lundi, novembre 29, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : entretien exclusif avec M. Mohammad Mohadessine, président de la commission...

Iran : entretien exclusif avec M. Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI

Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI
Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI

Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI
Le 19 juin, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a choisi Ebrahim Raïssi comme nouveau président des mollahs pour consolider le pouvoir dans son régime. De nombreux observateurs demandent maintenant pourquoi Khamenei a pris cette décision malgré le bilan de Raïssi en matière de violations des droits humains, principalement son rôle dans le massacre de 1988 et le meurtre de manifestants lors des grands soulèvements iraniens de 2019 ?

D’autre part, Raïssi figure sur la liste des sanctions américaines et des organisations internationales comme Amnesty International ont demandé qu’il soit poursuivi pour crime contre l’humanité. Khamenei n’était-il pas conscient que sa sélection de Raïssi augmenterait l’isolement international du régime ? Quelle était la principale raison pour laquelle Khamenei a fait sortir le nom de Raïssi des urnes et consolidé son régime ?

Nous avons soulevé ces questions dans un entretien exclusif avec M. Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Le texte intégral de cet entretien est le suivant:

Q : Pourquoi Khamenei a-t-il nommé Raïssi président pour consolider son régime, même s’il savait que cela augmenterait l’isolement international du régime et invoquerait plus de haine pour le régime au niveau national ? Pourquoi a-t-il fait ça ?

Khamenei était pleinement conscient de ce fait. Dans le même temps, Khamenei s’est également rendu compte que son régime faisait face à la grave menace des soulèvements populaires. Pour faire face à cette menace, Khamenei a été contraint d’installer Raïssi comme président. Khamenei fait face à trois développements majeurs et la « sélection » de Raïssi est la réponse du régime à ces développements.

Le premier développement est la situation socio-économique urgente du régime et les crises incontrôlables qui en résultent. La situation économique de l’Iran est la pire qu’elle ait été au cours du siècle dernier. La majorité de la population n’arrive même pas à joindre les deux bouts et à répondre à ses besoins fondamentaux. Les habitants de la province du Khouzistan manifestent et demandent de l’eau potable ou de l’eau pour l’agriculture et l’irrigation. Le régime a littéralement asséché les rivières iraniennes.

Le prix du pain augmente chaque jour et les prix des produits de première nécessité montent en flèche. Il y a une pauvreté endémique partout. Nous assistons à des tendances tragiques telles que sans logis qui vivent dans des tombes et des cimetières. Les gens sont obligés de vendre leurs organes pour gagner leur vie. D’un autre côté, la situation est devenue si explosive que toute protestation sociale prend rapidement des connotations politiques, et les gens exigent un changement de régime dans leurs slogans et scandent « à bas le principe du Velayat-e Faqih (suprémtie d’un guide suprême religieux) ». C’est donc la première crise à laquelle Khamenei est confronté.

Le deuxième développement est que la société iranienne est entrée dans une phase de troubles et de soulèvements depuis janvier 2018. Cette évolution et les soulèvements associés indiquent que la société iranienne ne veut pas de ce régime. La société iranienne a atteint un niveau de conscience que la seule solution, pour relever même les défis les plus élémentaires pour améliorer les conditions de vie, est simplement un changement de régime. Ainsi, toute contestation sociale est rapidement dominée par des revendications politiques, avec des appels explicites au changement de régime. Par exemple, le soulèvement de novembre 2019 a commencé en raison d’une hausse soudaine des prix du carburant.

Mais les manifestations se sont rapidement transformées en un soulèvement national contre le régime dans son ensemble et ont reflété le désir des gens de changer de régime. Notez que la demande des gens n’était pas une baisse des prix du carburant. Au contraire, ils ont exigé un changement de régime et scandé « Mort à Khamenei ». Des développements similaires ont eu lieu dans d’autres soulèvements. Par exemple, il y a deux mois, des manifestations ont éclaté au Khouzistan en raison de pénuries d’eau, mais les slogans sont rapidement devenus « Mort à Khamenei » et les manifestations se sont étendues à d’autres provinces et villes telles que Téhéran et Tabriz, avec des personnes appelant à un changement de régime.

Le troisième développement auquel Khamenei est confronté est la formation des « unités de résistance » des Moudjahidine du peuple (MEK ou OMPI) à travers l’Iran. Le rôle des unités de résistance dans le maintien du feu de la résistance et son expansion à travers l’Iran constitue une menace existentielle pour le régime.

Le régime iranien a vu les unités de résistance opérer sur le terrain lors du soulèvement de janvier 2018, alors qu’elles reliaient les manifestations et assuraient leur persistance. Le régime s’est également rendu compte que la stratégie de changement de régime était le résultat ultime de ces protestations.

Au cours des trois dernières années, les unités de résistance ont non seulement maintenu le feu de la résistance, mais elles l’ont également étendu à tout le pays. La jeune génération iranienne est attirée par les valeurs de l’OMPI et souscrit à sa stratégie, malgré les décennies de campagnes de diabolisation et de diffamation contre l’OMPI par le régime.

Q : Donc, la conclusion est que Khamenei a nommé Raïssi et a consolidé le pouvoir dans son régime pour opprimer systématiquement le peuple et préserver son régime. Khamenei réussirait-il à faire face à de futurs soulèvements et à empêcher la chute de son régime par la répression ?

Naturellement, pendant cette période, le conflit entre le peuple iranien et le régime s’intensifiera, et le régime recourrait à de nombreux crimes pour faire face aux soulèvements et les empêcher de se produire. Mais, finalement, le contraire des intentions se produira, et non seulement il sera incapable d’empêcher les soulèvements, mais les soulèvements vont plutôt s’intensifier. Considérez les dernières années du règne du Shah, par exemple. Le Shah a adopté exactement la même stratégie.

Il a nommé un gouvernement militaire avec le général Azhari comme Premier ministre, dans l’espoir de préserver son régime d’une main de fer et par l’imposition de la loi martiale. Mais c’est le contraire qui s’est produit : les protestations se sont intensifiées et ont conduit à sa chute.

Installer Raïssi comme président du régime et resserrer les rangs n’était pas le premier choix ou le choix idéal de Khamenei. C’est, en fait, sa dernière option, et il y a eu recours pour une raison. Le régime des mollahs envisage sa chute imminente et n’avait pas d’autre stratégie viable que de mettre fin au théâtre du « réformisme » ou de la « modération ». Il doit maintenant montrer sa vraie nature.

Mais le peuple iranien a testé ce régime et n’a pas la moindre illusion que la seule solution est un changement de régime. Ainsi, nous voyons des gens appeler au changement de régime dans leurs manifestations alors qu’ils revendiquent leurs droits comme l’accès à l’eau ou au pain.

Q : La crise du Covid-19 en Iran serait très grave. La Résistance iranienne a souligné que Khamenei et son régime ont utilisé le coronavirus pour empêcher les soulèvements. Ont-ils réussi ? Car il n’y a pas eu de soulèvement à l’échelle des manifestations de 2019.
Khamenei commet toutes sortes de crimes pour préserver son régime. Au cours des deux dernières années, l’un de ses crimes a été de laisser le peuple iranien sans défense face au coronavirus. Après l’approbation des vaccins Covid-19, les gouvernements ont cherché à vacciner leurs populations dès que possible. Pourtant, Khamenei a interdit l’importation de vaccins américains et européens en Iran, faisant des centaines de milliers de victimes au peuple iranien.

Khamenei a pris cette mesure criminelle pour éteindre l’esprit de résistance parmi le peuple et semer l’angoisse et le désespoir parmi eux. Mais comme je l’ai dit plus tôt, il y a eu un facteur qui a changé toute l’équation et perturbé l’agenda de Khamenei. Khamenei a non seulement échoué dans la mise en œuvre de sa politique, mais actuellement, l’épidémie de coronavirus est devenue une autre raison de futurs soulèvements. Le facteur qui a provoqué l’échec de Khamenei a été la propagation du réseau des unités de résistance de l’OMPI à travers l’Iran.

Khamenei avait l’intention de faire des victimes massives en exploitant l’épidémie de coronavirus. Il a calculé que si le coronavirus pouvait entraîner des pertes massives, les gens seraient naturellement désillusionnés et personne n’aurait l’énergie de se soulever contre le régime. Ainsi, il y aurait une atmosphère de désespoir dans la société. Mais un élément a changé la situation et a empêché Khamenei d’atteindre son objectif, à savoir les activités des unités de résistance à travers l’Iran.

Ces unités de résistance ont non seulement poursuivi leur campagne dans tout l’Iran pendant les jours les plus sombres de l’épidémie de Covid-19, mais ont en fait intensifié leurs activités et montré aux gens que même pour lutter contre le coronavirus, ils devaient d’abord combattre le « virus des mollahs ».

Au cours des trois dernières années, les unités de résistance de l’OMPI ont non seulement maintenu les flammes de la résistance allumées dans toutes les arènes, mais elles ont en fait étendu leurs activités. Ils ont inspiré les jeunes générations d’Iraniens à poursuivre la voie du MEK malgré les tentatives du régime de les empêcher de découvrir le véritable message de la Résistance, et malgré la campagne de diabolisation du régime contre les Moudjahidine du peuple.

Ainsi, la politique inhumaine de Khamenei consistant à faire des victimes massives a échoué, et elle est maintenant devenue un grave problème pour le régime. Le régime est maintenant contraint de reculer sur l’interdiction de Khamenei sur les vaccins et de les importer parce que les mollahs sont terrifiés par la réaction du peuple et les soulèvements imminents.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe