dimanche, juin 26, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL'impunité des responsables iraniens étant menacée, Téhéran recourt au chantage

L’impunité des responsables iraniens étant menacée, Téhéran recourt au chantage

L'impunité des responsables iraniens étant menacée, Téhéran recourt au chantage

Pendant des années, la communauté internationale a été informée des violations des Droits de l’Homme en Iran et la condamnation mondiale, voire les sanctions imposées au régime, n’ont pas réussi à changer la vie des Iraniens. La politique de complaisance et le refus de demander des comptes à Téhéran pour ses crimes dans le pays et à l’étranger avaient effectivement créé une impunité systémique pour les représentants de l’État iranien et même les personnes impliquées dans des attaques terroristes savaient comment rentrer chez elles en toute sécurité.

Mais depuis 2018, les choses ont commencé à changer. Assadollah Assadi, l’envoyé diplomatique n°2 du régime des mollahs en Autriche a été arrêté en Allemagne pour avoir orchestré un projet d’attentat à la bombe contre le rassemblement Iran Libre à Paris. Il a été jugé par la justice belge et passe 20 ans derrière les barreaux en Belgique.

Hamid Noury, un ancien responsable pénitentiaire, a été appréhendé en 2019 à son arrivée en Suède pour meurtre et crimes de guerre en raison de son rôle actif dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en Iran en 1988. La plupart de ces prisonniers étaient des membres et des sympathisants de la principale opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Au cours des derniers jours du procès, les procureurs suédois ont souligné le rôle de Noury en tant qu’homme de main dans le génocide de 1988 en se référant aux témoignages choquants des sympathisants et membres de l’OMPI qui avaient survécu au massacre et des prisonniers des groupes marxistes. Les procureurs ont demandé que Noury soit condamné à la prison à perpétuité.

Le procès de Noury et sa condamnation inévitable pourraient être décrits comme un événement marquant dans la Résistance iranienne et le « Mouvement pour la justice » du peuple. Ce mouvement, initié par le leader de la Résistance iranienne Massoud Radjavi en 1988 et rétabli par la présidente de l’opposition Mme Maryam Radjavi en 2016, appelle à l’arrestation de tous les criminels impliqués dans ce crime, y compris l’actuel président du régime Ebrahim Raïssi.

Sentant les graves conséquences du procès de Noury, le régime iranien tente maintenant d’annuler la décision du tribunal par l’extorsion. Alors que le tribunal de Stockholm a déclaré qu’il annoncerait le verdict de Hamid Noury d’ici la mi-juillet, le régime iranien a joué sa dernière carte : l’exécution d’Ahmadreza Jalali, un ressortissant iranien suédois retenu en otage en Iran depuis 2016.

Mercredi, l’agence de presse semi-officielle ISNA a rapporté que Jalali sera pendu le 21 mai pour « espionnage au profit d’Israël ». Jalali, médecin spécialiste de la médecine des catastrophes, et chercheur, a été arrêté en avril 2016 alors qu’il effectuait une visite universitaire en Iran. Comme l’un des autres binationaux, son arrestation fait partie de la stratégie d’extorsion de Téhéran. Mais Téhéran dément que la récente annonce ait un rapport avec le chantage.

La télévision officielle iranienne a rapporté que le ministre des Affaires étrangères du régime, Hossein Amirabdollahian, a exigé la libération immédiate de Noury lors d’un appel téléphonique avec son homologue suédois.

Stockholm a également tenté de dissuader Téhéran de procéder à l’exécution.

« La Suède et l’UE condamnent la peine de mort et demandent que Jalali soit libéré », a écrit la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde sur Twitter. « Nous l’avons déclaré à plusieurs reprises aux représentants iraniens. Nous sommes en contact avec l’Iran. »

Ce n’est pas la première fois que la théocratie au pouvoir en Iran a recours au chantage comme moyen de diplomatie. Lorsque le diplomate-terroriste de Téhéran, Assadollah Assadi, était sur le point d’être condamné à 20 ans de prison en 2020, le régime a fait de même. Les mollahs ont donné le coup d’envoi de leur règne en 1979 par la fameuse crise des otages iraniens, et bientôt la prise d’otages est devenue le modus operandi de leur régime.

La théocratie iranienne au pouvoir utilise depuis longtemps les doubles nationaux comme boucs émissaires pour atteindre ses objectifs maléfiques. En d’autres termes, Téhéran a l’intention de sauver Noury et d’entraver le Mouvement pour la justice par tous les moyens.

« Une autre question est que les Américains doivent comprendre qu’ils ne peuvent mener aucune opération militaire contre l’Iran… Si les Américains prévoient d’attaquer l’Iran, soyez sûrs que nous capturerons 1 000 Américains dans la première semaine, et qu’ils devront payer quelques milliards de dollars pour chacun. Cela pourrait résoudre beaucoup de nos problèmes économiques, mais je leur suggère de ne pas penser à ce plan », a déclaré Mohsen Rezaei, ancien commandant des pasdaran, à la télévision officielle des mollahs le 13 juillet 2015.

Une prise de conscience européenne et internationale suivie d’une action ferme est nécessaire pour contrecarrer le chantage des mollahs. Le monde devrait faire l’expérience de la fermeté lorsque Téhéran sera puni pour son terrorisme et ses violations des Droits de l’Homme. Le procès et la condamnation de Noury sont significatifs, mais ne constituent qu’une première étape. L’Europe devrait appeler à une responsabilisation plus large et demander des comptes à des criminels comme Raïssi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe