lundi, avril 6, 2020
Accueil Blog EDITORIAL : Les mystères derrière l'accident de l'avion ukrainien et les mensonges...

EDITORIAL : Les mystères derrière l’accident de l’avion ukrainien et les mensonges sans fin du régime iranien

EDITORIAL : Les mystères derrière l'accident de l'avion ukrainien et les mensonges sans fin du régime iranien

Au fur et à mesure que les jours passent, l’ampleur de la crise provoquée par l’abattage de l’avion de ligne ukrainien par les Gardiens de la révolution (pasdaran) du régime iranien s’accroît. Le 16 janvier, les ministres des Affaires étrangères du Canada, de l’Ukraine, de la Suède, de l’Afghanistan et de la Grande-Bretagne, dont les ressortissants sont tous décédés, se sont réunis à Londres et ont demandé une enquête indépendante et complète sur le drame.

« Ne vous y trompez pas, le Canada va aller au fond des choses », a déclaré le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, lors d’une conférence de presse.

Le régime a tenté de sceller l’affaire en acceptant artificiellement la responsabilité du crash en prétendant qu’il ne s’agissait que d’une « erreur humaine », mais une enquête indépendante et une analyse de la « boîte noire » de l’avion pourraient révéler tous les secrets du crime.

Au début, le régime a prétendu qu’il enverrait la boîte noire à l’étranger, mais à mesure que la crise s’intensifiait, il s’est ravisé, usant de tromperie et de mensonge, et a déclaré qu’il ne livrerait pas la boîte noire, notamment en raison de l’importance de cette boîte dans la divulgation des secrets de ce grand crime et de la possibilité de clarifier davantage le rôle du régime dans l’abattage de l’avion.

Sur cette question, Ali Rabi’i, porte-parole du gouvernement, a déclaré : « L’aviation iranienne va mettre en place une commission pour enquêter sur l’accident avec transparence, précision et rapidité. » Il a demandé à Boeing d’envoyer son représentant pour « participer au processus de révision de la boîte noire ».

Le 18 janvier 2020, Hassan Rezaeifar, directeur général du Bureau des accidents d’aviation en Iran, a annoncé que la boîte noire serait expédiée en Ukraine ou en France, mais un jour plus tard, il s’est ravisé, déclarant : « Nous n’avons pas encore décidé de l’envoyer dans un deuxième pays. »

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a déclaré à ce sujet : « Nous devons aller au-delà des discussions politiques, mais avant toute chose, la boîte noire doit être livrée. Ils ont d’abord dit qu’ils livreraient la boîte noire, mais plus tard ils ont dit qu’ils ne la livreraient pas. »

Les réactions et les positions contradictoires des mollahs sur la question de savoir s’il faut analyser les informations de la boîte noire en Iran ou à l’étranger reflètent le fait que l’affaire de l’avion de ligne ukrainien dépasse largement le scénario allégué par le régime.

D’une part, refuser d’envoyer la boîte noire en dehors de l’Iran pourrait refléter l’étendue de l’implication du régime dans l’abattage de l’avion, et d’autre part, pourrait dévoiler la nature unique de ce régime ; en plus du mensonge et de la tromperie, le régime utilise et abuse de tout pour créer une crise.

Les performances actuelles du régime ajoutent à l’incertitude et embrouillent l’opinion publique, tant au niveau national qu’international, en raison de l’insistance des mollahs à refuser d’envoyer la boîte noire de l’avion à l’étranger.

Ce problème est si notable et important qu’il a créé une nouvelle crise qui s’inscrit dans la série de crises dans lesquelles le régime est plongé. Elle entraînera une nouvelle désintégration du régime, et en raison de la situation explosive actuelle de la nation et des protestations généralisées, elle conduira le régime à sa chute inéluctable.