jeudi, juillet 7, 2022
AccueilBlogComment contrer le défi du régime iranien

Comment contrer le défi du régime iranien

Comment contrer le défi du régime iranien

Le soir du Nouvel An 1978, lorsque le président Jimmy Carter est arrivé à Téhéran, lors d’un dîner d’État, il a décrit l’Iran sous le Shah comme « un îlot de stabilité dans l’une des régions les plus troublées du monde« . Le président Carter ne savait pas que le Shah allait être renversé en moins de 14 mois au cours de l’une des grande révolutions de l’histoire moderne. Quatre décennies plus tard, nous assistons à nouveau au même échec.

Peu en Occident ont pu voir les soulèvements de décembre 2017 qui sont venus frapper les mollahs comme un boulet de démolition. Si l’Occident ne comprend pas pleinement la dynamique des forces sociales opérant sous la surface en Iran, comment peut-il réagir à l’évolution des faits sur le terrain ? Comment se tenir du bon côté de l’histoire ? Comment faire face à l’État terroriste ?

Au cours des quatre dernières décennies, l’Occident a permis aux mollahs de dicter le récit sur l’Iran. En effet, la machine de propagande des mollahs a nourri à la cuillère l’Occident quant à la façon de voir le régime, la société iranienne et le mouvement d’opposition, conduisant à des conclusions bénéficiant aux mollahs :

Stabilité du régime :

Les mollahs affirment que le régime est stable. Alors, qu’est-ce qui explique les soulèvements massifs de 2009, 2017, 2019, et les mouvements de contestation continus à ce jour ? Pourquoi le régime aurait-il recours à la mise à mort de plus de 1 500 personnes en 48 heures pour écraser le soulèvement de 2019 ? Ici, nous assistons à un régime sur sa dernière étape plutôt qu’à un régime stable. Les soulèvements de 2017 et 2019 ne se sont pas produits dans le vide. Ils doivent être considérés dans le contexte de décennies de lutte, de sacrifices et de travail acharné de la part de la résistance organisée du peuple iranien. Pourquoi l’Occident a-t-il raté tous ces signes ? Quels signes et réalités manque-t-il aujourd’hui ?

Conflict social :

Pendant des décennies, les mollahs ont dépeint le principal conflit en Iran entre les soi-disant factions réformistes et extrémistes du régime. Cependant, avec la radicalisation de la société à travers les soulèvements récents, ils n’ont eu d’autre choix que de mettre fin à la mascarade dite réformiste. Cette élimination a rendu difficile pour les complaisants en Occident de mener à bien leurs affaires comme d’habitude. Sans la couverture des « réformistes », comment pourraient-ils maintenant préconiser de traiter avec le régime ? En réalité, le principal conflit en Iran a toujours été entre le peuple (et sa résistance organisée) et la totalité du régime au pouvoir.

Les récents soulèvements ont discrédité les affirmations selon lesquelles le régime est stable et que le principal conflit au sein de la société n’est pas entre le peuple et le régime. Acculés par le peuple, les mollahs fondent désormais leur espoir sur la prétention qu’il n’y a pas d’alternative au régime.

L’alternative:

La réalité est que le peuple iranien a une alternative, à savoir le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), une coalition d’un large éventail de forces politiques et de personnalités créée en 1981 pour renverser le régime des mollahs. En tant que membre pivot du CNRI, les Moudjahidine du Peuple (OMPI) est le groupe d’opposition le plus organisé. Malgré le fait que des dizaines de milliers de membres du mouvement aient été tués par le régime, aujourd’hui, l’OMPI progresse en Iran et dirige le mouvement de protestation à travers ses unités de résistance. Les mollahs voient correctement la seule menace existentielle pour leur régime.

N’ayant pas réussi à éliminer physiquement l’OMPI (et par extension, le CNRI), le régime s’appuie désormais de plus en plus sur ceux qui semblent s’opposer au régime pour vendre l’idée qu’il n’y a pas d’alternative viable. Dans l’ensemble, l’approche du régime consiste à concentrer sa machine de propagande sur la diabolisation de l’OMPI. En outre, il tente de détourner l’attention vers les éléments inoffensifs de « l’opposition », par exemple, les vestiges de la dictature monarchique précédente.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe