vendredi, décembre 3, 2021
AccueilUncategorizedAlors que le coronavirus fait rage en Iran, le régime finance des...

Alors que le coronavirus fait rage en Iran, le régime finance des drones pour ses supplétifs terroristes

Alors que le coronavirus fait rage en Iran, le régime finance des drones pour ses supplétifs terroristes
Iran drones

Entre avril et juin, des milices soutenus par le régime iranien en Irak ont lancé au moins six attaques à l’aide de drones. Bien qu’aucune victime n’ait été signalée dans tous les cas, les responsables américains ont répondu en reconnaissant la gravité de la menace et en déclarant qu’ils travaillaient à développer des défenses contre ces petits véhicules aériens sans pilote volant à basse altitude.

La récente prolifération de ces technologies en Irak et ailleurs reflète des investissements substantiels du régime iranien et de ses gardiens de la révolution islamique. La nature de ces investissements et la structure organisationnelle qui les sous-tendent ont été discutés en détail mercredi par des responsables du Conseil national de la Résistance iranienne, lors d’une conférence de presse à leur bureau de représentation à Washington.

Le Conseil national de la Résistance iranienne, lors d'une conférence de presse à Washington
Le Conseil national de la Résistance iranienne, lors d’une conférence de presse à Washington

La conférence a identifié des institutions gouvernementales et des entités privées spécifiques impliquées dans divers aspects de la fabrication, des tests et de la formation des opérateurs de drones du régime. Il présentait également des images satellite montrant les principales installations où ces entités opèrent. Les détails de ces opérations ont été fournis par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Alors que les travaux dans certaines des installations présentées remontent au moins à 1995, un complexe majeur à Semnan aurait été créé en 2019, tandis que plusieurs autres ont subi des changements importants de personnel, d’organisation ou de mission à peu près au même moment. Les conclusions du CNRI indiquent une augmentation des investissements du régime iranien dans la technologie des drones et d’autres aspects de la force aérospatiale du CGRI au cours des dernières années.

Bien sûr, de tels investissements nécessitent que le régime iranien réoriente ses actifs loin des projets civils et des dépenses intérieures à un moment où le peuple iranien a un besoin urgent d’aide pour faire face à la pandémie. Le CNRI a évoqué la pandémie et le manque d’interventions gouvernementales significatives comme l’un des effets d’une politique qui donne la priorité au développement militaire sur pratiquement tout le reste.

L’OMPI a publié plusieurs rapports sur les effets de Covid-19 en Iran. Alors que les autorités iraniennes rapportent le nombre de morts dû au coronavirus s’élève à 120 000, l’OMPI et le CNRI placent ce chiffre à environ 451 400. Cette estimation découle de fuites d’archives provenant d’hôpitaux, de morgues et d’autorités locales, ainsi que de déclarations de témoins oculaires et de données d’enquêtes auprès de travailleurs de la santé et de professionnels d’autres secteurs concernés.

« Le régime dépense des milliards de dollars pour ses missiles et ses programmes d’UAV tandis que 80 % de la population iranienne vit sous le seuil de pauvreté et les budgets pour la santé, l’éducation et d’autres besoins nationaux sont infiniment inférieurs aux dépenses militaires », a déclaré le CNRI dans sa déclaration de mercredi.

Il a ensuite imputé une partie de la responsabilité de cette situation aux décideurs politiques occidentaux, affirmant que l’assouplissement des sanctions dans le cadre de l’accord nucléaire iranien de 2015 n’a pas apporté d’avantages au peuple iranien, mais a plutôt permis au régime des mollahs d’augmenter le financement des drones, missiles et autres armes « afin d’exporter le terrorisme et le bellicisme dans la région ».

La nouvelle catégorie d’opérations, en Irak et ailleurs, a été rendue possible non seulement grâce à la contrebande d’équipement et au partage des connaissances techniques iraniennes, mais aussi grâce aux efforts pour former les mandataires à l’utilisation efficace de la technologie des drones. Alors que le régime en Iran compense les limitations budgétaires, le résultat apparent est que de petits groupes spécialisés émergent au sein des réseaux existants de mandataires terroristes.

Face à cette menace, a fait valoir mercredi le CNRI, les pays Occidentaux devraient isoler complètement le régime iranien et éviter toute transaction financière ou assouplissement des sanctions. « Aucune des sanctions contre le régime ne devrait être levée tant qu’il n’aura pas arrêté son comportement néfaste et son intransigeance déstabilisatrice dans la région », a déclaré la coalition avant d’ajouter que les politiques occidentales devraient également viser à faire barrage à l’impunité pour les violation des droits humains et la répression du régime contre la population.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe