mercredi, décembre 8, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL'UE doit se placer aux côtés du peuple iranien et non celui...

L’UE doit se placer aux côtés du peuple iranien et non celui du régime iranien

En juin 2018, des agents du régime iranien ont tenté de commettre une attaque terroriste près de Paris. En novembre 2020, le cerveau de ce complot a finalement été jugé aux côtés de trois de ses complices , à la suite d’une enquête de deux ans et demi. Plus tôt ce mois-ci, un tribunal belge a prononcé des verdicts de culpabilité à leur encontre et condamné le principal prévenu, Assadollah Assadi, à 20 ans de prison.

Il ne fait aucun doute que certains décideurs politiques occidentaux sont impatients de considérer cette question comme réglée et de démarrer les affaires comme d’habitude avec le régime iranien. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les poursuites d’Assadi ont révélé au monde entier qu’il existe un terrorisme iranien qui continuera de menacer l’Europe et les États-Unis tant qu’il restera en place. De plus, il a révélé des détails supplémentaires sur l’engagement idéologique du régime iranien à l’égard de ce terrorisme et continuera de menacer aussi longtemps que le système au pouvoir restera en place.

À la suite de la condamnation d’Assadi, il est essentiel que l’Union européenne et l’ensemble de la communauté internationale réévaluent leur approche face au régime iranien et envisagent de nouvelles mesures qui pourraient être employées pour atténuer la menace terroriste à court terme et la déraciner à long terme.

Video : Un diplomate iranien condamné à 20 ans d’emprisonnement par un tribunal belge – février 2021

Il est malheureux que l’UE ait pris la direction opposée et le 4 février, Josep Borell, chef de la politiques extérieures de l’UE, a souligné l’intention de l’UE de poursuivre sa stratégie de «diplomatie maximale» avec le régime terroriste de Téhéran.

Borell est allé encore plus loin et il a annoncé qu’il allait participer à un «Forum des affaires Europe-Iran» en ligne avec le ministre des Affaires étrangères du régime iranien Javad Zarif, qui se tiendra du 1er au 3 mars. Cet événement a été annulé en décembre à la dernière minute en raison de l’exécution de Ruhollah Zam, un opposant iranien résidant en France.

Fermer les yeux sur le rôle de Zarif dans l’affaire de terrorisme d’Assadi en Europe et sur la violation des Droits de l’Homme par l’Iran revient à nourrir le crocodile et les conséquences seront davantage de terrorisme en Europe et de violation des Droits de l’Homme en Iran.

Mais heureusement, de nombreux décideurs politiques des deux côtés de l’Atlantique ont promu des politiques affirmées et ont également approuvé le soutien international à un mouvement de résistance pro-démocratie qui défie le régime iranien chez lui. Récemment, plus de 100 membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution en faveur de ces deux mesures. Cela a été précédé de multiples déclarations d’hommes politiques européens qui estiment qu’au minimum, les relations diplomatiques et commerciales avec le régime iranien devraient être dégradées ou rompues en attendant des changements palpables dans le comportement du régime.

Une déclaration préparée par le Comité international pour la recherche de la justice a déclaré que toute normalisation future des relations devrait être subordonnée à ce que l’Iran remballe son appareil terroriste en Europe et donne l’assurance qu’il ne se livrera plus jamais au terrorisme en Europe”.

La déclaration des membres du Congrès américain a appelé à une coopération large pour tenir Zarif et d’autres personnalités de premier plan responsables de «la violation des privilèges diplomatiques». Il a également souligné que ces violations ne sont qu’une catégorie des «activités malveillantes» du régime. Il est peu probable qu’elles diminuent à moins qu’elles ne deviennent la cible de pressions coordonnées de la communauté internationale.

Cependant, la résolution américaine est également allée plus loin en suggérant que la communauté internationale pourrait également rechercher des alliés en Iran pour les aider à changer la nature même du régime dans ce pays. À cette fin, la résolution déclare que ses signataires « soutiennent le peuple iranien » et attendent des gouvernements occidentaux qu’ils reconnaissent finalement « les droits du peuple iranien et sa lutte pour établir une République démocratique, laïque et non nucléaire d’Iran ».

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe