mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe vol ukrainien abattu pour créer un bouclier humain, dénonce un ancien...

Le vol ukrainien abattu pour créer un bouclier humain, dénonce un ancien responsable iranien

Le vol ukrainien abattu pour créer un bouclier humain, dénonce un ancien responsable iranien

Un ancien responsable du régime iranien et sa femme, dont un fils et une fille faisaient partie des 176 passagers du vol PS752 d’Ukraine International Airlines, abattu par deux missiles du Corps des gardiens de la révolution iraniens (CGRI, pasdaran) en janvier 2020, a déclaré : « Il a été abattu pour créer un bouclier humain » contre une éventuelle attaque américaine.

Mohsen Asadi-lari, ancien ministre par intérim des Affaires internationales au ministère de la Santé et de l’Éducation médicale, et son épouse Zahra Majd, les parents de Mohammad-Hossein et Zeinab, ont déclaré dans une interview au quotidien Sharg, le lundi 10 janvier, que le commandant en chef du CGRI, Hossein Salami, leur a déclaré, 40 jours après l’attaque contre l’avion, que le CGRI aurait eu à combattre les États-Unis si l’avion n’avait pas été abattu.

Dans une interview de 45 minutes avec le couple, le 8 janvier 2022, Mme Majd a déclaré : « Il [Hossein Salami] est venu avec son adjoint. Faignant être peiné, il a dit ‘’j’aurais aimé être dans cet avion et pouvoir y aller… tu sais où sont tes enfants maintenant ? Ils ont une position bien plus élevée que les martyrs dans les champs de bataille. »

Asadi-lari a ajouté : « Nous sommes en fait arrivés à la conclusion qu’ils ont abattu l’avion de ligne. Nous pensons qu’ils [les CGRI] voulaient l’abattre et puis rejeter la faute sur les États-Unis comme ils l’ont fait auparavant en prenant des mesures similaires. »

Lorsque l’intervieweur a demandé comment pouvez-vous défendre votre affirmation, Majd a répondu : « Quelle défense ? Ils [les officiels] disent ouvertement que si l’avion n’avait pas été abattu une guerre destructrice aurait éclaté le lendemain et la vie de 10 millions de personnes aurait été en danger. »

« Cela devrait être inscrit dans l’histoire [de ce régime] », a déclaré Majd. « La situation maintenant est telle que vous ne pouvez pas publier ce que nous disons et, malheureusement, l’atmosphère évolue vers de plus en plus de distorsions et une atmosphère de peur accrue. »

Elle a ajouté que les familles des victimes vivant en Iran restent parfois silencieuses par « peur » et ne parlent pas aux médias.

Le couple a également noté que non seulement ils avaient été empêchés d’entrer sur le site de l’accident dans les heures qui ont suivi l’incident, mais que le régime n’a encore livré aucun des effets personnels de leurs enfants, à l’exception du passeport brûlé de Zainab. « Même pas l’ordinateur portable n’a été rendus », a protesté Asadi Lari.

« Comment est-ce possible ? Il est clair sur les photos que les poupées sont restées sur place, mais les appareils électroniques ont disparu ! Il est probable que des informations se trouvait dans les affaires de nos enfants, ou ont peut-être filmé les derniers instants et (les autorités) n’ont pas voulu que ces informations soient rendues publiques. La plupart des familles sont dans la même situation. Peut-être dans quelques rares cas, ils (les effets personnelles) ont été mises à la disposition des familles après que les informations ont été effacées. Ce sont des questions auxquelles il faut répondre. »

Décrivant l’attaque contre l’avion comme un « crime sans précédent », Asadi-lari a martelé que les familles sont opposées au fait que l’enquête en Iran soit décrite comme une « enquête sur l’accident de la compagnie aérienne ukrainienne », affirmant que la tragédie ne devrait pas être qualifiée d’« accident » et que le terme correct c’est « crime » ou au moins « avion abattu ».

Il a déclaré que la raison pour laquelle le rapport des autorités iraniennes sur l’incident n’a pas été transmis aux familles c’est qu’« il y a des problèmes qui, s’ils sont clarifiés, clarifieront clairement les contradictions dans les dires et les actes des responsables » de la dictature iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe