mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeQui est le nouveau ministre de l'Intérieur iranien, Ahmad Vahidi ?

Qui est le nouveau ministre de l’Intérieur iranien, Ahmad Vahidi ?

La semaine dernière, le Majlis (parlement des mollahs) a approuvé les nominations d’Ebrahim Raïssi à la tête de différents ministères. L’ensemble du cabinet est composé de voleurs et de terroristes, mais le ministre de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, se distingue comme l’une des nominations les plus effroyables. Il fait l’objet de mandats d’arrêt internationaux pour son implication dans le terrorisme du régime iranien.
Ahmad Vahidi est né en juin 1958. Son nom de naissance est Ahmad Shah Cheraghi. Il a été l’un des principaux commandants des Gardiens de la révolution (pasdaran) pendant la majeure partie de sa carrière. En 1988, lorsque la force Qods affiliée aux pasdaran a été formée, Vahidi en est devenu le premier commandant.

Iran: Ebrahim Raisi’s cabinet of thieves and terrorists gets approval from parliament

La force Qods est l’une des quatre forces des Gardiens de la révolution (pasdaran). Les trois autres forces sont les forces terrestres sous le commandement du brigadier général Mohammad Pakpour, l’armée de l’air sous le commandement du brigadier général Amir Ali Hajizadeh et la marine sous le commandement du brigadier général Alireza Tangsiri.

La force Qods, ou Corps Qods, opère officiellement en dehors de l’Iran. Cependant, en période de crise, comme lors des soulèvements populaires de novembre 2019, ils sont amenés à réprimer les soulèvements et à attaquer le peuple iranien.

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a publié un rapport détaillé sur la force Qods, qui peut être consulté ici.

Vahidi a également été ministre de la Défense dans le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad. Il est ensuite devenu membre du Conseil de l’expédient du régime et chef de sa commission politique, de défense et de sécurité.

Vahidi est l’un des responsables qui ont fondé l’unité de renseignement des pasdaran dans les années 1980 et il a travaillé en étroite collaboration avec Mohsen Rezaei, alors commandant des pasdaran.

En 1981, lorsque Rezaei est devenu le commandant des pasdaran, Vahidi est devenu son adjoint en charge de l’unité de renseignement de cette organisation. Vahidi s’est particulièrement attaché à organiser les activités terroristes du régime à l’étranger et à soutenir les groupes mandataires des mollahs. Vahidi était le mentor d’Imad Mughniyeh, un haut commandant du Hezbollah qui a été assassiné en 2008.

Comme indiqué précédemment, Vahidi a été le premier commandant de la force terroriste Qods. La force Qods a depuis joué un rôle clé dans les assassinats politiques à l’étranger, seule ou en coordination avec le ministère du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK). Vahidi a supervisé plusieurs de ces attaques terroristes jusqu’en 1997.

Vahidi a également mis en place plusieurs garnisons des pasdaran chargées d’organiser des activités terroristes, notamment :

– La garnison Ramadan des pasdaran, conduit une partie des opérations terroristes des pasdaran en dehors de l’Iran.

– La garnison Bilal des pasdaran, chargée des opérations terroristes à l’étranger.

– La garnison Al-Ansar des pasdaran, chargée de propager le terrorisme dans les pays voisins de l’Iran et responsable de l’attaque du siège de l’opposition iranienne au Pakistan en 1987.

Vahidi a séparé les cadres du Renseignement les plus anciens et les plus expérimentés des pasdaran, principalement ceux de la garnison de Ramadan, et les a transférés à la force Qods. Il a également centralisé toutes les opérations terroristes des pasdaran au sein de la force Qods. Mohsen Rezaei a déclaré que l’objectif de la force Qods était de former une « armée internationale islamique ».

Le rapport du CNRI développe cette mission comme suit :

« Les zones opérationnelles les plus importantes de la force terroriste Qods au début de sa création. Après la fin de la guerre Iran-Irak, la force terroriste [Qods] a étendu ses activités à d’autres pays. Dans les années 1990, elle était principalement présente au Liban et en République de Bosnie-Herzégovine.

– Le Liban : Avec un soutien important au groupe terroriste Hezbollah et des efforts pour influencer davantage le gouvernement libanais et les structures de sécurité.

– Syrie : Soutien à la dictature d’Assad, notamment par la formation de milices pro-syriennes et le déploiement de dizaines de milliers de militants sous la forme de la brigade Fatemiyoun de mercenaires afghans, de la brigade Zainebiyoun de mercenaires pakistanais et de la brigade Abolfazl de mercenaires irakiens.

– Irak : Avec la création d’une milice appelée Al Hashd-al Sha’bi, le modèle des milices Basij en Iran, l’Iran tente d’établir des liens plus étroits avec l’Irak et de contrôler les relations avec la région du Kurdistan irakien pour contrôler et réprimer les forces kurdes iraniennes au Kurdistan irakien.

– Yémen : Soutien à la survie du régime fantoche des Houthites dans la capitale Sanaa contre le gouvernement légitime, en conflit avec l’Arabie saoudite.

– Afghanistan : Soutenir les groupes chiites et les groupes armés proches du régime et gagner plus d’influence dans le gouvernement afghan.

– Palestine (bande de Gaza) : Soutien total aux groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique, destruction du processus de paix au Moyen-Orient, affaiblissement de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et du gouvernement palestinien dirigé par Mahmoud Abbas.

Bien que la force terroriste Qods se concentre particulièrement sur les pays mentionnés ci-dessus, cette organisation terroriste affiliée aux Gardiens de la révolution est également impliquée dans des activités terroristes dans tous les pays du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord au Golfe Persique. Parmi ces interventions et activités terroristes, on peut citer les conflits entre le régime et le gouvernement bahreïni, dans lesquels la force Qods joue un rôle actif. Ces dernières années, de nombreux rapports font état de l’arrestation de membres de la force terroriste Qods ainsi que d’armes et de munitions dans les États arabes du golfe Persique, notamment à Bahreïn. »

L’attentat à la bombe de 1994 contre le centre AMIA à Buenos Aires, en Argentine

Vahidi et l’attentat de l’AMIA

Le 18 juillet 1994, un énorme camion piégé devant un centre juif à Buenos Aires, en Argentine, a tué 85 personnes et fait plus de 200 blessés. Le 10 août, la Résistance iranienne a déclaré que l’attentat avait été planifié à Téhéran par les pasdaran, le ministère des Renseignements et le ministère des Affaires étrangères et approuvé par le Conseil suprême de sécurité nationale du régime.

En 2006, les procureurs du gouvernement fédéral argentin ont officiellement engagé des poursuites contre les auteurs de cet attentat, dont Ahmad Vahidi. Le procureur argentin Alberto Nisman, qui enquêtait sur l’attentat de l’AMIA, a souligné que Vahidi avait participé à la conspiration et à la réalisation de l’opération. Nisman a été assassiné à son domicile avant de se rendre au tribunal.

Malgré le carton rouge d’Interpol, Mahmoud Ahmadinejad a nommé Ahmad Vahidi ministre de la Défense en août 2009. En juin 2011, après que Vahidi se soit rendu en Bolivie pour assister à une conférence sur la défense à l’invitation du ministre bolivien de la Défense, le pays a dû faire face à des protestations de l’Argentine. En conséquence, le ministre bolivien des affaires étrangères a présenté ses excuses dans une lettre à son homologue argentin et la Bolivie a demandé à Vahidi de quitter le pays.

Ahmad Vahidi a continué à occuper le poste de ministre de la Défense jusqu’en 2013.

Conclusion

Khamenei a trié sur le volet le Majlis, nommé Raïssi et ratifié personnellement ses ministres dans le but de consolider son régime face à la société iranienne rétive. Lorsque Ebrahim Raïsisi a été annoncé comme le vainqueur du simulacre d’élection présidentielle du régime, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a déclaré : « Le fait qu’Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité que sont les meurtres, les disparitions forcées et la torture, nous rappelle de manière sinistre que l’impunité règne en maître en Iran. »

Raïssi est tristement célèbre pour son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Ses ministres et responsables gouvernementaux sont des criminels comme Vahidi. Leur nomination par Raïssi montre une fois de plus comment « l’impunité règne en maître » en Iran sous le régime des mollahs, compte tenu de l’inaction de la communauté internationale. Ce cabinet montre une fois de plus que le régime des mollahs se consacre aux violations des Droits de l’Homme en Iran et à l’exportation du terrorisme à l’étranger. Raïssi et ses ministres, comme Vahidi, ne devraient pas être accueillis par les puissances mondiales mais devraient être jugés pour crimes contre l’humanité.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe