mardi, août 3, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes confidences d'un ancien agent des services du Renseignement iranien souligne la...

Les confidences d’un ancien agent des services du Renseignement iranien souligne la nécessité d’une politique occidentale ferme

Un ancien agent du ministère iranien du Renseignement (VEVAK) Hadi Sani-Khani, a récemment écrit une lettre au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres détaillant son ancienne collaboration avec ledit ministère. La lettre fait la lumière sur les opérations d’un réseau d’agents en Europe, dont l’existence a été révélée par le récent procès de l’ancien troisième conseiller à l’ambassade d’Iran à Vienne, Assadollah Assadi. Il confirme également les faits clés concernant les avertissements de longue date sur es efforts du régime iranien pour influencer les médias occidentaux et diaboliser son principal mouvement d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Assadi a été poursuivi avec trois complices pour avoir tenté de faire exploser un rassemblement international d’expatriés iraniens à Villepinte, Paris-Nord. Le complot visait spécifiquement la dirigeante de la Résistance iranienne Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). S’il n’avait pas été contrecarré par les autorités européennes, il aurait très probablement causé des centaines de morts, y compris parmi de nombreux dignitaires politiques occidentaux qui assistaient à l’événement en soutien à l’OMPI et à une gouvernance démocratique en Iran.

Le soutien des législateurs occidentaux pour l’OMPI s’est accru depuis de nombreuses années et en est venu à inclure des membres de tous les grands partis politiques, tant aux États-Unis que dans l’Union européenne. Mais pour parvenir à ce niveau de soutien, l’organisation a dû franchir les obstacles érigés par un vaste réseau d’influence croissant que le régime des mollahs a promu dans le monde entier.

La lettre de Sani-Khani ne décrit qu’un théâtre d’opération assez étroit de ce réseau, en se concentrant sur l’Albanie où l’OMPI a érigé un siège après que des milliers de ses membres a été déplacés de leur ancien domicile en Irak, en proie aux combats. Néanmoins, le contenu de la lettre représente un phénomène beaucoup plus vaste ayant des implications pour la sécurité internationale ainsi que pour l’intégrité des médias occidentaux. Ce fait a été souligné par des révélations antérieures lors du procès Assadi, à savoir que le cerveau du complot terroriste de 2018 dirigeait depuis de nombreuses années un réseau d’agents couvrant au moins 11 pays européens.

La fonction exacte de ce réseau reste à déterminer, mais il est évident qu’il avait de multiples facettes et que son objectif s’est étendu au fil du temps, à mesure que les agents devenaient plus expérimentés et que leur fonctionnement devenait plus sophistiqué. Ce que l’on sait, c’est qu’Assadi avait personnellement fourni des paiements en espèces à plusieurs de ses contacts dans les mois et les années précédant son arrestation le 1er juillet 2018. Bien qu’il soit possible que certains de ces avoirs aient été conservés comme cellules dormantes pour des opérations telles que le complot terroriste de Paris, ces paiements impliquent des services actifs et continus, qui impliqueraient plus probablement la collecte de renseignements et des opérations psychologiques.

En d’autres termes, la mission d’Assadi pourrait avoir consisté à mener des opérations similaires à celles décrites dans la lettre de Sani-Khani. La lettre commence par expliquer que son auteur a fui l’Iran en 2003 et a rejoint l’OMPI en Irak, puis a quitté l’organisation en 2016, peu après sa réinstallation en Albanie. Ensuite, il a été rapidement recruté par le ministère iranien des Renseignements et de la sécurité, afin qu’il puisse utiliser son ancienne appartenance à la principale organisation de la Résistance iranienne comme un moyen de légitimer des propos diffamatoires de longue date.

Sani-Khani a décrit avoir été contacté par Ebrahim Khodabandeh, le chef d’une organisation connue sous le nom de Nejat qui a été créée par le VEVAK dans le but exprès de faire de la propagande sous forme de révélations de personnes qui ont « échappé » au mouvement de Résistance. Alors qu’une grande partie de cette propagande est diffusée directement par le VEVAK via des sites web et des comptes de médias sociaux mettant en scène des individus recrutés par Nejat, certaines de ses activités trouvent un chemin encore plus insidieux vers les médias occidentaux, facilitées par des agents qui se présentent aux journalistes comme des experts indépendants des affaires iraniennes et de la lutte contre le terrorisme.

Parmi ces agents figurent le frère d’Ebrahim Khodabandeh, Massoud, ainsi que la femme de Massoud, Anne Singleton. À ce jour, tous deux reçoivent occasionnellement des signatures dans des médias occidentaux légitimes, malgré leurs liens manifestes avec les services de renseignements iraniens. La lettre de Sani-Khani nomme spécifiquement Khodabandeh et Singleton comme ayant joué le rôle clé dans la mise en relation des reporters avec les agents iraniens en Albanie qui avaient été formés sur ce qu’il fallait dire sur la présence de l’OMPI dans ce pays.

Cette opération a finalement donné lieu à des reportages dans les médias britanniques et allemands qui ont fait l’objet de contestations judiciaires en 2019, à la suite desquelles les médias incriminés ont été contraints de retirer leurs fausses déclarations et de payer des amandes. L’OMPI a naturellement exprimé sa frustration quant au fait que de telles contestations étaient encore nécessaires tant d’années après que l’organisation a commencé à s’alarmer de la véritable origine de points de discussion familiers concernant son prétendu statut de « secte » et le manque de soutien populaire en Iran.

La fausseté de ces sujets de discussion a été exposée à un public particulièrement large à partir de fin 2017, lorsque l’Iran a été soudainement secoué par un soulèvement national que les autorités du régime ont attribué à contrecoeur à l’OMPI. Les signes de soutien populaire à l’OMPI ont continué à s’accumuler après que Maryam Radjavi a publié une déclaration exhortant les militants à faire de 2018 une « année pleine de soulèvements ». La réponse à cet appel a apparemment contribué à alimenter la réaction du régime, qui a culminé avec la tentative de bombardement du rassemblement de 2018 pour un Iran Libre, qui avait été organisé par la coalition mère de l’OMPI, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

La croissance et le fonctionnement des réseaux terroristes et de renseignement iraniens devraient alerter les décideurs politiques européens et américains pour qu’ils comprennent qu’ils doivent prendre des mesures beaucoup plus énergiques pour démanteler ces réseaux et entraver leurs opérations.

Les actions en question devraient inclure la fermeture d’ambassades comme celle dont Assadi s’occupait, ou elles devraient mettre l’accent sur l’explosion de toute personne surprise à collaborer avec les services de renseignements iraniens. Mais indépendamment des détails, le résultat doit inclure la création de standards médiatiques qui soient beaucoup moins crédules concernant les déclarations désobligeantes sur la Résistance iranienne. Et cela devrait à son tour conduire à une réorientation de la politique occidentale, en faveur du soutien à cette Résistance.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe