dimanche, avril 11, 2021
Accueil Actualités Actualités: Terrorisme & intégrisme Iran : l'Occident a-t-il été naïf face aux activités d'influence iranienne?

Iran : l’Occident a-t-il été naïf face aux activités d’influence iranienne?

Iran : l’Occident a-t-il été naïf face aux activités d’influence iranienne?
Par Mohammad Sadat Khansari

Il a été récemment révélé que le gouvernement américain poursuivait des accusations contre un politologue et autoproclamé expert en relations étrangères nommé Kaveh Lotfolah Afrasiabi, en vertu de la loi sur l’enregistrement des avoirs étrangers. Les documents d’accusation indiquent qu’il a reçu plus de 265 000 dollars de paiements par l’intermédiaire de la Mission permanente de l’Iran auprès de l’Organisation des Nations Unies, pour un travail de promotion des arguments du régime iranien auprès des décideurs et des médias américains.

Les travaux en question se seraient déroulés sur une période d’environ 13 ans, ce qui soulève naturellement des questions sur les raisons pour lesquelles les affiliations non révélées d’Afrasiabi avec le régime iranien n’avaient pas été découvertes plus tôt. Mais pour ceux qui connaissent le fonctionnement des réseaux d’influence secrets de l’Iran en Occident, le long retard de son arrestation ne devrait pas surprendre. Les cibles de cette influence ont été notoirement naïves dans leurs relations avec les personnes qui avancent des points de discussion pro-iraniens, tenant souvent pour acquis qu’elles opèrent de manière indépendante même lorsqu’il existe de nombreuses preuves de violations du Foreign Agents Registration Act (FARA).

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), lui-même une cible fréquente de la propagande iranienne qui se répand dans les médias occidentaux, n’a pas tardé à mettre en évidence cette situation après avoir été informée qu’Afrasiabi avait fait sa première apparition devant un tribunal fédéral américain. «Malheureusement, au cours des trois dernières décennies, le régime iranien a géré un vaste réseau d’agents et d’agents, dont beaucoup étaient des Américains, en violation flagrante de la loi américaine», a expliqué Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau du CNRI à Washington.

Naturellement, le CNRI a émis de nombreux avertissements à propos de ce réseau au fil des ans, tout en s’efforçant de contrer sa propagande, en particulier dans les questions concernant la prétendue stabilité politique du régime iranien et l’absence de contestation intérieure de son pouvoir.

Ce récit a commencé à être sérieusement miné à la fin de 2017 avec le déclenchement d’un soulèvement national contre la dictature théocratique, qui a engendré deux soulèvements ultérieurs et un large éventail de manifestations plus petites avant le déclenchement de la pandémie de coronavirus. Mais malgré tout cela, le discours occidental sur le régime iranien est resté fortement biaisé vers l’idée que les décideurs politiques n’ont pas d’autre choix que de négocier avec le gouvernement iranien existant, étant entendu qu’il n’y a pas d’alternative viable.

Il est facile de voir à quel point ce récit profite au régime clérical, il devrait donc être facile de conclure que les pourvoyeurs de ce récit devraient être soigneusement examinés pour les affiliations potentielles au régime et les conflits d’intérêts. Si cela avait été une pratique courante, les forces de l’ordre américaines et les éditeurs des travaux d’Afrasiabi auraient pu le soumettre à un examen efficace à un moment donné au cours des 13 années où il a travaillé comme lobbyiste clandestin pour les positions politiques préférées de Téhéran.

D’un autre côté, il est sans doute compréhensible que les soupçons ne se soient pas posés chez ceux qui avaient eu des interactions antérieures avec Afrasiabi, un résident de 35 ans aux États-Unis qui a obtenu son doctorat dans une institution américaine. Néanmoins, toute enquête prospective sur les activités d’Afrasiabi a probablement été entravée à l’avance par la tendance générale à ne pas tenir compte des signes évidents de l’influence du gouvernement iranien parmi les personnes qui opèrent à l’intérieur des frontières des pays occidentaux.

Les bénéficiaires de cette tendance incluent des personnes ayant des relations personnelles de longue date avec des responsables iraniens, ainsi que des personnes qui ont effectivement occupé des postes au sein des institutions du régime avant de déménager aux États-Unis et de commencer à se présenter comme des analystes politiques indépendants. Le CNRI a sonné l’alarme sur les personnes qui correspondent à ces deux descriptions. Pourtant, ces mêmes personnes continuent à fonctionner librement et à trouver des publications dans les principaux organes d’information, même aujourd’hui.

Il n’y a aucun signe immédiat que l’arrestation d’Afrasiabi ait fait beaucoup pour perturber les tendances existantes. Mais cela montre seulement qu’il est plus important que jamais pour les décideurs politiques, et pour quiconque se soucie de l’exactitude des reportages sur l’Iran, de continuer à exhorter les politiciens et les journalistes occidentaux à adopter des contre-mesures pertinentes.

À cette fin, les parties concernées pourraient commencer par dire à leurs législateurs de poursuivre spécifiquement les enquêtes et les accusations potentielles du FARA contre Trita Parsi et Seyed Hossein Mousavian. Le premier a fait l’objet d’une lettre envoyée au ministère de la Justice l’année dernière par les sénateurs Mike Braun, Ted Cruz et Tom Cotton, affirmant que l’organisation fondée par Parsi, le Conseil national irano-américain (NIAC), «masque un comportement troublant». derrière un faux profil public tout en diffusant des points de discussion au nom du régime iranien.

Moussavian, fait la promotion de bon nombre des mêmes points de discussion avec le même soutien de la part des éditeurs occidentaux, malgré un parcours personnel intrinsèquement plus suspect. Il n’a déménagé aux États-Unis d’Iran qu’en 2009, peu de temps après qu’Afrasiabi ait apparemment rejoint la masse salariale du régime. Deux ans plus tôt, Moussavian a conclu un séjour de huit ans au Conseil de sécurité nationale iranienne, et avant cela, il a été ambassadeur en Allemagne à une époque où cette mission diplomatique était considérée comme le cœur d’un réseau terroriste iranien responsable de nombreux assassinats de dissidents.

Le fonctionnement de ce réseau a finalement conduit Moussavian et plus d’une douzaine d’autres personnes à être expulsés d’Allemagne vers la fin des années 90. Mais cela ne l’a pas empêché d’être accueilli, plus ou moins à bras ouverts, aux États-Unis après avoir connu une brouille avec des collègues du gouvernement iranien et cherché un poste à Princeton. Il a occupé ce poste depuis lors et l’a utilisé pour obtenir des publications dans de nombreux médias. Sa scission supposée avec le régime n’a cependant pas changé sa philosophie et il a constamment avancé des positions qui ne se distinguent pas de celles promues par Parsi, Afrasiabi et Téhéran.

Le cas de Moussavian suggère que les éditeurs occidentaux, les décideurs et les forces de l’ordre sont étrangement disposés à ignorer les preuves de liens entre des universitaires supposés et des terroristes iraniens. C’est une perspective particulièrement alarmante compte tenu du fait qu’il pourrait y avoir actuellement une résurgence du type de terrorisme iranien qui a été perpétré sur le sol occidental dans les années 90. En ce moment en Belgique, un procès est en cours pour Assadollah Assadi, un diplomate iranien semblable à Moussavian qui a été surpris en train de fournir des explosifs à des agents iraniens pour les utiliser pour attaquer un grand rassemblement dissident près de Paris, aussi récemment qu’en juin 2018.

Il va sans dire que les puissances occidentales ne peuvent se permettre de minimiser la menace posée par ce type de terrorisme. Ce qui est peut-être moins évident, c’est que les puissances occidentales ne peuvent pas non plus se permettre de fermer les yeux sur les types de propagande pro-régime qui justifient cete activité terroriste ou impliquent qu’elle n’est pas une caractéristique authentique du régime théocratique iranien.

Les antécédents et les activités actuelles de Mousavian soulignent que ces deux phénomènes vont souvent de pair. Pendant ce temps, l’activité récente entreprise par Trita Parsi et en particulier Kaveh Afrasiabi indique que la propagande iranienne se présente sous de nombreuses formes différentes, à travers de nombreux canaux. Pour combattre cette propagande, les législateurs et les journalistes doivent commencer par viser des personnes ayant des liens manifestement évidents avec le régime iranien. Mais à partir de là, ils doivent procéder à un examen attentif de ceux dont les liens sont plus ténus, ainsi que de ceux dont l’affiliation potentielle au régime n’est visible que dans des philosophies ou des préférences politiques qui se chevauchent largement.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe