans un communiqué le même jour, la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI a répondu à ce reportage, précisant et soulignant les efforts frénétiques déployés par la dictature religieuse en Iran contre l'OMPI sous la bannière infâme « d'anciens membres de l'OMPI ».

Quatre jours plus tard, le 11 novembre 2019, les sites Internet persan et anglais de la BBC ont publié une nouvelle version de ce reportage, éditée pour la consommation des médias du régime et de ses imams du vendredi. Les accommodements de la BBC à l'égard de la machine de propagande du régime iranien montrent clairement jusqu'où ce média choisit d'aller pour servir le régime des mollahs, alors même que la tyrannie religieuse vacille sous le poids de la résistance populaire, des développements régionaux et de l'isolement international de ce régime monstrueux.

Le clip audio original de 26 minutes contient environ 4 000 mots (disponible ici). Les rédacteurs en chef de la BBC ont cependant supprimé et censuré plus de la moitié de la version affichée sur les sites de la BBC. Il est assez étonnant que la BBC se soit engagée dans la « censure d'un contenu déjà censuré ». Une partie du contenu censuré comprend :

- Les remarques et commentaires de l'ancien maire de Manez sur la confiance que le peuple albanais et lui-même ont placée dans l'OMPI, ainsi que sa visite à Achraf-3 ;

- Les commentaires et remarques sur les relations des résidents locaux avec l’OMPI par deux jeunes Albanais de 15 et 18 ans, dont le père pauvre travaille à Achraf-3 ;

- Les commentaires et remarques de Diana Çuli, écrivaine, militante des droits des femmes et ancienne députée du parti socialiste albanais, sur les idéaux, les points de vue et la conduite de l’OMPI, ainsi que son interprétation de l'islam ;

- L'histoire d'un membre de l’OMPI, Mme Somayyeh Mohammadi, et sa déposition auprès des procureurs albanais, les déclarations des organes judiciaires albanais et celles de son avocate Margarita Kola, concernant la campagne de désinformation du régime ;

- Des courriels intimidants envoyés à l'avocate par le ministère du Renseignement des mollahs et ses agents, contenant des obscénités qu'elle n'a pas pu répéter dans l'interview, et des menaces terroristes contre l'avocate et sa fille qui étudie en Autriche.

Il ne s’agit que du dernier exemple de ce que le légendaire poète iranien Ahmad Shamlou qualifiait de « forme de censure la plus odieuse » pratiquée par la BBC, et qui rappelle son hostilité envers le très aimé Premier ministre Mohammad Mossadeq et son ministre des Affaires étrangères Hossein Fatemi. Cela explique aussi pourquoi le peuple iranien appelle ce média « l'ayatollah BBC ». Pourtant, la campagne de désinformation de Téhéran contre la Résistance iranienne est tellement discréditée que même les rédacteurs de la BBC ont dû reconnaître les déclarations des diplomates qui disent : « Certains des anciens membres de l'organisation qui ont fait défection coopèrent définitivement avec l'Iran (régime). »

Commission de la sécurité et du Contre-terrorisme
du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 11 novembre 2019

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés