jeudi, décembre 9, 2021
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeQui est Mohammad Reza Fallahzadeh, le nouveau commandant adjoint de la force...

Qui est Mohammad Reza Fallahzadeh, le nouveau commandant adjoint de la force iranienne Qods?

Mohammad Reza Fallahzadeh (à gauche) et Qasem Soleimani (à droite) en Syrie

Le 18 avril, le Corps des gardiens de la révolution islamique a publié une déclaration annonçant que le chef adjoint de la division des opérations spéciales étrangères de la Force Qods était décédé. Le communiqué indiquait que le général de brigade Mohammad Hosseinzadeh Hejazi avait succombé à une «maladie cardiaque», mais le manque de détails a rapidement soulevé des doutes sur l’exactitude de cette déclaration. Ces doutes ont rapidement été alimentés par la diffusion d’un message posté sur Twitter par le fils d’un autre commandant du CGRI tué.

«Je veux juste dire que la cause du décès n’était pas une maladie cardiaque. Mon chef, votre soldat [a été] sacrifié pour vous », a écrit Muhammad Mehdi Hemmat. «Je présente mes condoléances, je me sacrifie aussi pour vous.»

Hemmat n’a donné aucun autre information sur la cause réelle du décès, mais il va de soi que si le CGRI et le régime iranien dans son ensemble mentent à ce sujet, ils le font afin de dissimuler des informations qui seraient embarrassantes ou dommageables le régime iranien.

Hejazi a joué un rôle majeur dans les activités pernicieuses du régime à l’étranger avant et après avoir assumé la direction adjointe de l’organisation. En tant que commandant d’un paramilitaire civil dirigé par les pasdaran, le Basij, de 1998 à 2007, Hejazi a également contribué à d’importantes mesures de répression contre la dissidence en Iran. En 2008 et 2009, il a été directeur adjoint du CGRI lui-même, et en 2009, il était un acteur majeur de la répression des manifestations.

Mais c’est à partir de 2011 que Hejazi s’est vraiment distingué par des crimes contre les populations civiles, en coordonnant l’assistance au régime d’Assad pendant la guerre civile syrienne. Son service au projet du régime iranien dans ce pays l’a placé dans une position de force pour assumer la direction adjointe de la Force Qods après que le général de brigade Esmail Qaani ait été promu de ce poste pour remplacer Soleimani.

Quelle que soit la cause réelle de la mort de Hejazi, il y aurait eu une justification similaire à son assassinat comme il y en avait pour celui de Soleimani. Leur influence maligne sur la région soulève des questions sur les antécédents de l’officier nommé pour remplacer Hejazi. Il se trouve que le général de brigade Mohammad Reza Fallahzadeh a également pris de l’importance dans la guerre civile syrienne, où il a supervisé divers crimes sous le commandement de Soleimani et a acquis le surnom d’Abou Baqir.

Fallahzadeh, 59 ans, a commencé sa carrière comme de nombreux responsables de sa génération, en tant que participant à la guerre dévastatrice de huit ans avec l’Irak. Il a commandé la 33e division Al-Mahdi du CGRI pendant ce conflit, et après sa fin en 1988, il a commencé à commander la 19e division Fajr. De là, il a successivement pris le commandement des forces du CGRI supervisant trois provinces iraniennes: Yazd, Ispahan et Fars, ainsi que le camp Karbala du CGRI.

Who was Qassem Soleimani?

Après avoir été gouverneur de la province de Yazd de 2007 à 2013, Fallahzadeh a commencé à diriger les opérations de la Force Qods en Syrie et a finalement été nommé coordonnateur adjoint. Son séjour en Syrie a été marqué par des violations des droits de l’homme, dont il a librement admis la plupart dans des commentaires adressés à d’autres responsables iraniens ou aux médias d’État.

Photo : Mohammad Reza Fallahzadeh en Syrie

Ce qui suit sont des extraits d’une interview que Fallahzadeh a donnée à l’agence de presse Fars en juin 2020, date à laquelle le guide suprême du régime Ali Khamenei affirmait que leur intervention en Syrie se limitait à conseiller et à défendre les sanctuaires chiites. Les déclarations de Fallazadeh reconnaissent l’implication généralisée des paramilitaires, au milieu d’innombrables allégations étayées selon lesquelles de nombreux civils syriens seraient massacrés en Syrie :

«Le guide suprême de la révolution a dit, « Allez aider le gouvernement syrien à ne pas s’effondrer… Le camp du Hezbollah et de Hazrat Zainab dans le sud est allé au secours de l’armée. Du premier jour de l’Aïd jusqu’au 1er septembre 2015 environ, nous avons mené des combats et des opérations continus dans la région d’Idlib. Les forces de Soheil Hassan et de nos unités, Mohajer et Hezbollah du début 2015 à la fin août dans la région d’Idlib et au sud d’Idlib depuis Mustuma, Jéricho, Jasr al-Shughur et l’ensemble de Sahl al-Ghab étaient engagés dans des combats acharnés et parfois au corps à corps…

«Cette opération Nasr et Muharram a commencé sous le commandement direct de Haj Qasim [Soleimani] et avec les forces de Razavi, la Défense populaire et le Hezbollah, ainsi que les Fatimides, Zainab et Haidarion, et avec l’aide de l’armée. Avec les efforts de tous les moudjahidines de l’armée, du Hezbollah, du Fatemion, du Zaïnabion et de l’armée syrienne, et avec le soutien aérien russe, l’ennemi a été vaincu.

«… Nos commandants sur le terrain, Razaviun et le Hezbollah, sont montés à bord d’un hélicoptère avec Haj Qasim de Tadmor et ont atterri dans le nord de l’Okashat près de Tal Banyeh. Abu Mahdi al-Mohandes et les commandants de la mobilisation populaire irakienne étaient présents.

«Dans le même temps, les unités du Hezbollah et des Muhajireen ont avancé de 30 kilomètres en une journée et atteint près d’Albukmal, libérant un certain nombre de villages à la périphérie d’Albokmal, et cette opération s’est poursuivie jusqu’au 30 novembre.

Fallahzadeh était le commandant en second du CGRI en Syrie, et certains rapports indiquent qu’il était le commandant principal de la bataille d’Alep, qui a effectivement détruit la deuxième plus grande ville de Syrie.

Iran’s Regime Pays Terrorist Quds Force Mercenaries Five Times More Than Iranian Nurses

Au cours des «pourparlers d’Astana» au Kazakhstan, il s’est assis aux côtés de Hossein Jaberi Asari, l’assistant principal du ministre des Affaires étrangères iranien et le représentant officiel du gouvernement iranien dans les discussions sur l’avenir de la Syrie. Fallahzadeh lui-même a été présenté aux pourparlers en tant que conseiller du ministre des Affaires étrangères, même s’il n’occupait aucun poste au ministère et représentait des intérêts paramilitaires sous de faux enseignes.

Photo : Mohammad Reza Fallahzadeh (avant gauche) aux «pourparlers d’Astana» au Kazakhstan

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe