lundi, octobre 18, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe cabinet d'Ebrahim Raïssi ne pourra sauver le régime en Iran

Le cabinet d’Ebrahim Raïssi ne pourra sauver le régime en Iran

On peut en apprendre beaucoup sur les intentions d’un leader à partir du caractère des personnes dont il s’entoure. Le nouveau président des mollahs iranien, Ebrahim Raïssi , a récemment révélé beaucoup de choses sur les politiques que l’on peut attendre de son administration lorsqu’il a annoncé ses nominations à la tête de divers ministères.

Au cours de sa campagne électorale, Raïssi a affirmé se présenter comme un «indépendant» et s’est engagé à former un « gouvernement d’union nationale ». Après avoir pris ses fonctions, il a continué à encourager les membres du cercle restreint du régime à croire qu’il pourrait choisir des ministres sur la base des qualifications plutôt que du tribalisme. Mais lorsque la liste des 19 hommes est devenue publique, il est également redevenu clair que Raïssi et le Guide Suprême Ali Khamenei avaient d’autres priorités en tête.

Dans le cadre d’une campagne nationale pour que justice soit rendue aux victimes du massacre de prisonniers politiques en 1988, l’opposition iranienne a mis en lumière la sombre histoire de Raïssi en 2017, lorsque Khamenei l’a proposé pour la première fois comme futur président du pays. Le boycott public qui en a résulté a fusionné avec la mobilisation des factions rivales de Khamenei pour provoquer une défaite majeure et un embarras pour Raïssi . Mais quatre ans plus tard, Ali Khamenei a tout fait pour installer son propre homme au poste de président. Mais le prix de cette décision était l’isolement total de l’élite dirigeante, et cela s’avérera fatal pour le régime dans les mois à venir.

Pour s’assurer qu’il n’y ait pas de bataille sérieuse pour Ebrahim Raïssi pendant la campagne présidentielle, Khamenei a même éliminé certains de ses anciens confidents comme Ali Larijani, son conseiller principal et l’homme en charge du programme de coopération Iran-Chine sur 25 ans. L’ancien président Mahmoud Ahmadinejad, alors vice-président par intérim Eshaq Jahangiri et Saeed Mohammad, le commandant du CGRI de Khatam-al Anbiya ont tous été disqualifiés par le Conseil des gardiens trié sur le volet. Cela a alimenté le boycott historique de l’élection présidentielle de 2021 et même nombre de ceux qui ont été contraints de se déplacer, comme les militaires et leurs familles, ont voté blanc.

Dans un geste sans précédent, Amoli Larijani, le frère d’Ali Larijani et membre du Conseil des gardiens a refusé de signer les lettres de créance d’Ebrahim Raïssi , et les deux Larijanis, ainsi qu’Ahmadinejad, ont refusé de participer à la cérémonie d’inauguration le 5 août, soulevant les querelles internes du régime vers de nouveaux sommets.

Le cabinet d’Ebrahim Raïssi est déjà un fiasco international. Quatre des candidats retenus (Ahmad Vahidi, Mohammad Reza Ashtiani, Ezattollah Zarghami et Rostam Ghasemi) figurent sur les listes de sanctions américaines et européennes. Vahidi, le choix de Raïssi pour diriger le ministère de l’Intérieur, fait l’objet d’un mandat d’arrêt d’Interpol pour son rôle dans les attentats de 1994 à l’AMIA à Buenos Aires. Il a également planifié et commandé l’opération terroriste visant à attaquer les tours de Khobar en Arabie saoudite en juin 1996.

Hossein Amir Abdollahian, qui va succéder au ministre des Affaires étrangères sortant, a déjà été limogé par Javad Zarif directement au milieu d’une lutte d’influence croissante. Abdollahian a été désigné comme terroriste par les États-Unis sur la base de son rôle en tant que représentant de la Force Qods du CGRI au ministère des Affaires étrangères et une personne en qui Khamenei avait confiance pour coordonner avec les groupes mandataires du régime comme les Houthis au Yémen et le Hezbollah en Liban. Sur dix-neuf candidats, seuls trois ont déjà dirigé un ministère sous Mahmoud Ahmadinejad.

Vidéo : Le futur ministre iranien des Affaires étrangères s’engage à poursuivre la voie du cerveau terroriste Qassem Soleimani

Le cabinet représente une entité très étroit au sein du cercle restreint de Khamenei. Quatre des ministres ont une formation dans un système judiciaire qui compte des milliers d’exécutions à son actif. Au moins dix d’entre eux sont connus pour avoir servi dans les CGRI, Basij ou sa force Quds. Au moins trois des ministres ont travaillé dans le bureau du guide suprême et huit d’entre eux ont dirigé d’énormes conglomérats financiers affiliés à Khamenei. La cerise sur le gâteau est le vice-président, Mohammad Mokhber, un proche de Khamenei, qui dirige l’EIKO et de nombreuses autres institutions financières depuis juillet 2007.

L’establishment parle de lui-même : le guide suprême des mollahs Iraniens a nommé un équipage proche de lui pour une raison. Face à la révolte nationale, à l’isolement international et à l’hostilité régionale, le chef suprême se prépare au pire à venir. Il ne peut pas se permettre une rupture dans la direction comme celle qui s’est produite en 2011. À l’époque, Ahmadinejad et Khamenei se sont affrontés à propos de la nomination d’un ministre du renseignement à la suite de soulèvements nationaux.

Le cabinet de Raïssi est un mécanisme de répression accrue, mais plus précisément, la principale caractéristique de ses membres est qu’ils n’ont aucun avenir en dehors du système actuel et qu’on peut s’attendre à ce qu’ils le défendent à tout prix.

Depuis le début des derniers soulèvements en 2017, la société iranienne a perturbé la répression du régime avec des manifestations majeures qui comportaient toutes des slogans tels que « mort au dictateur ». La pandémie fait rage à travers l’Iran et chaque jour, des milliers de nouvelles familles rejoignent les rangs des masses indignées qui appellent la fatwa de Khamenei à interdire les vaccins Covid-19 des États-Unis et du Royaume-Uni. Un écart croissant d’inégalité, des pannes d’électricité, des coupures d’eau, des salaires impayés et de nombreux autres griefs à l’échelle nationale contribuent tous à un flot continu d’indignation publique. Il ne fait aucun doute qu’Ebrahim Raïssi et son cabinet feront tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir la cohésion du régime, mais que les rangs toujours plus restreints de l’élite dirigeante puissent empêcher les masses de prendre d’assaut les palais opulents du régime, est certainement une mission impossible.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe