mardi, septembre 22, 2020
Accueil Blog EDITORIAL : La propagande hystérique du régime iranien contre l’OMPI

EDITORIAL : La propagande hystérique du régime iranien contre l’OMPI

Les militants de l’OMPI au Grand rassemblement pour un Iran Libre à Paris, 2018

Le régime iranien a dépensé des milliards de dollars en Iran et à l’étranger par l’intermédiaire de ses lobbyistes avec des fake news pour promouvoir l’idée que l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) ne bénéficient pas du soutien populaire en Iran et n’ont aucun impact sur la société iranienne. L’objectif des mollahs est de montrer qu’il n’y a aucune alternative au régime et que, par conséquent, le changement doit venir de l’intérieur même du régime.

A ce sujet, Rudy Giuliani, ancien maire de New York, a déclaré dans son discours lors du « Sommet mondial pour un Iran Libre » le 17 juillet 2020 :

Rudy Giuliani addresses allegations of MEK being a cult

« Il y a ces lobbyistes iraniens ici aux États-Unis et en Occident, des gens qui sont à la solde du régime des mollahs, qui ont dit que le CNRI et l’OMPI ne valent pas grand-chose. Qu’il s’agit d’une secte. Ils ont très peu de soutiens. Ils n’ont aucune chance de remplacer le régime. Mais si vous écoutez les paroles de l’Ayatollah et de son pantin, Rohani, au cours de l’année dernière, deux ou trois fois l’Ayatollah et quatre ou cinq fois Rohani ont dit que la seule menace pour leur régime, la seule organisation qui a suffisamment d’influence pour mettre en place un gouvernement et les remplacer, est le CNRI et l’OMPI. Je veux dire, c’est étonnant qu’ils fassent ces aveux, mais ils le font. Il est tout aussi étonnant que la presse occidentale le supprime. »

Au cours du même événement, l’ambassadeur Lincoln Bloomfield, a mentionné ses recherches sur les allégations contre l’OMPI et a déclaré que même si toutes ces allégations ont été rejetées par les tribunaux, les médias occidentaux répètent les mêmes allégations qui ont été rejetées pendant des années. Il a déclaré :

« Les médias occidentaux et les rapports des groupes de réflexion répètent encore les allégations qui ont été entièrement démenties officiellement par des contestations judiciaires en France, dans l’Union européenne, au Royaume-Uni et aux États-Unis il y a des années. Pourquoi continuent-ils à répéter ces allégations, ces mensonges ? Ma conclusion est la même, peu importe ce que fait le régime, la raison est la même. Pourquoi cherchent-ils à discréditer le CNRI et l’OMPI ? Pourquoi se sont-ils précipités pour défendre le régime de Bachar Assad en 2011 contre le peuple syrien ? Pourquoi ont-ils entamé une longue négociation avec l’Europe et les Etats-Unis et le P5+1 pour essayer de parler d’armes nucléaires ? Eh bien, c’est juste pour empêcher les Etats-Unis et l’Europe d’agir contre le régime. La raison est toujours la même : maintenir au pouvoir un régime faible et illégitime… Le régime voit ces événements, et ils savent que le CNRI et l’OMPI sont, plus que quiconque, capables d’organiser une transition démocratique vers un gouvernement constitutionnel légitime après la chute du régime. »

L’ambassadeur Adam Ereli, ancien porte-parole du Département d’Etat américain, a évoqué dans son discours les mensonges du régime des mollahs et la diabolisation de l’OMPI et a déclaré que ces mensonges ne font que confirmer une chose : malgré tous les mensonges du régime, l’OMPI est la principale menace pour le régime. Il a déclaré :

« Maintenant, l’OMPI et vos efforts ont contribué à mettre à nu cette conspiration de terreur du gouvernement de Téhéran pendant de nombreuses années. Et vous avez, je pense, obtenu des succès très importants en perturbant les activités terroristes du régime des mollahs. Et c’est pourquoi, encore une fois, non seulement ils ont essayé de vous détruire en Iran, mais ils ont aussi essayé de vous discréditer et de vous diaboliser en dehors de l’Iran. Ils ont financé des campagnes de diffamation contre vous. Ils ont essayé de convaincre les journalistes, les gouvernements, les groupes de réflexion, que l’OMPI est une organisation hors-la-loi, qu’elle ne représente pas les Iraniens, qu’elle n’a pas de soutiens en Iran. Eh bien, encore une fois, le fait qu’ils disent cela m’indique que le contraire est vrai. Sinon, ils ne dépenseraient pas tout cet argent et ne feraient pas tous ces efforts pour présenter une fausse histoire. »

Robert Torricelli, ancien sénateur américain du New Jersey, a déclaré, en faisant mention à l’influence du régime des mollahs dans la presse américaine pour diaboliser l’OMPI et la Résistance iranienne :

« Il y a dans le monde entier l’ombre de boites de relations publiques, d’agents et d’entreprises qui diffusent de fausses informations. Pas plus tard qu’hier, l’un des journalistes les plus respectés d’Amérique, Jake Tapper de CNN, a écrit un rapport, publié un tweet, puis l’a retiré après s’être aperçu que c’était un fake news d’un agent du régime iranien. Cela se produit tous les jours. L’humiliation de Der Spiegel, l’une des plus grandes publications du monde, qui cite des informations manifestement fausses, en provenance directe de Téhéran, et qui a reçu l’ordre d’un tribunal allemand de les retirer. Et je suis gêné de vous dire que la même chose se serait produite avec le New York Times, si ce n’était du fait que nos lois et notre constitution sont différentes, et que les tribunaux ne peuvent pas aussi facilement entreprendre une telle action”.

Remarks by Robert Toricelli, to the Free Iran Global Summit – July 17, 2020

D’autre part, l’organisation du rassemblement annuel de la Résistance iranienne, qui a relié 30 000 endroits dans plus de 100 pays, auquel ont assisté plus de 1000 personnalités du monde entier, a eu un tel écho en Iran qu’elle a terrifié le régime des mollahs. Un coup d’œil aux médias et aux agences de presse du régime ces derniers jours montre la peur extrême que les mollahs affichent par rapport à l’OMPI. Presque tous les journaux et les sites web du régime ont publié en un seul jour, le 26 juillet, au moins un article ou un reportage contre l’OMPI. Dans certains cas, ils ont publié trois ou quatre articles contre l’OMPI.

La peur du régime vis-à-vis de l’OMPI a atteint un point tel que les organisations répressives du régime et les responsables militaires ont publié des déclarations contre l’OMPI. A cet effet, outre la déclaration des Gardiens de la révolution (pasdaran) contre l’OMPI, le plus haut responsable militaire du régime, le Général de division Mohammad Bagheri, chef d’Etat-major des forces armées, a déclaré dans un message cité par l’agence de presse iranienne : « l’avertissement du Général de division Bagheri contre l’OMPI (…) Nous avons pu voir l’empreinte de l’OMPI et son courant d’infiltration des ennemis de l’État dans le cyberespace, visant à semer le trouble dans la société. »

Nous devrions d’abord demander au régime : Si vous dites que l’OMPI est un groupe qui n’a pas d’importance dans la société iranienne, et que ses membres errent à des milliers de kilomètres des frontières de l’Iran en Albanie, pourquoi votre plus haut responsable militaire envoie-t-il un message à cette organisation ? Pourtant, Bagheri lui-même répond clairement à cette question dans son message : L’empreinte de l’OMPI est visible dans tous les ressorts qui menacent le régime et son existence.

Par conséquent, cette question de savoir pourquoi le régime a mené une si vaste propagande contre l’OMPI trouve une réponse. D’une part, la situation du régime est plus critique et instable que jamais, et il n’a pas de solution aux crises qui l’ont engendré. D’autre part, la Résistance iranienne, malgré la situation difficile pendant la pandémie, a tenu son rassemblement annuel mieux réussi que toute autre année. Ce rassemblement a suscité d’énormes réactions de la part du peuple iranien. Alors que le régime tentait de neutraliser la population avec le coronavirus, cet événement a rendu le peuple iranien plus optimiste que jamais quant au renversement de ce régime et l’existence d’une alternative forte et viable.

La présidente élue du CNRI, Maryam Rajavi, a déclaré au rassemblement de cette année : « Notre premier engagement est que nous, le peuple d’Iran et la Résistance iranienne, renverserons la dictature religieuse et libèrerons l’Iran. »

C’est un message que le peuple iranien a entendu. Les leaders des prières du vendredi dans les villes du pays, qui reçoivent leur directives d’Ali Khamenei, ont clairement exprimé leur crainte de la répercussion de ce message dans la société.

Abolhassan Mahdavi, chef de la prière du vendredi à Ispahan, a déclaré : « L’ennemi mène aujourd’hui une guerre médiatique contre nous. Ce n’est pas une plaisanterie. Dans cette guerre médiatique, ils veulent fortement polariser le pays ; ils divisent les autorités et le peuple. Ils recherchent désespérément le mécontentement de la population afin de pouvoir faire descendre des gens dans la rue et ensuite tirer profit de la situation. »

Mohammad Reza Naseri, chef de la prière du vendredi de Yazd, a déclaré : « Ils (l’OMPI) ont bombardé l’opinion public, en particulier nos jeunes, dans le cyberespace et les réseaux sociaux. Ce sont des ennemis qui ont utilisé tout leur pouvoir pour semer la division et la haine dans le pays. »

« Aujourd’hui, l’OMPI ne cherche pas une guerre militaire, mais une guerre cybernétique et médiatique », a déclaré Hassan Dehshiri, chef de la prière du vendredi de l’Ardestan. « Notre jeunesse doit faire attention à ne pas être trompée par de fausses informations. »

Les autres chefs de la prière du vendredi du régime ont répété les mêmes mots et ont émis un message de peur commun : l’OMPI, plus puissant que jamais, cherche la chute du régime, et la jeunesse iranienne est attirée par son message.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe