lundi, octobre 18, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe candidat du ministère iranien des Affaires étrangères promet de poursuivre le...

Le candidat du ministère iranien des Affaires étrangères promet de poursuivre le terrorisme

Hossein Amir Abdollahian (à droite), le candidat d’Ebrahim Raïssi pour le ministère des Affaires étrangères avec Qassemi Soleimani (à gauche)

Le futur ministre des Affaires étrangères du régime iranien a réitéré l’engagement de son ministère à promouvoir et à soutenir le terrorisme. Selon l’agence de presse Fars, Hossein Amir Abdollahian, le candidat d’Ebrahim Raïssi au ministère des Affaires étrangères, a déclaré au parlement du régime qu’il « poursuivrait la voie de Qassem Soleimani« .

Qassem Soleimani était le commandant de la Force Quds du CGRI, chargé de propager le terrorisme et l’instabilité à travers le monde. Soleimani a dirigé et soutenu les groupes mandataires du régime dans la région, a personnellement participé à la guerre civile syrienne et a empêché la dictature de Bachar-al-Assad de s’effondrer. Il était connu comme un « tueur d’enfants ».

Who was Qassem Soleimani?

Il a été tué lors d’une frappe de drone en janvier 2020 alors qu’il tentait de se rendre secrètement en Irak.

Amir Abdollahian a souligné qu’une grande partie de son expérience s’est déroulée lorsqu’il « a coopéré avec Soleimani dans le domaine de la politique étrangère ».

Le ministère des Affaires étrangères du régime iranien a toujours soutenu les activités terroristes du régime.

Dans une bande audio divulguée fin avril 2021, Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères dit « modéré », a souligné que la politique étrangère des mollahs ne vise qu’à justifier le terrorisme du régime à l’étranger.

Dans cette bande audio, tout en qualifiant les activités terroristes du régime de « terrain », a souligné que « le domaine militaire règne ». « J’ai sacrifié la diplomatie pour le domaine militaire plutôt que pour la diplomatie de service sur le terrain », a ajouté Zarif. Il a également souligné que le ministère des Affaires étrangères du régime avait une «structure de sécurité ».

En janvier 2021, Mohsen Baharvand, vice-ministre des Affaires juridiques et internationales de Zarif, a confirmé la relation étroite de Zarif avec Soleimani.

«Je n’oublierai jamais que lorsque je me rendais au Bureau des études politiques du ministère des Affaires étrangères presque tous les mardis à 7h30 pour assister à une réunion stratégique sur les relations étrangères, j’ai vu le glorieux martyr, le général Haj Qassem Soleimani, qui était escorté hors de la salle de réunion par le Dr Zarif », a écrit Baharvand selon la nouvelle agence semi-officielle ILNA.

Le monde a été choqué lorsqu’en 2018, le diplomate-terroriste du régime, Assadollah Assadi, a tenté de poser une bombe dans le rassemblement de l’opposition en France après avoir transporté 500 grammes d’explosifs TATP d’Iran. Assadi a ensuite été reconnu coupable et condamné à 20 ans de prison. Le ministère des Affaires étrangères a joué un rôle crucial en facilitant le complot terroriste déjoué.

What you should know about Iran's network of terrorists and spies in EU

Vidéo : Ce que vous devez savoir sur le réseau iranien de terroristes et d’espions dans l’UE

Amir Abdollahian fait partie de l’appareil de « sécurité » du ministère des Affaires étrangères depuis des années. Puisqu’il était vice-ministre des Affaires étrangères pour les Affaires arabes et africaines, il a étroitement collaboré avec Soleimani.
Sa nomination par Raïssi indique une fois de plus que le régime est prêt à accroître ses menaces terroristes. Raïssi lui-même a joué un rôle important dans le financement et le soutien du terrorisme, en particulier lorsqu’il était le gardien de l’Astan-e Quds Razavi, une immense institution financière liée au guide suprême du régime, Ali Khamenei.

Comme l’affirme la Résistance iranienne, l’administration actuelle montre le vrai visage d’un régime « pilleur et terroriste ». La communauté mondiale doit comprendre que le terrorisme et la diplomatie du régime vont de pair. Comme l’a reconnu l’ancien président du régime Hassan Rouhani, « la ligne de front et la diplomatie sont deux bras » du régime. Ainsi, ils devraient tous deux être ciblés par la communauté internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe