samedi, juin 25, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran: Déclaration de Farzin Hashemi sur la condamnation d’Assadi par un tribunal...

Iran: Déclaration de Farzin Hashemi sur la condamnation d’Assadi par un tribunal belge

Jeudi dernier, un tribunal en Belgique a rejeté la demande d’immunité diplomatique d’Assadollah Assadi et l’a condamné à 20 ans de prison. Les trois autres agents du régime, Nasimeh Naami, Mehrdad Arefani et Amir Saadouni, ont été condamnés respectivement à 18, 17 et 15 ans de prison. Leur nationalité belge a également été révoquée. Assadi et ses complices ont tenté de faire exploser une bombe dans le rassemblement annuel du CNRI à Villepinte en 2018.

Lors du procès d’Assadi les 27 novembre et 3 décembre, ainsi que lors de son audience de condamnation jeudi dernier, Farzin Hashemi, vice-président de la commission des affaires étrangères du CNRI, a représenté la résistance iranienne.

M. Hashemi faisait également partie des panélistes de la conférence CNRI aux États-Unis et a donné des détails sur la procédure judiciaire. Il a expliqué l’impact de la décision de la Cour et la bonne politique à adopter par les dirigeants politiques vis-à-vis du régime de Téhéran.

Texte de la déclaration de Farzin Hashemi à la conférence en ligne:
J’ai eu l’occasion d’être présent lors de la procédure judiciaire, lors du procès en novembre et en décembre. Et j’ai également eu l’occasion de lire le dossier de 15 000 pages qui avait été préparé après deux ans et demi d’enquête par la justice, la police et les autorités belges.

Comme il a déjà été dit, c’est un jour historique, et nous avons vu un jugement historique du tribunal d’Anvers. Je dis que c’est historique parce que, depuis deux ans et demi, le régime iranien a pris toutes les mesures que l’on pouvait imaginer pour empêcher ce procès. Premièrement, ils ont tenté d’intenter une action en justice en demandant l’immunité pour Assadollah Assadi. Ils sont intervenu en Allemagne lorsqu’ils ont proposé l’extradition d’Assadi vers la Belgique. Puis, à son arrivée en Belgique, il a de nouveau demandé l’immunité diplomatique. L’affaire est allée jusqu’à la Cour suprême de Belgique et elle a été rejetée. Mais ils n’ont jamais abandonné.

Simultanément à cela, il y avait une pression diplomatique sur les gouvernements européens. Et quand cela n’a pas fonctionné, Assadi lui-même a menacé l’équipe d’enquête que s’il était condamné, il y aurait des activités terroristes contre les intérêts de la Belgique. Et en effet, aujourd’hui, le juge s’est référé à cette déclaration d’Assadi. Donc, apparemment, cela fait partie de la décision selon laquelle l’un des accusés est allé jusqu’à menacer de représailles terroristes s’il est reconnu coupable. Lorsque cela n’a pas fonctionné, ils ont pris une autre mesure et c’est la prise d’otages à l’encontre de binationaux emprisonnés en Iran. Et ces derniers jours, lorsque le procès devait commencer, ils ont annoncé que l’un d’entre eux allait être exécuté. Ainsi, tout était prévu pour exercer une pression maximale sur les autorités belges et la justice pour empêcher le procès.

Et en effet, avant-hier, il y a eu un débat parlementaire au cours duquel le ministre de la Justice a reconnu qu’il y avait eu un appel de l’Iran pour l’échange de prisonniers, ce qu’il avait rejeté. Et aujourd’hui, en réponse à un journaliste, il a de nouveau pris une position ferme en disant que la Belgique est un pays régi par l’État de droit et que nous n’allons pas le faire – et qu’il s’agit d’une affaire terroriste et qu’ils ont été à juste titre condamnés et condamnés, et cela a envoyé un message très fort aux personnes impliquées dans de telles activités.

Mais comme Alireza l’a dit à partir de la position de Mme Maryam Radjavi, ce que la Cour a dit aujourd’hui était la confirmation que nous sommes confrontés au terrorisme d’État. Je tiens à souligner, comme vous le savez tous depuis de nombreuses années, il y a eu cette fausse idée que les activités terroristes attribuées au régime iranien sont l’œuvre d’éléments voyous, ou de telle ou telle faction. Mais ce qui a été recueilli, toutes les informations et preuves contenues dans ce dossier, montre clairement que tout le régime était impliqué. Sur la base de nos propres informations, la décision avait été prise au Conseil suprême de sécurité dirigé par Hassan Rohani et approuvée par Khamenei, puis elle a été confiée au ministre du renseignement en étroite coopération avec le ministre des Affaires étrangères pour mener l’opération.

Et en effet, aujourd’hui, le juge a passé en revue tous ces éléments, en particulier sur le rôle premier du ministère du renseignement, dont il a dit qu’Assadi est un haut fonctionnaire de ce ministère. Il n’agissait pas en son propre nom, tout venait de Téhéran. Et encore une fois, le juge a déclaré que la bombe avait été fabriquée en Iran, elle avait été testée en Iran, et il a été amené de Téhéran par Assadi en Europe puis livré aux deux autres complices afin de faire sauter le rassemblement « Iran libre » en juin 2018. Et le juge a de nouveau souligné le fait qu’il s’agissait d’un rassemblement très fréquenté et s’ils avaient réussi, les pertes auraient été très élevées. Et il a rejeté les affirmations de certains des accusés selon lesquelles ils ne savaient pas exactement la force de la bombe ou ils pensaient que c’était un feu d’artifice et ce genre d’excuse. Et il a dit que c’était un acte terroriste avec l’intention de tuer en masse. Et je pense que trois ou quatre fois au cours de ce résumé de la décision, il a souligné un massacre de masse et l’intention de faire le plus de victimes possible. Ainsi, les preuves sont indéniables.

En outre, il a évoqué l’enquête menée par les services de sécurité de l’État belge, qui ont également conclu que cette décision ou la planification de cet acte terroriste avait été prise en Iran et qu’Assadi agissait au nom de l’État iranien, pas seulement de son propre chef. Donc, et il a traversé en fait tous les arguments que l’avocat d’Assadi et d’autres avocats ont fait valoir. En ce qui concerne l’avocat d’Assadi, dont le principal moyen de défense était l’immunité, le juge a réitéré la décision déjà prise par les tribunaux de Belgique et d’Allemagne et il a dit que c’était un non-sens absolu. Le droit international est basé sur la souveraineté des nations. La Convention de Vienne ne donne aucun moyen aux terroristes de se livrer à ce type d’activités et de revendiquer ensuite l’immunité. En effet, c’était un problème qui, en novembre et décembre, lorsque j’ai eu l’occasion de parler au tribunal, j’ai dit au tribunal que ce qu’ils demandent, ce n’est pas l’immunité, ils demandent l’impunité afin de pouvoir poursuivre ces activités terroristes en Europe.

Farzin Hashemi, vice-président de la commission des affaires étrangères du CNRI, tient une conférence de presse alors qu’un tribunal d’Anvers se réunit pour la deuxième session.

Il était donc bien établi qu’il s’agissait de terrorisme d’État. Un autre élément qu’il a souligné et qui devrait faire partie de la décision, cela fait partie de la décision, était le fait que la façon dont le régime iranien a utilisé le privilège diplomatique comme facilitateur de leur opération. Cela met à nouveau en évidence le fait qu’au sein du système, que vous soyez du ministère du Renseignement ou du ministère des Affaires étrangères, les tâches sont les mêmes. Et cela, à mon avis, est un bon rappel, en particulier aux Européens et à quiconque souhaite engager des négociations avec ce régime, que leur interlocuteur, Javad Zarif, est membre du Conseil suprême de sécurité nationale. Il est responsable de la décision de mener cette activité terroriste et, en tant que ministre des Affaires étrangères, il a fourni toutes les installations de ses ambassades et ses privilèges diplomatiques afin que l’opération soit menée. C’est donc l’interlocuteur des Européens et d’autres dans la négociation. Donc, c’est bien établi au tribunal aujourd’hui.

Et aussi, un autre point auquel le juge a fait allusion était le réseau terroriste du régime iranien. Et il a dit que le réseau géré par Assadi devait être plus étendu que ce que nous en savons. Car il y a d’autres qui étaient à la solde d’Assadi et qui recevaient un salaire de lui. Et il a évoqué certains des reçus trouvés dans la voiture et confisqués à Assadi. Il avait versé les salaires mensuels à d’autres agents du régime pendant des voyage de quelques jours qu’il effectuaient en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique.
Donc, c’est une question très, très importante : nous ne parlons pas de terrorisme qui s’est produit dans le passé, nous parlons d’opérations qui sont toujours en cours parce que ce réseau terroriste, cet appareil terroriste, est toujours là et fonctionne toujours. D’accord, trois ou quatre d’entre eux ont été arrêtés et condamnés pour terrorisme, mais la tâche des pays européens – et je pense la même chose aux États-Unis parce que ce réseau n’appartient pas seulement à l’Europe, mais ils sont partout dans le monde , y compris aux États-Unis – je pense qu’une tâche pratique majeure pour tous les gouvernements est de vraiment prendre cela au sérieux et de faire tout ce qui est possible pour détruire ce réseau terroriste.

En plus de toute mesure pratique, ce qui est très vital est la bonne politique à tenir afin de détruire ce réseau. Et je me souviens, en 1997, lorsque le tribunal de Berlin, en Allemagne, a statué et déclaré que les hauts responsables du régime iranien étaient impliqués dans un sens ou dans l’autre dans cet acte, bien qu’aucun d’entre eux n’assistait au procès, mais pendant plusieurs années, le régime iranien a dû reculer parce qu’il avait été averti que s’ils poursuivaient ses attaques terroristes, il y aurait des conséquences de la part de l’Union européenne. Donc, je crois maintenant qu’il est important aux États-Unis ou en Europe de prendre cette question très au sérieux.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe