mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeMassacre de 1988 en Iran: qui est Mostafa Pourmohammadi ?

Massacre de 1988 en Iran: qui est Mostafa Pourmohammadi ?

L’appel à une enquête internationale sur le massacre de 1988 a recueilli un large soutien ces dernières années. Alors que la campagne pour la justice pour poursuivre les auteurs du massacre de 1988 s’étend, il est nécessaire de connaître les auteurs de ce crime contre l’humanité. L’un de ces criminels est Mostafa Pourmohammadi, ancien ministre de l’Intérieur et de la Justice. Pourmohammadi était membre de la « commission de la mort » de Téhéran, qui a exécuté des milliers de prisonniers politiques lors du massacre de 1988.

Qui est Mostafa Pourmohammadi ?
Pourmohammadi est né à Qom en 1959. Il a fréquenté le séminaire dès son plus jeune âge. Avant la révolution iranienne de 1979, il était étudiant à l’école Haqqani à Qom, où étudiaient la plupart des hauts actuels responsables et des religieux du régime.

Des mois après la révolution de 1979, Pourmohammadi a été envoyé au Khouzistan, dans le sud-ouest de l’Iran, en tant que « procureur du tribunal révolutionnaire » de la province. Selon des témoins oculaires, Mostafa Pourmohammadi a condamné à mort plus de 300 prisonniers à la prison de Bandar Abbas, dont des jeunes de 16 et 17 ans. Pourmohammadi n’avait alors que 20 ans.

Tout en agissant comme procureur des tribunaux révolutionnaires dans plusieurs provinces, Pourmohammadi a ordonné, supervisé et participé à la purge systématique des dissidents.
En septembre 1981, Mostafa Pourmohammadi a été transféré de Bandar Abbas à Mashhad et est devenu procureur général de la province de Khorassan.

Au cours de la première semaine de janvier 1981, plusieurs jeunes femmes ont été exécutées dans la prison de Vakilabad à Mashhad. Immédiatement après les exécutions, certaines familles des filles exécutées ont dit à leurs proches que leurs filles avaient été violées avant les exécutions. Sur la base des preuves obtenues auprès de certains proches, trois filles exécutées, Sima Motalebi, Mandana et Mitra Mojavarian, ont été jugées et condamnées à mort en quelques minutes sans avocat.

Mostafa Pour-Mohammadi defends Iran's 1988 massacre

Quelques jours après l’annonce de la nouvelle de l’exécution de Mandana et Mitra Mojavarian, un gardien de prison s’est rendu chez eux et a offert des fleurs et des bonbons, affirmant que les gardiens de la révolution avaient épousé leurs filles avant l’exécution. Sima a également écrit sur sa jambe que « j’ai été violée ».

Selon le témoignage de deux prisonniers politiques, dont l’un a été jugé en septembre 1981 et l’autre en janvier 1981, de septembre à fin janvier, Ali Razini était juge de la charia. Il a émis tous les ordres d’exécution pour les jeunes femmes. Mostafa Pourmohammadi, en tant que procureur révolutionnaire de la province, a supervisé ces exécutions. Les violations des droits humains de Pourmohammadi ont atteint leur apogée à l’été 1988.

Pourmohammadi a joué un rôle clé lors du massacre de 1988 des prisonniers politiques iraniens. Plus de 30 000 prisonniers politiques ont été exécutés en quelques mois. La plupart des victimes étaient des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Hossein-Ali Montazeri, alors successeur de Rouhollah Khomeini, a révélé que Pourmohammadi était « le représentant du VEVAKS chargé d’interroger les prisonniers de la prison d’Evine » lors du massacre de 1988. Montazeri a décrit Pourmohammadi comme l’une des « figures centrales » du massacre.

Ruhollah Khomeini a émis une fatwa en 1988, ordonnant aux autorités du régime de tuer les dissidents, en particulier les partisans et les membres du MEK. Pourmohammadi a déclaré le 28 août 2016 à l’agence de presse Tasnim : « Nous sommes fiers d’avoir exécuté le commandement de Dieu au sujet des monafeghine [Moujahidine du peuple] et d’avoir résisté avec force et combattu les ennemis de Dieu et du peuple. »

Le 24 juillet 2019, Pourmohammadi a de nouveau défendu le massacre de 1988 et a déclaré que les militants de l’OMPI nouvellement arrêtés encourraient la peine capitale. « Je pense que la question de l’OMPI est claire. Nous n’avons aucune ambiguïté sur l’OMPI. Nous sommes en temps de guerre. Ce n’est pas le moment de parler. Il est maintenant temps de les combattre. Il est maintenant temps de les maîtriser. Il est maintenant temps de les pourchasser », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Nous n’avons pas encore réglé le compte de l’OMPI. Nous discuterons de ces questions après les avoir éliminées. Nous ne plaisantons pas. »

Pourmohammadi a poursuivi ses violations des droits humains au cours des années qui ont suivi en occupant des postes de direction au sein de l’appareil judiciaire du régime et du Vevak. Il était le ministre de la Justice d’Hassan Rohani. Pendant le mandat de Rohani, plus de 4 000 personnes ont été exécutées. Outre son rôle dans les violations des droits humains au niveau national, Pourmohammadi a également joué un rôle clé dans l’assassinat de dissidents à l’étranger au sein du VEVAK.

Pourmohammadi continue de conseiller le guide suprême du régime Ali Khamenei et le pouvoir judiciaire. Sa défense flagrante d’avoir tué des prisonniers innocents lors du massacre de 1988 et son rôle dans les hautes fonctions du régime depuis lors confirment qu’en Iran, sous le régime des mollahs, « l’impunité systématique » a prévalu sur la justice.

La récente sélection d’Ebrahim Raïssi, membre des « Commissions de la mort », comme nouveau président des mollahs, a marqué le sommet de cette impunité. Les exécutions et les tortures en cours en Iran représentent ses effets dévastateurs, aggravés par l’inaction de la communauté internationale.

Le moment est venu pour la communauté mondiale de demander des comptes à des criminels comme Pourmohammadi et Raïssi pour leur rôle dans les crimes contre l’humanité. Le monde devrait appliquer la compétence universelle concernant les crimes contre l’humanité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe