mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLa résistance en Ukraine a mis le régime iranien au pied du...

La résistance en Ukraine a mis le régime iranien au pied du mur

La résistance en Ukraine a mis le régime iranien au pied du mur

Les images de villes en ruines, de charniers, de corps brûlés et celles d’une mère heureuse et de son petit garçon de trois mois tués la semaine dernière en Ukraine font chavirer le cœur de tout être humain. Les gens du monde entier, quelles que soient leurs orientations politiques, condamnent la guerre d’occupation en Ukraine et les atrocités commises par la Russie. Mais comme le mal trouve toujours le mal, il semble que les mollahs meurtriers de Téhéran se réjouissent de la catastrophe humanitaire en Ukraine.

Après tout, que peut-on attendre d’un régime meurtrier qui a abattu 1500 manifestants pacifiques en quelques jours en novembre 2019 et pendu plus de 30 000 prisonniers politiques en quelques mois en 1988 ? C’est faire preuve d’une étroitesse d’esprit que de croire que le nihilisme moral des mollahs et leur nature violente les ont incités à se ranger du côté de la Russie. Le régime des mollahs est confronté à une société instable et les manifestations quotidiennes de personnes de tous horizons en témoignent. La crise économique du pays a remis en question la rhétorique anti-occidentale de Téhéran sur la « résilience économique« .

Comme le régime ne pouvait pas abandonner ses politiques bellicistes et conclure un accord avec les puissances occidentales, ce qui a renforcé son isolement international et, de loin, l’effondrement économique du pays, il a lancé la politique dite du « regard vers l’Est ». Le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, est à l’origine de cette stratégie. Il savait, tant sur le plan intérieur qu’international, qu’il ne pouvait plus continuer le jeu de la modération et garder une façade de réformisme. Après avoir écarté Ebrahim Raïssi, recherché pour crimes contre l’humanité, des urnes en juin, Khamenei et son régime ont commencé à appliquer rigoureusement la politique du « regard vers l’Est ». Cette politique se résume brièvement comme suit : mettre aux enchères les ressources de l’Iran auprès de la Chine et de la Russie en échange de leur soutien lors des discussions avec les puissances mondiales pour rétablir l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, également connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA).

Le vent de l’apaisement soufflant en direction des autocrates, et l’Occident ne parvenant pas à tenir les criminels pour responsables, la Russie et l’Iran ont cru pouvoir exploiter la situation. Ayant en main la réserve de carburant de l’Europe, Moscou a investi dans la hausse sans précédent de l’inflation et les difficultés économiques post-pandémie des pays occidentaux. En outre, Poutine savait qu’il avait les mollahs dans sa poche puisqu’ils avaient besoin de lui pour les négociations nucléaires et qu’ils ne mettraient pas en danger sa stratégie en coopérant avec l’Occident. La guerre a donc commencé.

D’autre part, Téhéran pensait pouvoir profiter de la situation actuelle, car comme les Européens imposaient des sanctions sur le pétrole et le gaz russes et que les États-Unis ne montraient aucune intention d’entrer en conflit avec la Russie, ils allaient conclure les négociations du JCPOA et consentir aux exigences démesurées de Téhéran. Alors que Raïssi se précipitait sur la scène pour soutenir la Russie, Khamenei affirmait que son régime « n’a pas besoin de négociations. »

Puis vint la résistance héroïque de l’Ukraine. Des hommes et des femmes ont décidé de défendre leur pays et d’entretenir la flamme de la liberté dans le froid hiver de l’apaisement et de l’inaction. Leur sacrifice a permis de renverser la vapeur, de raviver l’esprit de résistance à tout prix et d’unir l’Occident contre la Russie. La défense rapide de Téhéran contre la guerre d’occupation de la Russie a piétiné et a accru l’isolement international et les luttes intestines du régime.

D’autre part, en raison de la pression intérieure croissante aux États-Unis, l’administration Biden a abandonné sa proposition initiale de révoquer la désignation terroriste des Gardiens de la révolution (pasdaran) ou d’offrir à Téhéran davantage de mesures incitatives. Les négociations ont abouti à une nouvelle impasse, le ton des puissances occidentales a changé et, récemment, il a été question d’actions conjointes contre l’Iran par Washington et Israël.

Khamenei a compris qu’il avait misé sur le mauvais cheval. Le ministre des Affaires étrangères de Raïssi, Hossain Amir Abdollahian, a rapidement déclaré qu’ils étaient prêts à reprendre les négociations. La semaine dernière, lors d’une réunion avec ses paramilitaires bassidjis, Khamenei a reconnu que la Russie avait échoué, affirmant que l’équilibre du « monde bipolaire est perturbé » et que le régime devait donc « faire attention à ses intérêts. »

Maintenant, Téhéran revient à la table des négociations à genoux. La question est donc la suivante : les puissances occidentales suivraient-elles l’exemple de l’Ukraine et feraient-elles preuve de courage en demandant des comptes au régime génocidaire et terroriste de l’Iran ? Ou bien poursuivront-elles la politique ratée de complaisance ?

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président de l’International Committee In Search of Justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe