mercredi, novembre 18, 2020
Accueil Actualités Actualités: Terrorisme & intégrisme La corruption du régime iranien révélée par un responsable

La corruption du régime iranien révélée par un responsable

Parviz Fattah, directeur de la fondation financière Bonyad Mostazafan

Alors que le régime iranien vit ses derniers jours, les luttes intestines entre les factions rivales pour obtenir une plus grande part du pouvoir et maintenir ce régime en vie s’intensifient. Chaque faction révèle la corruption de l’autre faction pour avoir une plus grande part du pouvoir. De fait, ils montrent que les mollahs sont la véritable source des problèmes économiques.

Parviz Fattah, directeur de la fondation financière Bonyad Mostazafan, a reconnu certains aspects de la corruption institutionnalisée le 9 août dans une interview à la télévision officielle. Dans cette interview, il a révélé que plusieurs responsables du régime, anciens et actuels, ont volé des millions de dollars à la Bonyad Mostazafan.

« M. [Gholam-Ali] Haddad-e Adel [ancien président du Majlis (Parlement du régime)] a loué un bâtiment pour construire une école dans la rue Fereshteh, et ce bail a été renouvelé à plusieurs reprises, bien que ces baux aient été conclus sur la base de considérations et n’aient pas été soumis au tarif du jour. Pour le moment, la période de location a expiré et ils doivent quitter les lieux ou les loyers doivent être ajustés au taux actuels, ce qui, bien sûr, en raison du coût élevé de cette zone, pourrait ne pas lui être possible. » Fattah a déclaré qu’il estimait la valeur de la propriété à 200 milliards de tomans (environ 9 millions de dollars).

Bonyad Mostazafan est l’une des grandes institutions financières de l’Iran et est sous la supervision directe du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei. A cet effet, Behzad Nabavi, ministre sous plusieurs administrations, a déclaré dans une interview à l’agence de presse gouvernementale Alef le 21 septembre 2019 : « Dans notre pays, il y a quatre institutions qui contrôlent 60 % de la richesse nationale. Il s’agit du bureau exécutif de la directive de l’imam (Setad Ejraie Farman Imam), de la base de Khatam-ol-Anbiay, d’Astan-e Quds et de Bonyad Mostazafan. Aucune de ces institutions n’est en relation avec le gouvernement et le Majlis. »

Khamenei a utilisé ces institutions financières pour financer le terrorisme et d’autres activités illicites de son régime.

Fattah, un des principaux commandants des Gardiens de la révolution (pasdaran), a déclaré dans une interview accordée à la chaîne de télévision publique Ofogh (Horizon) en avril 2020 : « J’étais à la Fondation coopérative des pasdaran. Haj Qassem [Qassem Soleimani, commandant des pasdaran] est venu me dire qu’il n’avait pas d’argent pour payer les salaires des Fatemiyoun. Il a dit que ce sont nos frères afghans, et il a demandé de l’aide à des gens comme nous. » Les Fatemiyouns sont des mercenaires afghans envoyés en Syrie par Téhéran pour réprimer le peuple syrien.

Les récents propos de Fattah sur la corruption de certains responsables du régime ont déclenché un nouveau cycle de luttes intestines au sein du régime. Jahan-e Sanat, qui a été fermé cette semaine, a écrit à ce sujet : « Le Bonyad Mostazafan et son président agissent comme si ces terres et ces bâtiments étaient inclus dans leur héritage. Bonyad a confisqué ces terres en premier lieu, maintenant d’autres les ont confisquées à Bonyad. Peut-être qu’à l’avenir d’autres organisations viendront confisquer ces propriétés. »

La crise économique en Iran

Alors que les responsables du régime dans leurs luttes intestines révèlent la corruption de chacun, le peuple iranien souffre de difficultés économiques, qui sont dues à la corruption institutionnalisée du régime et à ses mauvaises politiques. La hausse du taux d’inflation et des liquidités, ainsi que les prix élevés, de même que la COVID-19 et la mauvaise gestion de cette crise par les mollahs, ont poussé davantage de personnes dans la pauvreté.

À cet égard, Jahan-e Sanat a écrit : « Il semble que la plupart des problèmes économiques de l’Iran soient dus à des facteurs externes, créés par des décisions internes. Bien que les prix augmentent et que nous ayons assisté à l’émergence d’une hyperinflation dans l’économie iranienne, estimée entre 70 et 300 %, les salaires n’ont jamais été assez élevés pour compenser les coûts croissants imposés aux gens. »

En outre, le quotidien officiel Arman, tout en rejetant les revendications du Président du régime Hassan Rohani concernant une aide économique à venir, a écrit : « Il n’y aurait pas d’ouverture économique. Une ouverture économique ne se produit pas avec un seul événement. Nous devons y faire face avec sagesse, prudence et conscience. L’économie iranienne ne peut avoir d’ouverture économique sans opérations de base, sans mesures et sans prendre de décisions difficiles. »

Rejetant la campagne du régime visant à rendre les sanctions américaines responsables des problèmes économiques de l’Iran, l’article ajoute : « Sans réformes structurelles, décisions difficiles et opérations de fond, l’ouverture économique n’existe pas. Même si l’on dit aujourd’hui que les sanctions ont été levées, certains des problèmes de l’économie iranienne peuvent être résolus, mais la majorité des problèmes économiques structurels de l’Iran, à savoir les profits illicites, le monopole, l’espace commercial inadapté, les nombreux défis du système bancaire, les problèmes de non-compétitivité de l’économie iranienne, la nature gouvernementale des structures économiques et le manque de divers produits d’exportation auront leurs problèmes. »

En un mot, il n’y a pas de solution à l’économie iranienne avec le système actuel.

Comme l’a écrit M. Abbas Davari, le président de la Commission du travail du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), dans un article sur Real Clear Markets : « Les richesses, les ressources et le capital de l’Iran sont entre les mains d’une théocratie médiévale qui ne s’intéresse qu’à s’enrichir. L’inflation monte en flèche. La masse monétaire se multiplie. La monnaie nationale plonge. Dans ces circonstances, aucun accord sino-américain, aucun euro-commerce, aucun marché américain ne peut sauver l’économie ruinée qui n’est destinée qu’à enrichir les quelques mollahs au pouvoir. Le seul élixir est le changement de régime. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe