samedi, décembre 5, 2020
Accueil Actualités Actualités: Terrorisme & intégrisme Le régime iranien va interdire toutes les plateformes de médias sociaux :...

Le régime iranien va interdire toutes les plateformes de médias sociaux : Cela entravera-t-il un soulèvement ?

Le Majlis (Parlement des mollahs) doit interdire et filtrer toutes les applications des médias sociaux en Iran. Cette action médiévale à l’ère de la technologie montre à quel point les mollahs sont terrifiés par la population et leur lien avec le mouvement de résistance organisé. Mais le régime obtiendra-t-il la sécurité qu’il souhaite ?

Ce plan, en plus d’interdire toutes les plateformes étrangères de médias sociaux, impose d’autres restrictions aux utilisateurs. Cela inclut l’identification de tous les utilisateurs qui utilisent des anti-filtres pour accéder à des sites web considérés comme un crime. Alors pourquoi le régime a-t-il l’intention de faire une telle chose ?

Pendant des années, le régime des mollahs a utilisé l’absence de médias pour dissimuler librement ses crimes, en continuant à violer les droits du peuple et à spolier la richesse nationale. Aujourd’hui, quelques instants après que le régime des mollahs a commis un crime, le monde en prend conscience.

Aujourd’hui, la situation a changé et la technologie est au service de tous les citoyens iraniens. Le peuple iranien pourrait facilement informer et se connecter avec l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), et cela a beaucoup terrifié le régime.

Les grandes manifestations iraniennes de novembre témoignent de cette nouvelle situation. Des milliers d’Iraniens à travers le pays, quelques heures après que le régime a annoncé son plan d’augmentation du prix du carburant, sont descendus dans la rue. Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a ordonné une violente répression de ces manifestations et ses forces de sécurité ont tué plus de 1500 personnes. Pourtant, la population a pu envoyer des images des crimes du régime à l’extérieur, mobilisant ainsi la communauté internationale. Cela a incité le régime à censurer totalement l’accès à Internet en Iran pendant plusieurs jours.

En d’autres termes, le régime est très terrifié par les plateformes de médias sociaux et la façon dont le peuple les utilise.

À cet égard, le quotidien officiel Resalat a écrit le 23 août : « La situation n’est pas la même qu’il y a deux décennies pour contrôler et gérer les incidents et les informations. L’ère de la guerre douce a commencé depuis des années. D’un côté, il y a le [régime] et de l’autre, ses ennemis et ses opposants. C’est un peu comme la guerre Iran-Irak avec une petite différence : c’était une guerre dure et celle-ci est une guerre douce. »

Spolier davantage les richesses du peuple

En plus de ses intentions criminelles et répressives de filtrage des plateformes de médias sociaux, le régime est prêt à profiter économiquement de ce plan. C’est ce même régime qui a commencé à vendre du pétrole au peuple pour couvrir son déficit budgétaire et spolier le moindre centime du peuple.

A cet égard, Abbas Abdi, qui a participé à la crise des otages en Iran en 1981, a déclaré dans une interview au quotidien Etemad le 5 août : « Le filtrage n’est pas le bon nom pour ce qu’ils veulent faire ou ont fait dans le passé, mais son bon nom est la distribution et la vente d’anti-filtres et l’augmentation du volume de trafic virtuel, ce qui signifie plus de profit pour les opérateurs. En fait, il s’agit d’un plan économique, et non d’un plan politique ou culturel. Il est présenté comme un projet culturel et médiatique. Mais, en fait, il s’agit d’un projet économique qui vise à gagner plus d’argent. »

Le régime sera-t-il couronné de succès ?

Ce plan, en raison de la capacité explosive de la société iranienne, est voué à l’échec. À cet effet, le quotidien officiel Hamdeli a écrit le 23 août : « Nous ne devrions pas répéter la même erreur en traitant de l’Internet de la même manière que nous l’avons fait en traitant du satellite et des vidéos. Ces mêmes restrictions ne devraient pas être imposées, car nous ne pouvons pas lutter contre la technologie ; elle trouvera sa voie. Nous ne pouvons pas construire un mur à travers l’Iran. »

Comme l’a écrit le quotidien officiel Etemad le 23 août : « Il n’y aura pas de sécurité [pour le régime]. En imposant ces restrictions, les gens choisiront la rue pour protester. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe