vendredi, janvier 28, 2022
AccueilBlogIran : à moins d'être contestée, l'impunité du régime s'intensifiera sous Raïssi

Iran : à moins d’être contestée, l’impunité du régime s’intensifiera sous Raïssi

Javaid Rehman, a présenté cette semaine son dernier rapport à l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’Iran et a souligné un « climat d’impunité » persistant à la suite de la prestation de serment du nouveau président du régime iranien Ebrahim Raïssi, le 5 août.

En 1988, Raïssi a été procureur adjoint de Téhéran lorsque le fondateur du régime, Rouhollah Khomeini, a émis une fatwa déclarant que la principale opposition, les Moudjahidine du Peuple (OMPI), était un exemple d' »inimitié contre Dieu », une accusation qui encoure la peine de mort. En réponse à cet édit, une « commission de la mort » a été constituée à Téhéran pour superviser l’interrogatoire et la peine capitale de toute personne réputée « s’accrocher à ses convictions » concernant l’OMPI. Raïssi était l’un des quatre hommes affectés à cette commission et, au fur et à mesure que le massacre sa juridiction personnelle s’est étendu au-delà de Téhéran.

Raisi, Butcher of 1988 Massacre in Iran

À la lumière de son rôle de premier plan dans ce massacre, Raïssi était responsable de la plupart des 30 000 pendaisons et morts par peloton d’exécution qui ont eu lieu au cours d’une période d’environ trois mois à l’été 1988. De nombreux critiques décrivent la présidence de Raïssi comme une expression de l’attitude impénitente du régime envers le massacre et comme un signe probable d’une répression accrue de la dissidence sous son administration.

Cette perception a été renforcée par les faits entourant le passage de Raïssi en tant que chef de la magistrature, un poste qui lui a été confié par le guide suprême au début de 2019 comme un tremplin apparent vers la présidence. Sa direction du pouvoir judiciaire a chevauché le déclenchement d’un soulèvement national en novembre 2019, qui comportait des appels explicites à un changement de régime et des slogans tels que « Mort au dictateur ». Les troubles ont été largement attribués aux efforts de l’OMPI qui avait été la principale cible de la fatwa de Khomeiny. Ce fait semblait justifier des niveaux de répression violente jamais vus depuis l’époque du massacre.

Quelques jours après que les manifestations ont éclaté spontanément dans près de 200 villes et villages, le Corps des gardiens de la révolution islamique a ouvert le feu sur des foules de manifestants et a tué environ 1 500 personnes. Plus de 12 000 militants ont été arrêtés au milieu de ces incidents et des rapports ultérieurs de défenseurs des droits humains, dont Javaid Rehman, ont confirmé que de nombreuses personnes arrêtées avaient été torturées par la justice de Raïssi pendant plusieurs mois.

Attirant l’attention sur son rôle dans cette répression ainsi que dans le massacre de 1988, Amnesty International a décrit l’élection présidentielle de Raïssi comme un rappel du fait que « l’impunité règne en maître à Téhéran » et a déploré le fait qu’il ait continué à gravir les échelons de la régime au lieu d’être poursuivis pour crimes contre l’humanité. Le dernier rapport de Rehman semble affirmer ce sentiment tout en se concentrant sur d’autres moyens par lesquels le régime exprime sa confiance en sa propre impunité, en particulier en ce qui concerne le massacre de 1988.

« Le Rapporteur spécial est préoccupé par les tentatives signalées des autorités de continuer à détruire les preuves de violations passées, y compris les exécutions extrajudiciaires massives de dissidents politiques en 1988 », indique le rapport. Cette destruction de preuves a fait l’objet de nombreux appels à l’action d’Amnesty International, de Rehman et de divers autres défenseurs des droits humains au fil des ans. Il comprend un certain nombre de projets de construction soutenus par le gouvernement qui se déroulent sur les sites présumés de fosses communes où de nombreuses victimes du massacre ont été enterrées discrètement.

En septembre 2020, Rehman a été rejoint par six collègues rapporteurs spéciaux de l’ONU pour attirer l’attention sur cette question et d’autres liées au massacre de 1988 au moyen d’une lettre envoyée aux autorités iraniennes. Trois mois plus tard, après qu’il est devenu clair que Téhéran n’avait pas l’intention de répondre à l’appel à la transparence et à la responsabilité, la lettre a été publiée pour un public international. Son texte indiquait clairement que les experts de l’ONU attendaient de la communauté internationale qu’elle prenne la cause de la responsabilité en l’absence de la volonté du régime de changer d’attitude envers le massacre.

Violation of Human Rights in Iran

La lettre soulignait également à juste titre que la communauté internationale avait auparavant manqué à son devoir, comme lorsqu’elle a abordé la vague de meurtres dans une résolution sur les droits de l’homme à la fin de 1988, sans toutefois donner suite de manière significative ou prendre des mesures qui pourraient ont conduit à la responsabilité des principaux auteurs du massacre. En fait, Rehman et ses collègues sont même allés jusqu’à dire que cette inaction a eu un « impact dévastateur » sur la situation globale des droits de l’homme en Iran et a contribué à enraciner tes attentes d’impunité du régime et sa stratégie de dissimulation des violations des droits humains.

Malheureusement, la réaction internationale à l' »élection » présidentielle de Raïssi a jusqu’à présent donné l’impression que les dirigeants occidentaux ont très peu appris des critiques des experts de l’ONU. Au contraire, ces dirigeants n’ont fait que renforcer le sentiment d’impunité de Téhéran en conférant une légitimité indue à un président avec un bilan de graves violations des droits humains allant de 1988 au plus tard à 2019. La cérémonie d’investiture de Raïssi n’a pas seulement été suivie par des représentants. des partenaires et alliés du régime iranien, mais aussi par des personnalités comme Enrique Mora, directeur politique adjoint du Service européen pour l’action extérieure.

Il est compréhensible que la présence de responsables occidentaux amène l’administration Raïssi et le régime dans son ensemble à conclure qu’ils ne feront l’objet d’aucun examen supplémentaire pour les violations des droits humains passées, peu importe combien Téhéran les défend et les justifie aujourd’hui.

L’UE devrait mettre fin à sa politique de longue date consistant à fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme commises par le régime et elle devrait poursuivre une enquête internationale approfondie sur le massacre de 1988 et demander des comptes aux nombreux responsables actuels qui y sont impliqués. Une telle enquête ouvrira la voie à des poursuites devant la Cour pénale internationale, à condition que les grandes puissances mondiales aient la volonté politique d’exiger des comptes des criminels qui occupent actuellement des postes gouvernementaux influents.

Si les nations d’Europe et des Amériques souhaitent continuer à être prises au sérieux en tant que défenseurs des principes universels des droits de l’homme, personne ne devrait être considéré comme exclu des poursuites, des sanctions ou d’autres mesures de responsabilisation, surtout lorsqu’ils sont responsables d’un crime contre l’humanité comme le massacre de l’Iran en 1988.

Dr Alejo Vidal Quadras

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président du Comité international en quête de justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe